Ne manquez rien avec l’infolettre.
BAnQ, gardienne de la mémoire du Québec

BAnQ, gardienne de la mémoire du Québec

Cet automne, BAnQ propose trois nouveaux rendez-vous de la série Mémoire de Papier, des visites-conférences thématiques qui interpellent le public sur l’histoire du Québec. Une nouvelle manière de découvrir ou redécouvrir l’impressionnante collection de la Bibliothèque nationale.

Plus de 3,5 millions de livres, journaux, affiches, cartes, estampes et autres documents… L’immense collection conservée à BAnQ Rosemont–La Petite-Patrie (l’ensemble de ce qui est publié au Québec) est un temple d’information sur notre histoire commune. Afin d’éclairer le grand public sur cet héritage considérable, les bibliothécaires et experts de BAnQ proposent au public un moment d’échange et d’émerveillement: les visites-conférences Mémoire de papier. Au travers d’une quarantaine de documents en tout genre, les curieux, historiens, bibliophiles ou collectionneurs pourront ainsi découvrir un fragment de l’histoire sous un autre jour.

De captivants récits

Le 26 septembre, BAnQ propose ainsi Voyager au Québec, d’hier à aujourd’hui, une rétrospective de plus de deux siècles sur le tourisme et l’image fantasmée du Québec. De vertes forêts, des hôtels luxueux, et des voyages en bateau: une vision pittoresque et romancée du territoire qui fait aujourd’hui sourire. Parmi les guides, affiches, cartes postales et documents sélectionnés par les bibliothécaires Danielle Léger et Michèle Lefebvre, on retrouve également les programmes d’événements majeurs tels que le tricentenaire de Québec et les premiers carnavals d’hiver.

Le 24 octobre, BAnQ anticipe l’Halloween et s’intéresse à la représentation des monstres au travers des âges. Ce sujet transversal permet de montrer une grande diversité de documents: des livres, bien sûr, mais aussi des cartes, des gravures, des estampes ou des livres jeunesse d’aujourd’hui. Une visite éclairante par Isabelle Robitaille sur les talents des graveurs et illustrateurs, mais aussi sur la représentation collective de nos peurs.

Enfin, le 28 novembre, Inventivité montréalaise: entre démesure et utopie fera découvrir ces projets inaboutis, des plus inventifs aux plus hallucinants, qui auraient pu donner une tout autre image au paysage montréalais. Au cours des siècles, nombreux sont ceux qui ont rêvé de bâtir la ville selon leurs aspirations et rêves les plus fous. «On a jadis proposé des grottes aménagées, de puissants projecteurs lumineux sur le mont Royal, des grands boulevards et même un chemin de fer surélevé ceinturant l’île, parcouru par des wagons montés de canons», explique Jean-François Palomino, cartothécaire et coordonnateur de la diffusion des collections permanentes.

Une visite unique

Chaque rencontre se termine par une visite des réserves, d‘autant plus exclusive qu’elles ne sont habituellement pas accessibles au public. Parmi les raretés que renferme la réserve se trouvent notamment des estampes d’artistes québécois tels que Jean-Paul Riopelle et René Derouin, un ensemble de livres anciens en langues autochtones ou encore la célèbre Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. C’est aussi l’occasion pour le visiteur d’en apprendre davantage sur le précieux travail effectué par le personnel de BAnQ pour conserver tous ces documents qui témoignent de notre histoire.

Les 26 septembre, 24 octobre et 28 novembre de 18h à 19h30