Ne manquez rien avec l’infolettre.
Quand Yseult se met à nu, le monde l'écoute
Musique

Quand Yseult se met à nu, le monde l’écoute

Avec sa musique qui oscille entre chanson belge (pour ne pas dire française) et trap, Yseult marche dans les pas de Stromae, Angèle et Roméo Elvis pour livrer l’une des propositions les plus cools, sincères et intemporelles de la francophonie. Bruxelles arrive – encore une fois.

Elle ouvre la porte et m’accueille avec chaleur. Deux becs sur les joues, une accolade. Comme une amie que j’aurais vue la semaine passée. Rejointe dans son Airbnb du Mile End, où les filles de The Womanhood Project étaient passées juste avant moi, Yseult avait remis sa robe de laine pour m’inviter dans son logis du moment.

«Veux-tu boire quelque chose?», me lance-t-elle en fouillant dans le frigo. 

Pendant tout le temps que j’ai été là, des clips de Mura Masa et Alma diffusés depuis YouTube ont joué sur la télé accrochée au mur. Une ambiance à m’en faire oublier le but de ma visite. Sur la table bistro à côté du divan, j’ai remarqué ses dentelles toutes neuves, des sous-vêtements achetés au Carrefour Angrignon quelques heures plus tôt pour la séance photos. «Vous avez plein de mots ici. La dame de la boutique m’a demandé ‘’vous voudriez une petite bobette avec ça?’’ et moi j’étais en mode ‘’je comprends trop rien’’.»

Photo : Sara Hini et Cassandra Cacheiro (The Womanhood Project)

C’est la première fois qu’elle débarque à Montréal, mais elle a déjà pas mal de kilomètres au compteur en matière de concerts (bien sûr!) et de séances photos impudiques. Quand Voir a lancé l’idée d’une rencontre en images avec Sara Hini et Cassandra Cacheiro, les filles de The Womanhood Project, la Française s’est enthousiasmée d’emblée. Et elle n’a pas déchanté depuis, bien au contraire. «Je n’ai même pas ressenti de nervosité. J’étais à l’aise. Elles m’ont hyper bien accueillie, elles sont très respectueuses, il n’y a pas de trucs bizarres, rien de ça. Si tu veux pas faire quelque chose tu le fais pas. T’as vraiment ton intimité et, en fait, t’as l’impression qu’elles sont pas du tout là quand elles te photographient.»

Yseult s’était déjà prêtée à un exercice semblable pour la mise en images de Corps, une chanson mélancolique mais empreinte de force et de résilience. Un texte que Barbara aurait pu écrire. Colin Solal Cardo (collaborateur de Robyn et Christine and the Queens) signe le clip de cette pièce, une oeuvre vidéo puissante qui a été vue plus de 650 000 fois sur YouTube de manière organique, sans aucune publicité. Et c’est sorti il y a à peine un mois.

[youtube]XbQpgFsJ_Co[/youtube]

«Je suis trop fière de travailler avec des gens qui me mettent en valeur et je les remercierai jamais assez. […] Après, c’est ouf parce que les médias de France ne se rendent pas compte que c’est hyper cliché de mettre l’étiquette du body positivism sur le front d’une grosse qui se met toute nue dans son clip. En fait, c’est juste une jeune fille de 25 ans qui fait de la musique et qui se met à nue parce que sa musique est hyper introspective, intime et que ça va beaucoup plus loin qu’un effet de mode pour le body positivism. Bizarrement, c’est que lorsque je vais à l’étranger que les gens comprennent vraiment le sens de mon message…»

Photo : Sara Hini et Cassandra Cacheiro (The Womanhood Project)

Yseult est née à Paris. À l’instar de la mère de L’Aigle Noir, la Française est allée chercher ce qui lui manquait à Bruxelles, une ville «au mode de vie plus sain et serein». Entre les deux, elle a aussi vécu au Sénégal. Sur Corps, justement, la parolière chante: «j’ai perdu la tête / où est le chemin de ma maison». Des mots qui laissent croire à de profonds déracinements. «J’ai surtout écrit ça parce que j’ai beaucoup, beaucoup déménagé quand j’étais petite. J’ai jamais eu de groupe d’amis. Je changeais tout le temps d’école, de ville, de pays. […] Mes deux parents sont camerounais, ils aiment trop voyager. Quand j’avais huit ou neuf ans, on est partis en vacances au Sénégal et ma mère a dit ‘’ah! je veux habiter là-bas’’ et du coup on est restés.»

J’étais choquée! Je suis jamais venue ici avant et je savais même pas que j’avais vraiment des fans.

Aujourd’hui encore, et malgré le fait qu’elle se soit refait une vie en Belgique, la musicienne vit dans ses valises. Si Yseult commence à faire pas mal de bruit sur le vieux continent, elle n’a pas perdu de temps pour séduire les cousins de l’autre côté de la mare. Elle s’est produite au National (pour l’émission Belle & Bum), à titre de tête d’affiche au Centre Phi et en première partie de Les Louanges à l’Impérial Bell. Complet avant même qu’on annonce sa présence, ce spectacle à Québec l’a réellement secouée. Dans le bon sens du verbe. Même le gars de la sono dansait derrière sa console pendant Diego. «J’étais choquée! Je suis jamais venue ici avant et je savais même pas que j’avais vraiment des fans.» 

Le public, Yseult arrive à le mettre de son bord en quelques chansons, même si, comme à Québec, ils ne la connaissaient pas. Dans une mise en scène dépouillée, elle fait vivre ses chansons en live, seulement avec un pianiste qui l’accompagne. Le spectacle, c’est elle. C’est sa voix et le lien qu’elle parvient à créer avec ses fans.

Profitables au-delà de la proverbiale visibilité qui ne paie les factures de personne, ces trois dernières dates ont donné un bon retour sur investissement. L’argent, justement, c’est un sujet qu’Yseult aborde sans gêne. Pleinement indépendante, elle a fondé sa propre maison de disque après la désillusion suscitée par la sortie de son premier long jeu homonyme. Badass à souhait, elle entonne: «J’ai plus rien à prouver / À part faire de l’oseille» sur l’un des extraits du EP Noir paru en octobre dernier. 

Dorénavant, c’est elle qui tire toutes les ficelles. Elle négocie ses propres cachets aussi. « =Au début j’étais plus en mode ‘’woah!’’, mais très vite, j’y ai pris goût. Maintenant, je trouve ça trop cool. C’est comme lorsque tu travailles dans un magasin et que tu vas vers ton manager pour dire ‘’écoute, moi, aujourd’hui, je veux tant par mois parce que je trouve que je le mérite’’. Il faut avoir beaucoup de cran, tu vois, mais c’est mon droit de le faire.»

[youtube]SiuYqn3SiJY[/youtube]

Quelque chose dans l’attitude d’Yseult, cette façon de scruter l’horizon avec le menton droit, force le respect. Les pros de l’industrie qu’elle croise en coulisse balaient l’âgisme du revers de la main: ils savent qu’ils ont affaire à une entrepreneure déterminée. «Ça les impressionne que je me produise, que je me manage, que je fasse ma direction artistique, que je compose, que j’écrive […] Au début j’avais hyper peur de me lancer en solo parce que c’est beaucoup d’administration, de comptabilité et tout… Au final, je l’ai fait et jamais je ne retournerai en arrière. Pour rien au monde.»

Yseult à Belle & Bum Samedi 14 mars à 21h sur les ondes de Télé-Québec

La séance photo avec Yseult est un partenariat entre le VOIR et The Womanhood Project