Ne manquez rien avec l’infolettre.
Un vidéoclip sensuellement violent pour Bronswick
Musique

Un vidéoclip sensuellement violent pour Bronswick

À l’orée du week-end, Bertrand Pouyet et Catherine Coutu du duo électro poétique Bronswick nous font cadeau de la mise en images de la pièce Un geste, chanson extraite de leur premier album complet. On les a brièvement rencontrés pour parler dudit vidéoclip, mais aussi des sonorités et des thèmes qui pavent leur offrande parue sous l’égide de Lisbon Lux Records.

 

Le titre Nuits plurielles, celui-là même que vous avez choisi pour votre plus récent album, évoque le polyamour et/ou les relations intimes non exclusives. Était-ce effectivement votre intention, une source d’inspiration pour ce nouveau cycle de création?

(Rires) On n’a pas du tout pensé à ce côté-là quand on a choisi le titre de l’album. Ça aurait pu être un thème intéressant… Le thème central du disque c’est l’idée de changement et on aimait l’idée de la progression des nuits qui amène éventuellement aux changements. Si on regarde les nuits une par une, elles semblent monotones, mais dès qu’on élargit le regard,  sur un laps de temps plus grand, la répétition de ces nuits a amené à de grands changements dans nos vies.

Dans le vidéoclip réalisé par Ariel Poupart pour la pièce Un geste, on est témoins, presque voyeurs, des tribulations d’un couple qui s’autorise à voir ailleurs, mais s’entredéchire. Une image revient trois fois: celle de la cigarette brûlante écrasée sur la peau. Qu’est-ce que ça symbolise? 

La pièce Un geste, traite de l’addiction, en prenant comme exemple l’addiction sentimentale. Dans cette idée, la cigarette est une bonne métaphore des risques que l’on prend en étant avec une personne qui ne nous convient pas, mais dont on ne peut pas se passer.

Musicalement, je sais que vous vous êtes largement inspirés du hip hop des années 2000 pour la création de ces chansons encore fraîches. C’est subtil, ça se fond naturellement au reste, mais s’entend à la rythmique. Se pourrait-il, un jour, que vous puissiez l’audace et l’exercice plus loin encore?

Il y a toujours eu dans notre musique une influence importante du hip-hop, principalement dans la rythmique. On fait la musique que l’on a envie d’entendre donc ce n’est pas calculé, et dans le futur on n’a aucune idée d’où notre musique va se rendre. Donc oui à l’audace, mais sans savoir où elle nous mènera. 

 

Nuits plurielles (Lisbon Lux Records)
Disponible maintenant

En concert:
19 septembre au Turbo Haüs (Montréal)
27 septembre au Maelstrom (Québec)

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie