Charles Richard-Hamelin : Quand le fruit est mûr
Musique

Charles Richard-Hamelin : Quand le fruit est mûr

Le pianiste Charles Richard-Hamelin réalise un rêve en enregistrant avec l’OSM et Kent Nagano un nouvel album consacré à son compositeur préféré.

Au cours du dîner de presse soulignant la sortie du plus récent disque de son étiquette, le président d’Analekta, François Mario Labbé, n’était pas peu fier de présenter un nouvel enregistrement de l’OSM, parce que, insistait-il, «ça coûte cher de produire un disque avec orchestre, alors il y en aura de moins en moins, mais surtout parce que sur les 500 que nous avons produit, c’est l’un des 5 meilleurs!» Fort conscient du déclin de la popularité de l’objet physique, il se félicitait aussi d’ententes avec iTunes et Spotify qui donneront une bonne visibilité à ce programme Chopin, qui la mérite amplement.

photo Antoine Saito
photo Antoine Saito

Il faut dire que le pianiste Charles Richard-Hamelin a déjà un certain following. Prix d’Europe 2011, il remportait en 2014 le deuxième prix au Concours Musical international de Montréal et le troisième prix au Seoul International Music Competition avant d’être le premier Canadien à remporter un prix (la médaille d’argent) au Concours international de piano Frédéric-Chopin de Varsovie, en octobre 2015. Il y recevait aussi le prix Krystian-Zimerman pour la meilleure interprétation d’une sonate.

«Le premier concert que j’ai donné avec l’OSM, c’était au festival de Lanaudière, en 2016, devant 3000 personnes, commente le pianiste. Comme je suis originaire de Joliette, ce concert dans l’Amphithéâtre Fernand-Lindsay était une espèce de « retour à la maison » très spécial.» C’est là que sa collaboration avec Andrew Wan, violon solo, a commencé; ils ont fait paraître un premier disque de sonates pour violon et piano de Beethoven en 2018, et la complicité qu’ils ont développée s’entend aussi lorsque le pianiste joue avec l’orchestre. On peut dire qu’il a bien choisi le moment pour réaliser son rêve d’enregistrer avec l’OSM: «Ce sont des pièces que je travaille depuis longtemps. Le deuxième concerto, c’est celui que je présentais en finale du concours en 2015, et j’ai dû le jouer près de 70 fois depuis. J’étais prêt à les enregistrer. Et puis, ce sont des œuvres de jeunesse, qui demandent une certaine fougue.» Du haut de ses 29 ans, Richard-Hamelin combine donc l’impétuosité et l’expérience nécessaires pour offrir des interprétations de haut niveau, et Analekta en a produit un témoignage d’excellente qualité.

«Ces enregistrements avec l’OSM et Kent Nagano, c’est vraiment une étape importante dans mon parcours, la plus importante depuis le concours Chopin. La dernière personne qui a enregistré ce programme avec l’OSM, c’est Martha Argerich (1999), une idole de jeunesse, qui était d’ailleurs sur le jury à Varsovie. Avant elle, Jorge Bolet avait aussi enregistré les concertos avec Charles Dutoit, et j’entre maintenant dans cette lignée-là avec une grande fierté.»

photo Antoine Saito
photo Antoine Saito

Mais après un premier disque consacré à Chopin en 2015, encore du Chopin sur son deuxième en 2016 et ce quatrième qu’il consacre aux deux concertos, le pianiste ne craint-il pas d’être un peu prisonnier du compositeur polonais? «Pas du tout», répond-il sans hésiter. «C’est simplement mon compositeur préféré. Quand je joue Chopin, c’est comme retourner à la maison, c’est la musique que je ressens le mieux, elle me parle directement. Alors il y a bien d’autres compositeurs dans mon répertoire, mais je reviens toujours avec plaisir à Chopin.»

La directrice générale de l’OSM, Madeleine Careau, se réjouissait lors de cette rencontre de voir un soliste de chez nous, avec l’orchestre montréalais, sur une étiquette québécoise, estimant qu’on a là «la totale». On peut cependant dire que le compte serait un peu plus complet avec un compositeur québécois… Charles Richard-Hamelin se voit d’abord comme un défenseur du grand répertoire, mais il n’ignore pas pour autant les compositeurs d’ici. «J’aime beaucoup la musique de Jacques Hétu, qui a écrit un beau concerto pour piano qu’André Laplante a enregistré. Et chez les plus jeunes, j’aime beaucoup Samy Moussa, qui a une voix vraiment personnelle.» Ça tombe bien, parce que l’OSM, qui lui a déjà commandé quelques pièces, aime beaucoup Moussa aussi! À surveiller!

Charles Richard-Hamelin avec l’Orchestre symphonique de Montréal et Kent Nagano
Chopin: Concertos n° 1 et 2
Analekta

Concerts à venir pour Charles Richard-Hamelin


Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie