Ne manquez rien avec l’infolettre.
La renaissance de Céline Dion au Centre Bell
Musique

La renaissance de Céline Dion au Centre Bell

Céline revenait enfin «à maison», comme elle l’a mentionné avec son habituel ton pince-sans-rire lundi soir lors du premier spectacle de quatre au Centre Bell – des concerts qui, rappelons-le, ont été reportés deux fois en septembre pour cause de maladie. 

«Célinessance», c’est le mot qu’on a lu et entendu récemment dans les médias sociaux ou dans les médias tout court pour décrire la récente remise à neuf de l’image de Céline Dion. Suite au concert que l’on a vu lundi, cette renaissance se déploie aussi sur scène si on compare son énergie aujourd’hui à celle de la tournée précédente – en 2016, après la mort de René Angélil -, sobre et classique. En 2019, la voici puissante et scintillante, entourée de projections multimédias plus modernes dans un spectacle qu’elle a aidé à produire (pour la première fois de sa carrière!). Le public – composé surtout de dames qui devaient s’appuyer sur quelqu’un pour descendre les marches du Centre Bell, mais aussi de trentenaires en folie – chaleureux et éblouit tout au long, en a eu pour son argent et a ovationné la star plusieurs fois lors des moments forts. L’énergie n’était pas nécessairement électrique, mais la puissance de la production a réussi à nous émouvoir et à nous rendre tous très fiers de notre Céline nationale. 

photo Mihaela Petrescu

Outre ses superbes costumes de scène, dont la robe rouge issue de sa pochette de disque ou encore le magnifique smoking aux manches amples qu’elle s’est amusée à retirer, c’est avec une énergie nouvelle qu’elle s’est présentée à nous seule en début de concert, y allant tout d’abord de grands classiques: It’s All Coming Back To Me Now et Dans un autre monde

Si on avait pu craindre un manque de dynamisme suite aux annulations de concerts et à un retour difficile sur scène à Ottawa il y a quelques semaines, son aisance dans les mouvements et sa maîtrise vocale démontrée lundi soir – exemplaire sur The Power of Love et All By Myself – ne laissaient rien paraître. Ce n’est pas un petit souci de santé qui détrônera la plus grande chanteuse québécoise du monde. 

photo Mihaela Petrescu
photo Mihaela Petrescu

Quoique son nouveau disque soit tout juste sorti dans les bacs, on n’en a trop peu entendu en ce lundi soir. Deux chansons seulement (Courage, la pièce titre et Imperfections) sur 25 au total ont été présentées devant un public qui les connaît et les apprécie déjà bien. On aurait bien aimé se lâcher lousse avec elle sur la pièce dance Flying On My Own. Cela dit, le choix des chansons dans le premier tiers du concert avait tout pour nous faire revivre nos plus beaux moments entre amis à s’époumoner sur I’m Alive, par exemple. 

Alternant des hits en français et d’autres en anglais, Céline Dion a su plaire à tout le monde lundi, ceux venus pour danser comme ceux venus pour valser. Seule ombre au tableau: ce feeling de déjà vu lors d’un medley de reprises en fin de concert (Queen, Bowie, etc.). Le choix de chansons n’était pas le même que pour la tournée précédente, mais on avait l’impression que le concept était recyclé. Surtout quand le groupe a enchaîné avec la chanson qui concluait la tournée précédente, My Heart Will Go On… 

photo Mihaela Petrescu

Courage est un spectacle relativement classique dans lequel Céline Dion se réinvente sans toutefois sortir de sa zone de confort. Après tout, une star de sa trempe se doit de livrer à ses fans québécois de longue date ses plus grands succès. Elle le fait avec un professionnalisme irréprochable qui plaît tant à son public averti. Mais la fameuse renaissance de Céline est-elle complète si l’on sent encore qu’elle n’est pas réellement libérée créativement? À méditer.

Céline Dion poursuit sa tournée Courage au Centre Bell ces jours-ci. celinedion.com

photo Mihaela Petrescu

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie