Retour sur: Gala MIMI 2002Retour sur: le FOiNRetour sur: show-bénéfice CIBL / Showcase électro
Musique

Retour sur: Gala MIMI 2002Retour sur: le FOiNRetour sur: show-bénéfice CIBL / Showcase électro

Tout d’abord, soyons francs; l’édition 2002 du Gala MIMI fut sans aucun doute la meilleure des trois dernières années sur le plan de l’enrobage et du rythme. Bon, il a fallu attendre un moment avant que la soirée ne prenne véritablement son envol; toutefois, l’énergie et la qualité des prestations, le dynamisme et l’humour caustique des animateurs Pascal Angelo Fioramore des Abdigradationnistes et l’ex-Me Mom & Morgentaler, Gus Van Go, de même que l’écran géant relayant les images diffusées sur le Web par Bandeapart.fm (qui auraient été vues par quelque 300 internautes), ont réussi à faire de ce gala quelque chose ressemblant de plus en plus à… un véritable gala, l’impertinence et le sens de l’autodérision en prime. Même si personne n’a vraiment fait scandale, les têtes de Turc habituelles (COOL-FM, MusiquePlus et La Guilde des musiciens) se sont fait tirer l’oreille, et Pascal Angelo s’est assuré qu’on ne prenne pas tout ce décorum trop au sérieux grâce à ses textes juste assez baveux. Comme chaque année, les prestations ont permis de ponctuer la soirée de moments particulièrement intenses. Soulignons la performance incendiaire de Ghoulunatics, l’originalité de la proposition musicale de Jazz Pharmacy, le mur de son et l’énergie de Gwenwed, l’expérience audiovisuelle chorégraphiée du collectif électronique Epsilonlab, et la spectaculaire mise en scène de WD-40 avec un Alex Jones "jacké" entre ciel et terre pour clore le gala avec une bonne montée d’adrénaline! Pour ce qui est des récipiendaires, seuls Mara Tremblay (la grande gagnante de la soirée avec trois trophées) et Vincent Peake (pour Floating Widget et Groovy Aardvaark) sont montés plus d’une fois sur scène. Dix-sept autres formations, artistes ou professionnels sont donc repartis avec un trophée, qu’on avait remplacé cette année par un beau micro tout neuf! Une idée originale et hautement appréciée par nos pauvres musiciens sans le sou! Voici donc la liste complète des gagnants:

  • Album de l’année: Papillons, Mara Tremblay

  • Prix SODEC-ICBM (artiste international): Freeworm

  • Concert: Groovy Aardvaark – 26 juillet, Spectrum

  • Prix SOCAN – Simple de l’année: Les Aurores, Mara Tremblay

  • Artiste avant-garde: René Lussier

  • Artiste électronique: Fred Everything

  • ADSR "L’Enveloppe": Akufen

  • Artiste hip-hop/urbain: Les Architekts

  • Artistes trad: Chasse-Galerie

  • Artiste musique du monde/reggae: Raoul et les Raoulettes

  • Artiste hardcore/punk: La Cage de bruits

  • Artiste métal: Ghoulunatics

  • Artiste pop: Gwenwed

  • Artiste rockfort: Dilemme

  • Artiste rock’n’roll: WD-40

  • Artiste chanson: Mara Tremblay

  • D.J. club: Maüs

  • Secret bien gardé: Floating Widget

  • Compilation: 2 Tongue Vol. 3

  • Vidéoclip: Marijuana, Mononc’ Serge

  • Réalisateur: Howard Bileman, pour Orchestral Pop Noir Romantique, des Dears

  • Pochette de disque: Shawn O’Hara, pour Signs Reign Rebuilder, de Set Fire to Flames

Un MIMI non officiel a aussi été remis à Sébastien Croteau du Café Chaos pour le plus beau sourire de la scène locale! Sourire qu’il affichait fièrement lors de l’after-party qui se déroulait à la SAT, juste en face, et qui nous a permis d’observer, sourire en coin, des musiciens de différents horizons danser ensemble sur les rythmes de Mightykat et de Mossman. En résumé, une soirée de gala fédératrice, encore un peu trop sage, mais diablement stimulante pour toute une tranche de l’industrie musicale qui se bat de belle façon afin d’obtenir une plus grande reconnaissance. C’en était presque émouvant!

Retour sur: le FOiN
La veille, aux Foufs, la Foire du disque indépendant battait son plein avec vigueur. On peut parler d’une véritable réussite sur tous les plans; la quarantaine d’exposants ont vendu des disques et des produits dérivés, ont fait circuler l’information, échangé des coordonnées et ont enfin eu l’impression de ne plus être seuls dans leur coin. Tout au long de l’après-midi, jusqu’à 1000 personnes ont arpenté les deux étages et assisté aux performances gratuites de plusieurs formations, dont celles de Volume 10, de Floating Widget, des Ordures Ioniques, de La Cage de bruits (qui a démontré qu’elle méritait amplement son MIMI pour la formation hardcore-punk), et de Sainte Catherines (dont le chanteur a fustigé à deux reprise, entre des moments d’une intensité musicale impressionnante, les penchants mercantiles de COOL-FM). Bref, grâce aux bons soins de Louise Girard de $ang Frais, la Foire semble avoir trouvé sa formule gagnante.

Retour sur: show-bénéfice CIBL / Showcase électro
Vendredi soir, au Medley, près de 400 personnes ont répondu à l’appel à l’aide de la radio communautaire CIBL, qui, comme on le sait, a une dette assez lourde sur les bras. Au moment d’écrire ces lignes, on ne savait pas si la timide affluence suffisait à couvrir tous les frais de cette soirée-bénéfice! Un peu déprimant. L’événement aura au moins permis de

sensibiliser la population aux problèmes financiers de la station du boulevard Pie-IX, alors que sur scène les artistes se succédaient à un rythme soutenu. Fredric Gary Comeau a interprété deux pièces, dont la très belle Mirador (qui tourne en boucle dans mon lecteur depuis deux semaines); la formation néo-trad Chasse-Galerie a donné une performance très énergique, Les Georges Leningrad ont fait office d’extraterrestres de service; on a eu droit aux Raoulettes sans les musiciens de Raoul (agréable mais pas très consistant!); Les Chiens ont été égaux à eux-mêmes alors que WD-40 a donné un show particulièrement heavy et rentre-dedans. J’ai dû quitter le Medley vers 23 h 30, juste à temps pour profiter de la fin du showcase électro des MIMI aux Foufs. Le communiqué-bilan que je viens de recevoir parle "d’un public modeste, mais manifestant une très belle qualité d’écoute". Effectivement, le public était modeste et il fallait plus qu’une belle qualité d’écoute pour distinguer les performances live de la musique d’ambiance que les Foufs n’avaient pas jugé bon de calibrer pour éviter de nuire aux performances de Jetone, Deadbeat, Mitchell Akiyama et Ghislain Poirier. Ce dernier prenait la chose en riant, se vantant d’avoir pu jouer avec Rammstein pour sa première performance live devant public! En un mot, si on recommence l’expérience l’an prochain, faudrait penser à trouver un lieu mieux adapté.

à souligner
– Le concours La Virée Chaos-Phonik se poursuit le mercredi 13 mars, au Café Chaos, avec Specimen, Capharnaüm et NAAM.

– Le 11 mars, les soirées multidisciplinaires $ub-vention se poursuivent aux Foufs, avec une programmation parrainée par Pat Miron, chanteur des Ghoulunatics. Il a invité les formations Level 68 et Chainfall, les D.J. Daniel Guilbeault et Jules, et les artistes Guy Boutin et Richard Suicide.

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!