Ne manquez rien avec l’infolettre.
Eric Parazelli La Cage de bruits
Musique

Eric Parazelli La Cage de bruits

Une chanson traumatisante!

Il y a de ces sujets qui donnent de gros maux de tête. Pour vous faire une histoire courte, Christine Fortier, notre experte métal, m’a remis un communiqué signé de la main de Martin Lamontagne, batteur et chanteur au sein de la formation grind-métal Traumatism (de la région de Québec), qui dénonce l’annulation de son spectacle prévu pour le 29 octobre dernier, au Café Chaos. La cause de cette annulation? Une chanson au contenu clairement homophobe, intitulée Homophobiquement correcte, extraite de leur deuxième album, Grossly Unfair, qui est en vente à travers le Canada et même en Europe. À ma demande, Lamontagne m’a fait parvenir le texte en question, dont voici un extrait (les fautes d’orthographes sont de l’auteur!): "Homosexuel, quel mot répugnant et dégoûtant! Pourquoi existe t’il? C’est vraiment anormal d’être ce genre de rejet. À quoi pense la société d’accepter ces choses dites guais?! (…) Crisse de mange marde tu pollues l’monde, Tu me fais vomir, en plus vous voulez qu’on l’égalise les mariages de tapettes. Êtes-vous malades? Oui, malade mental!" Et ça continue comme ça jusqu’à la fin, que je vous épargne pour des raisons évidentes d’insignifiance. Si ce n’était du fait que Lamontagne et son groupe s’insurgent publiquement contre la décision du Chaos, je ne vous en aurais même pas parlé. Mais voilà qu’ils revendiquent l’intouchable liberté d’expression. Et la question "A-t-on le droit de tout dire dans une chanson?" est toujours bonne à poser, afin de tester les limites de l’acceptable. Pour Vincent Montreuil, coordonnateur du Café Chaos, Traumatism a amplement dépassé ces limites: "C’est Mathieu Francoeur de l’émission Faites d’la place, à CIBL, qui nous a mis la puce à l’oreille. On n’a jamais eu la réputation de dicter aux groupes ce qu’ils doivent véhiculer comme valeurs, mais on n’est pas aveugle non plus! Il n’était pas question que notre public pense qu’on approuve ce genre de message. Nous, on a des gais dans notre staff. Qu’est-ce qu’on aurait fait? Leur demander de se boucher les oreilles pendant la toune? Le groupe revendique la liberté d’expression. Come on! Les camps nazis, c’était de l’art, ça?"

De son côté, Martin Lamontagne semble assumer totalement ses opinions controversées tout en laissant entendre qu’il est peut-être allé trop loin: "Je ne m’attendais pas à des réactions aussi virulentes. C’est une chanson que j’ai écrite en 15 minutes, sous l’impulsion. C’était en réaction à une couple d’affaires que je trouvais ridicules et qui me révoltaient: des millions pour une ligne Gai-écoute, la parade annuelle, les mariages gais, l’adoption. J’ai fait une overdose et je l’ai mise sur papier. J’ai fait la même chose avec une chanson sur les pédophiles et une autre sur les junkies. C’est pour me défouler! Et ça m’a libéré. C’est sûr qu’avec tous les commentaires négatifs que j’ai eus, je la réécrirais peut-être de façon moins agressive. Parce que là on passe pour des homophobes. C’est certain qu’on a quelque chose contre, mais on les tuera pas toute la gang! Surtout que je viens d’avoir un petit bonhomme et je sais pas si dans 20 ans, il ne m’apprendra pas qu’il est homosexuel."

"Comment réagirais-tu?"

"J’aime autant pas y penser! Mais peut-être que dans 20 ans, je serai au moins capable d’en discuter avec lui." J’ai une idée: si, en plus d’aider Gai-écoute, on subventionnait aussi l’aide psychologique à ceux qui ont de la difficulté à accepter l’homosexualité?

La Cage de bruits
Heureusement, il n’y a pas que des esprits obtus parmi les groupes qui font avancer la scène indépendante. Certains, comme La Cage de bruits, essaient de poser un regard lucide sur l’intérieur de l’âme humaine, ses excès et les conséquences de ceux-ci. Avec Exutoire, l’excellent premier album complet de La Cage, la chanteuse et auteure des textes Danielle Richard s’attaque de façon intelligente et sensible à toutes les formes de manipulations, qu’elles soient génétiques, sociales, politiques, économiques ou émotionnelles. Un choix assumé et mûr, en lien direct avec une démarche intellectuelle équilibrée: "Quand tu te rends compte que ta musique est écoutée et qu’elle intéresse le monde, m’expliquait Danielle à l’autre bout du téléphone public, ça te fait réaliser que c’est peut-être important de dire des choses pertinentes. Et moi, ce qui m’a toujours intéressée, c’est l’être humain et son évolution, sauf qu’avant c’était plus introspectif. Depuis, j’ai fait pas mal de recherches; et comme les livres, les films et les chansons ont eu un grand impact dans ma vie, c’est important pour moi d’écrire des textes en conservant totalement mon intégrité. Parce que si j’ai quelque chose en dedans de moi qui crie comme ça, je ne peux pas passer ma vie à faire mon épicerie, payer mon loyer sans rien dire. De plus, j’ai la chance d’avoir une belle gang de musiciens qui me suivent dans cette intégrité." Le 12 décembre, au Bleu est noir, on célébrera l’anniversaire de deux membres de cette belle gang (Patrick, guitariste, et Martin, bassiste), alors que La Cage de bruits partagera la scène avec une autre gang de bruyants: Xplicit Noïze. Pour du bruit intelligent.

à souligner
International Al Congnen, projet découlant des groupes Khan Gourou et Kungfuckers, verra son premier disque lancé le 12 décembre, au Café Chaos.

– Le nouveau Jupiter Room (3874, boulevard Saint-Laurent), opéré par l’ex-Monsieur Jailhouse Domenic Castelli, est maintenant fin prêt à recevoir les bands voulant se produire devant un public friand de rock de toutes sortes. Si vous voulez tentez l’expérience, appelez Dom au 808-4407.

– Les soirées Rap Flow de DJ Horg déménagent à L’Alizé et se refont un lifting conceptuel. Au menu de cette 13e édition, le 7 décembre, des performances rap explosives en début de soirée et musique breakbeat et drum’n’bass pour conclure.

Didier Boutin et Microcosm seront au Cabaret le 12 décembre.