BloguesNormand Baillargeon

À l’émission, ce dimanche

À Dessine-moi un dimanche, animé par Franco Nuovo sur les ondes de Radio-Canada, ce dimanche, vers 9 heures:

Je parlerai de cette idée défendue par certains que le naufrage du Titanic a été prédit des années auparavant dans un roman de Morgan Robertson (1861-1915) qui a pour titre : Futility, or the wreck of the Titan — donc : Le Naufrage du Titan.

Le livre raconte le naufrage d’un immense bateau transatlantique, le Titan, dans l’Atlantique Nord et après qu’il ait frappé un iceberg; et l’histoire présente en effet de nombreuses analogies avec celles du Titanic.

Qu’en penser? Et surtout: quelles leçons de pensée critique apprendre de tout cela? J’en proposerai quatre.

Mon collègue Xavier Brouillette a lu  pour nou La société des égaux de Pierre Rosanvallon, un historien français dont les travaux portent principalement sur la démocratie. J’ai bien hâte d’entendre Xavier là-dessus.

Sans oublier les cadeaux philosophiques offerts à des personnes ou à des institutions; et le couronnement de la Poutine d’or de la semaine, qui est remise au sophisme le plus remarquable (!) qui aura été repéré par nous, mais aussi par les personnes collaborant à l’émission ou encore des auditeurs, auditrices.

Amis lecteurs, amies lectrices: envoyez-moi donc vos sophismes préférés: il est encore temps de le faire et vous pourriez ainsi recevoir, au nom de votre candidat, le précieux trophée!

 

Commentaires

Les commentaires sont fermés.
5 commentaires

Le sophisme de la semaine, pour moi, est la fausse argumentation sur le déni de l’expression «grève étudiante», que les promoteurs de la hausse s’obstinent à appeler «boycott» ou mieux encore «école buissonnière» comme l’a fait aujourd’hui André Pratte. Pourtant, l’expression «grève étudiante» est donnée en exemple dans le petit Robert et est aussi mentionnée dans le Grand dictionnaire terminologique de l’OLF.

Il s’agit pour moi d’un sophisme, car rien de cela ne touche la pertinence de ces actions. On tente plutôt de discréditer un mouvement par le terme qu’on utilise pour le nommer. Un sophisme terminologique?

BORIS VIAN:

*****Les prophètes ont toujours tort d’avoir raison.»*****

Je me rappelle le moment merveilleux (début des années 60) où j’ai lu et relu DE LA DÉMOCRATIE EN AMÉRIQUE d’Alexis de Tocqueville. Il y avait, dans ce livre, plein d’observations judicieuses sur la société étatsunienne.

Mais j’avais été spécialement émerveillé et abasourdi lorsque j’ai constaté que l’auteur du 19e siècle affirmait, sans ambages, qu’au cours du vingtième siècle deux grands pays allaient prendre une grande importance: les États-Unis et la Russie. Merde alors, me suis-je dit!

Cela étant dit je ne crois pas à la voyance et à un tas de bidules du même genre.

J’ai beaucoup apprécié le texte de Darwin. Au risque de répéter des idées que j’ai déjà émises, je rappelle que, pendant les années 60, les divers mouvements étudiants définissaient les étudiants comme des «travailleurs intellectuels», ayant le droit de grève. Et on parlait profusément de syndicalisme étudiant.

Alors, les distinctions insignifiantes proposées par les ténors de l’actuel gouvernement sont d’un ridicule abyssal.

JSB

Je vais écouter avec beaucoup d’intérêt et de plaisir le «billet» de Xavier Brouillette. Depuis fort longtemps je pense que nous vivons dans une démocratie restreinte et limitée.

La démocratie ne va pas de pair avec des sociétés dans lesquelles il y a des inégalités fulgurantes et délétères. Les forces du pognon détruisent la démocratie.

JSB

Normand Baillargeon, j’ai bien apprécié vos propos, lesquels faisaient appel à une brillante et essentielle pensée probabiliste tout en étant fermes et clairs.

En fait, si je me permets de raconter rapidement une histoire de «prévision» (ou de prophétie), plutôt lugubre, je dirai qu’en 1972 je donnais un cours aux adultes au Cégep de Longueuil. Dès le premier cours un drôle de zigoto d’une trentaine d’années lève la main et dit qu’il est probablement le seul dans la classe (20 personnes) à connaître la vraie vie. Il nous annonce donc tout de go que l’on va bientôt retrouver bientôt dans le fleuve Saint-Laurent un professeur de Boucherville, disparu depuis quelques jours. Tous les médias parlaient de cette étrange disparition.

Trois ou quatre jours plus tard on nous faisait savoir, à la une de tous les médias, que le prof disparu avait enfin été retrouvé dans le fleuve. Imaginez la consternation de la classe et la mienne. Le type fréquentait la fille d’un certain Cotroni et il était bien renseigné, mieux que moi, pauvre prof et minable intello.

Morale: pour une fois un prophète a eu raison.

En ce qui concerne les sophismes il y a une affirmation qui ne cesse de me tarauder. C’est celle de tous les défenseurs des armes à feu (NRA aux États-Unis) qui répètent «ad nauseam» que ce ne sont pas les «guns» qui tuent; ce sont plutôt ceux qui tiennent les «guns». Est-ce là un sophisme ou une simple sottise?

Aussi, comme je reviens de la Caroline du Sud, j’ai, une fois de plus, eu l’occasion de lire sur des panneaux: OUR SIN KILLED JESUS. Balivernes religieuses ou sophisme douteux?

AU PLAISIR!

JSB