Trame sonore de 2018
Musique

Trame sonore de 2018

Après l’exercice des fameux tops de fin d’année où l’on regarde dans le rétroviseur, nos yeux sont maintenant rivés vers l’avant sur ces artistes musicaux prometteurs qui feront vibrer la nouvelle année. 

Lou-Adriane Cassidy

Finaliste au 49e Festival international de la chanson de Granby, qui avait lieu en août dernier et lors duquel elle a reçu deux prix, Lou-Adriane Cassidy faisait aussi partie des chansonneurs de la Destination Chanson Fleuve qui l’a menée au Festival en chanson de Petite-Vallée et à Tadoussac. Après cet été créatif sur la route, la jeune interprète a lancé en octobre le titre Ça va ça va, une composition de Philémon Cimon. Sur cette pièce initiatrice, Lou-Adriane Cassidy – vue souvent sur scène avec sa mère Paule-Andrée Cassidy – chante avec chaleur et assurance. Ses qualités d’interprète avaient été dévoilées au grand jour lors de sa participation à la populaire émission La Voix en 2016. Elle avait chanté avec conviction La voix humaine de Catherine Major et son aventure télévisuelle l’avait menée jusqu’en demi-finale. À 20 ans, elle en est maintenant à l’étape de tracer son chemin, et son tout jeune répertoire en chanson est fort prometteur. Originaire de Québec, Lou-Adriane Cassidy est certainement une voix à suivre en 2018. On peut d’ailleurs vous annoncer qu’un album est prévu pour l’automne. Pour les curieux, elle sera en prestation en formule 5 à 7 au District Saint-Joseph de Québec le 18 janvier et en soirée au Verre Bouteille à Montréal le 22 janvier.


zenbamboo_web
crédit : Mathieu Fortin

Zen Bamboo

Coup de foudre immédiat pour ce quatuor de jeunes hommes de Saint-Lambert en août dernier. À ce moment, Juvénile, un premier volet de quatre EP, avait vu le jour et un deuxième, Plus mature, plus assumé, allait suivre quelques mois plus tard. L’intérêt envers le groupe rock-grunge s’est accentué cet automne alors qu’il se retrouvait au sommet des palmarès des radios étudiantes. Deux autres mini-albums de quatre titres arriveront d’ici l’été, puis les 16 chansons des quatre volumes formeront un album complet dans l’harmonie (ou pas). La rencontre des membres Simon, Léo, Xavier et Cao a eu lieu dans le cadre de Secondaire en spectacle et la formation de Zen Bamboo s’est officialisée en 2014. Après de belles présences en festivals (M pour Montréal, FrancoFolies, POP Montréal), Zen Bamboo est entré en studio avec Thomas Augustin, claviériste de Malajube. On se réjouit d’ailleurs à l’idée que le groupe puisse reprendre la place laissée vacante par Malajube sur la scène musicale locale. Le rock de Zen Bamboo, qui emprunte autant au grunge qu’au prog, est délicieusement spasmodique, porté par une interprétation en montagnes russes et très instinctive de Simon Larose. Dans les textes, la plume s’avère mature et écorchée. «J’vais boucher mes oreilles avec un gun/J’trouve pu mon fun nulle part», chante-t-il sur Si c’est correct. La suite prochainement.


ouri_web_credit_oumaymabtanfous
crédit : Oumayma B. Tanfous

Ouri

On voit de plus en plus cette compositrice électronique, DJ et multi-instrumentiste originaire de Paris sur nos scènes, dans des événements musicaux (Mutek, Boiler Room) et dans les clubs (Newspeak, Datcha). Celle qui a collaboré avec le producteur CRi et le rappeur de Dead Obies, Joe Rocca récemment a eu un parcours classique en harpe, piano et violoncelle avant de se lancer tête première en électro. On ne peut que s’imaginer que ses connaissances classiques lui ont été bénéfiques après son changement de cap. Ouri sortait ce printemps son premier album complet, Superficial, une œuvre épatante, entraînante, dynamique, qui s’est frayé un chemin dans notre palmarès de fin d’année sans hésitation. L’album confirmait une créativité et une maturité accrues. On ne peut qu’être fébriles pour la suite. Si sur son album, elle s’entourait de voix féminines sensuelles (Odile Myrtil et Munya), voilà qu’elle sortait en surprise en novembre dernier un EP assez envoûtant et électrisant avec le chanteur R&B montréalais Mind Bath. Ouri fera partie de la programmation du rendez-vous annuel hivernal Igloofest ce mois-ci. Elle y sera le 19 janvier.


hi_res_web_credit_julienlaperriere_1019
crédit : Julien Laperrière

Dave Chose

Originaire du Lac-Saint-Jean et désormais installé à Montréal, Dave Chose évolue dans un folk aux teintes de rock et de grunge. Lors de sa participation au concours musical Les Francouvertes l’an dernier, on en savait très peu à son sujet – on a découvert depuis qu’il était du trio folk qui gueulait fort Faudrait faire la vaisselle –, mais Dave Chose s’est bien démarqué et a été l’une des révélations de l’événement. Son premier extrait, Chez Françoise, qui fait office d’avant-goût à son premier album à venir chez Bonsound au printemps, est savamment construit comme une ballade planante, vaporeuse, qui magnifie le quotidien, celui des lendemains de veille et du thé glacé du dépanneur du coin. C’est comme si tout s’arrêtait le temps d’une chanson alors que sa voix grave mais apaisante nous sert de guide. L’expérience sonore de Dave Chose sur scène devrait brasser davantage alors que le chanteur s’entoure du bassiste Sam Beaulé (Samito), du batteur Jonathan Bigras (Galaxie) et du guitariste Nicolas Beaudoin (PONI). Quelques années après l’arrivée en trombe du folk sale sur les scènes au Québec (Bernard Adamus et compagnie), voilà que Dave Chose arrive avec quelque chose qui semble adhérer à cet esprit tout en y apportant un vent de fraîcheur qui fait résolument du bien.


soran_2017_web_credit_jeremie_dionne
crédit : Jeremie Dionne

Soran Dussaigne

Il y a un an, l’étiquette de disques Audiogram annonçait un nouveau venu dans l’équipe: Soran Dussaigne. Avant une apparition remarquée à La Voix en 2016 où il avait épaté les quatre coachs avec une reprise reggae pleine de chaleur et d’énergie d’Hotel California, le jeune interprète a fait ses armes avec les instruments de son père dans sa jeunesse, puis en chantant dans le métro de Montréal, entre autres. Cette année, Soran se dévoilera au grand jour avec la sortie d’un premier album complet qui devrait naviguer dans des eaux reggae, folk, pop et funk. Déjà le premier extrait, le titre en anglais I Wish, une composition originale sortie en octobre dernier, fait des vagues et n’est pas peu prometteur. C’est pop et accrocheur, bref, une très belle entrée en matière. Avec son timbre de voix si unique et captivant, il s’adresse à quelqu’un qui n’en vaut peut-être pas la peine. Il devra maintenant faire ses preuves sur scène. Si vous voulez l’attraper en concert, il en a plusieurs à son horaire ces prochains mois.

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!