Ne manquez rien avec l’infolettre.
Essaie pas: Substance mort
Musique

Essaie pas: Substance mort

Essaie pas s’attaque au roman A Scanner Darkly de Philip K. Dick sur son nouvel album New Path.

L’album débute avec Les Aphides, une entrée en matière sinistre où, entre glitch glacial, techno minimale et ambiance industrielle sombre, surgissent des voix étranges, ouvrant le chemin pour les cinq autres titres qui composent New Path, cinquième effort d’Essaie pas. Le disque, que le duo formé de Marie Davidson et de Pierre Guérineau s’apprête à présenter sous peu à Montréal, reflète en guère plus de 30 minutes l’atmosphère paranoïaque et étouffante de l’oeuvre du célèbre écrivain de science-fiction américain Philip K. Dick.

«C’est un livre qui m’a beaucoup marqué lors d’une période trouble de ma jeunesse, quand je demeurais encore en France. Je l’ai ensuite conseillé à Marie qui a elle aussi beaucoup aimé», énonce Pierre Guérineau, rejoint à Montréal en compagnie de sa complice et conjointe. «C’est mon préféré de K. Dick. Je pense que c’est son meilleur», renchérit Marie Davidson. «On aime tous les deux le ton. C’est un livre dystopique, pessimiste, mais il y a beaucoup d’humour aussi. Ce qui fait que ça passe bien. Il y a en parallèle une façon d’aborder la toxicomanie et les dépendances qui est vraiment touchante. Philip K. Dick s’est inspiré de sa vie pour écrire ce livre, car il a connu une forte dépendance aux amphétamines à une certaine époque».

Le binôme voit en cette œuvre plusieurs similitudes avec une certaine période de leur vie et la société moderne actuelle. «C’est poignant, car c’est un exercice de deuil, une sorte de catharsis. Ayant connu tous les deux des problèmes de dépendances, c’est un thème qui nous a davantage touchés», admet sans ambages le réalisateur et musicien. «Ensuite, il y a tout ce côté paranoïa, schizophrénie, surveillance et isolement qui est très d’actualité aujourd’hui, considérant le climat social et politique dans lequel on vit».

Demain est un autre disque

Si le roman de Philip K. Dick est volontiers évoqué en entrevue par le couple et colore de gris et de noir l’ensemble de ce nouveau disque, Essaie pas n’a jamais eu l’intention d’en faire un album-concept et le duo ne s’était même jamais concerté là-dessus avant d’entamer les premières pièces de New Path. «C’est à force de parler de ce livre et d’y faire des références qu’on a fini par donner des titres basés sur A Scanner Darkly à nos pièces. On ne pensait pas faire un nouveau disque à cette époque. On venait de terminer le précédent – Demain est une autre nuit – et on jouait ces nouvelles pièces live. C’était donc un truc entre nous deux, mais à force de faire des références fréquentes à ce livre, on s’est dit: «mais pourquoi on ne ferait pas un album en hommage au livre?» Ce n’est qu’à la fin du processus de création qu’on a créé des pièces directement liées au roman», détaille la prolifique Marie Davidson. «Ce devait être un EP à l’origine, puis notre label DFA nous a suggéré de rajouter quelques morceaux histoire de faire un album. Donc on a composé deux pièces de plus. Ce n’est pas un album-concept, mais plutôt un hommage à Scanner Darkly», rajoute Pierre Guérineau.

«Le titre fait directement référence au livre; New Path est le nom d’un centre de désintox dans le bouquin de K. Dick. C’est une interprétation libre du roman, mais ça demeure à la base un album d’Essaie pas», poursuit celle qui a un emploi du temps fort chargé depuis la sortie de son album Adieux au dancefloor, sans compter les projets accumulés en parallèle. «Nous avons commencé à composer l’album avant que je parte en tournée. Ensuite, je suis revenue à Montréal deux fois et Pierre m’a rejoint à Berlin et à Lisbonne». «La création du disque s’échelonne sur deux ans environ. New Path devait en fait paraître l’année dernière, mais pour des raisons de label, il n’est sorti que récemment. En fait, le disque est bouclé depuis le mois de juillet 2017», souligne son conjoint.

[youtube]5F3-utvS4ec[/youtube]

L’étau

New Path, sans les références au célèbre roman qu’on retrouve sur la pochette du disque, serait-il perçu de la même manière par les auditeurs? C’est ce que souhaitent les principaux intéressés. «Je pense qu’ils vont sentir le climat de tension et de paranoïa, un peu d’angoisse et, à certains moments, comme la pièce titre (qui clôture le disque), un peu de mélancolie. Tout ce que le livre aborde est très présent dans la société actuelle donc on n’a pas besoin de l’avoir lu pour ressentir le climat qu’on tente de créer», estime la musicienne et DJ montréalaise. «Ça demeure un disque de musique principalement instrumentale et qu’on espère suggestive. Après, si ça donne envie aux gens de pousser plus loin et de se renseigner sur Philip K. Dick ou même de lire le livre, tant mieux», rajoute Guérineau qui dans la foulée précise qu’il s’agit là de l’album le plus sociopolitique d’Essaie pas, même s’il n’y a presque pas de voix et donc de textes. «Cette évocation politique réside dans la manière dont nous présentons cet album aux gens. Cet aspect politique se retrouve aussi dans la manière dont on a composé et réfléchi ce disque. Il s’agit définitivement d’une subtile critique de la société. K. Dick était un grand paranoïaque, très visionnaire. Nous vivons dans un monde très «dickien» où la notion de réalité est de plus en plus remise en question. Pour nous, toutes ces thématiques sont évoquées dans notre musique, elles sont ressenties», estime le couple.

Nouvelle voie

Créé de façon très organique et naturelle, New Path est selon le duo son album le plus mature. «C’est un disque qui diffère du précédent en ce sens qu’il est moins spontané et moins personnel. Les autres albums ont été conçus dans une sorte d’urgence émotive et créative, mais pas pour New Path. Tout est venu assez naturellement, petit à petit, en jouant de la musique ensemble mais aussi en discutant, en marchant tous les deux dans la rue, en tentant de mettre en musique des sentiments et des choses qu’on se dit. Ce fut intéressant comme exercice de se baser sur l’oeuvre de quelqu’un d’autre pour créer la nôtre; c’est l’histoire de quelqu’un d’autre qui est distillée à travers notre propre histoire pour aborder des thèmes qui nous sont chers tels que ceux qu’on a mentionnés plus tôt mais aussi certaines notions philosophiques ou métaphysiques de ce qu’est la réalité et la fiction…»

Chaque album conçu par Essaie pas est fait comme s’il pouvait être le dernier. S’il y a auparavant eu beaucoup d’incertitudes et de tiraillements durant le processus créatif, New Path a été conçu avec une certaine sérénité. «Maintenant qu’on est sortis de notre phase de doute, on sait qu’il va y en avoir un 6e et un 7e album. C’est notre travail, notre passion. Nous sommes en constante évolution, mais nous continuerons à faire de la musique».

New Path (DFA Records) / Lancement au Théâtre Rialto à Montréal le 30 mars 2018