Ne manquez rien avec l’infolettre.
Many Masks sort de nulle part et impressionne
Musique

Many Masks sort de nulle part et impressionne

Tout ce qu’on sait de lui, c’est qu’il se prénomme Joseph et qu’il réside à Montréal. C’est tout. Énigmatique au possible, Many Masks cultive une aura de mystère en lançant sa première chanson.

Honnêtement, personne ne sonne comme lui en ce moment au Québec. Avec sa voix très soul, Many Masks surprend par son rapport au rythme et son instrumentation hors des grands canons électro pop du moment.  Ça ne l’empêchera sûrement pas d’attirer l’attention des curateurs des grandes playlists du genre sur Spotify. Hyper personnelle et inclassable, sa musique devrait néanmoins plaire aux fans de Nick Murphy/Chet Faker, Nosaj Thing et Tokimonsta.

L’intriguant dude derrière le sobriquet (et l’abat-jour à franges) confie avoir longuement réfléchi à son esthétique avant de se lancer. Son intention première, c’était de créer quelque chose d’original, un univers qui lui est propre. « J’ai commencé à gosser sur Garage Band avec ma guit et un micro cheap vraiment jeune. Petits riffs, petits refrains catchy. […] Ma guitare a ramassé la poussière pendant plusieurs années après [que je sois tombé en amour avec l’électro], explique le musicien par courriel, anonymat oblige. J’étais sur mon laptop en train de faire de la musique 100 % digitale. C’était l’fun et j’ai appris énormément sur la production, mais ce que je créais manquait de personnalité et ça se noyait dans un océan de musiques excellentes qui sonnait un peu comme la mienne, mais en mieux. Alors j’ai été rechercher ma guitare et mon petit mic ».

Sur The Ride, sa toute première chanson à voir la lumière du jour, un titre qu’il offre en primeur au Voir, Many Masks se risque même aux chants de gorge. Une composante qui ajoute une couche d’épaisseur à sa proposition déjà très riche.

Le EP de Many Masks sortira le 13 mars prochain.

 

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie