Ne manquez rien avec l’infolettre.
Musique

Weekender de la RBMA : Moonshine donne des ailes

Le collectif Moonshine sera célébré dignement lors du Weekender montréalais de la Red Bull Music Academy.

Les noctambules et fêtards montréalais connaissent bien l’événement Moonshine et ils sont de plus en plus nombreux à s’y retrouver tous les premiers samedis après la pleine lune pour y danser jusqu’au lever du jour.

Démarré il y a trois ans, le succès de Moonshine ne se dément pas et on peut aisément dire qu’il s’agit sans doute du meilleur party en ville en ce moment. Tout comme les fameuses soirées Turbo Crunk, les fêtes Moonshine sont bien parties pour marquer l’histoire du nightlife montréalais. «Moonshine, c’est un collectif de plusieurs artistes. Pierre Kwenders est un des membres principaux et il est aussi l’un des DJ résidents. L’ADN musical de Moonshine c’est lui, Bonbon et Odile. Ce sont eux qui ont créé l’identité sonore de l’événement», révèle Hervé «Coltan» Kalongo, un des fondateurs de l’événement rencontré au Ti-Agrikol en compagnie de son frère DJ Bonbon Kojak et de la DJ Odile Myrtil.

«On veut donner à nos soirées quelque chose de rituel, de quasi cérémonial qui diffère complètement des endroits où on fait jouer de la techno et tout ce qui tourne autour. On va à Moonshine pour danser, pas pour poser ou juste bavarder», souligne Odile Myrtil. «On cherche à garder un contrôle total sur ce qu’on fait, c’est donc pourquoi on tient à demeurer dans des endroits un peu incongrus où on peut faire ce qu’on veut. Dans un bar ou une salle de spectacle, tu dois te plier à certaines règles», poursuit la DJ.

rinse-mix-6-3

Moonshine n’est pas un after, du moins c’est ainsi que le définissent les membres du collectif. Selon leur vision et philosophie de la fête, leur événement est plus qu’un simple party. «L’idée de base derrière Moonshine est de créer une culture d’une manière plus organique. L’accent n’est pas juste sur le party», insiste Odile Myrtil. «C’est un événement qui représente bien la diversité culturelle et musicale de Montréal ainsi que son côté créatif. Tu n’as pas ça au Stéréo ou dans les salles mainstream. Moonshine diffère des autres partys, il répond à un besoin d’entendre d’autres musiques. Y’a des gens de trois ou quatre différentes scènes qui peuvent se retrouver derrière les platines à Moonshine. On invite pas mal de DJ qui cadrent bien avec notre son et on a de plus en plus de DJ connus qui viennent jouer. On a eu récemment Dâm-Funk, Kaytranada, Branko, Venus X», précise Bonbon Kojak qui se voit plus comme un ambianceur qu’un DJ. «Moi j’amène l’énergie et la sensualité dans la fête», dit-il.

Selon le collectif, les gens qui viennent à Moonshine sentent qu’ils font partie d’une expérience, d’une grande famille. «C’est comme un gros party d’appartement avec beaucoup de monde. On y voit des gens qu’on ne voit pas souvent ailleurs dans les clubs, il y a toutes sortes de genres de personnes qui se retrouvent et se mélangent à Moonshine», affirme Hervé «Coltan» Kalongo.

«C’est juste une grosse fête entre amis le premier samedi après la pleine lune. Et si on ne peut plus un jour faire ces fêtes dans des salles, on le fera dans la cuisine d’un de nos amis. Ça ne va jamais mourir».

Bonbon
Bonbon

Red Moon

Le succès de Moonshine s’explique de plusieurs façons, mais son côté un peu secret, le fait de ne jamais savoir où la fête aura lieu avant le jour même de l’événement; la musique qu’on y entend, une musique souvent afrocentrique, moderne, aux contours groovy, soul, funk, hip-hop et house; le mélange de gens et de genres et l’équipe qui organise les soirées, tout ça a contribué à faire de Moonshine une fête incontournable. Il n’est donc pas étonnant que la Red Bull Music Academy lui consacre une partie de son événement Weekender – un mini festival étalé sur quatre jours qui a lieu pratiquement un an après le marathon RBMA qui s’était implanté en ville durant un mois. Intitulé Sagacité, la soirée, qui se déroulera au Cirque Éloize, est en fait une collaboration entre la RBMA et le collectif Moonshine. Les artistes de New York TYGAPAW, Total Freedom et Le1f, le Portugais DJ Marfox, et la Torontoise Bambil vont se joindre aux DJ résidents des partys Moonshine Pierre Kwenders, Bonbon Kojak, M. Bootyspoon et Odile Myrtil. «Je crois que ce sont des artistes qui partagent notre vision, très axés sur l’afrobeat, la basse et les percussions. Tous les artistes de New York qui seront présents ont cette couleur-là et même Total Freedom, qui donne en général dans des trucs plus déconstruits et expérimentaux, va arriver à s’intégrer. Ça risque d’être différent puisque ça commence à 19h et ça se termine à 3h. On n’est pas habitués de jouer si tôt!», rigole Odile Myrtil. «La RBMA nous a laissés choisir un lieu qui nous convenait, car pour nous c’est aussi important que la musique que nous jouons», ajoute Coltan. «Le Cirque Éloize est probablement l’endroit le plus impressionnant qu’on ait investi pour un Moonshine. Y’a énormément d’espace et ça va nous permettre bien plus de possibilités au point de vue du visuel. Mais ce n’est pas parce qu’on a plus de moyens qu’on va illuminer ça comme Times Square. On va rester assez sobre, dans l’esprit Moonshine. Par contre au niveau du son, là on va en profiter. Ça va sonner beaucoup mieux!».

// 

Sagacité avec Moonshine et invités: le 22 septembre au Cirque Éloize

Les événements du Weekender de la Red Bull Music Academy se tiendront du 21 au 24 septembre. redbullmusicacademy.com/events/mtlweekender2017