Ne manquez rien avec l’infolettre.
Bibelot : Un instrument de grande envergure au Centre Phi

Bibelot : Un instrument de grande envergure au Centre Phi

L’artiste canadien Jay Crocker déploie son Bibelot au Centre Phi, une oeuvre immersive sonore qui marie musique, temps et espace. 

«J’aime bien le mot bibelot en français. Mon installation est comme une version amplifiée du bibelot», nous dit Jay Crocker alors qu’on visite en sa compagnie l’oeuvre qu’il présente ces jours-ci au Centre Phi. Bibelot est une installation sonore composée de 16 boîtes à musique reliées au plafond par des conduits. Chaque boîte est dotée d’un mécanisme et d’un amplificateur pour produire des sons ou des notes. Les boîtes forment donc un grand instrument et lorsqu’elles se répondent, on se retrouve en immersion dans cette composition. 

«La pièce est destinée à être infinie, en constante évolution, explique l’artiste. J’ai beaucoup expérimenté avec les compositions circulaires, donc c’est basé sur un ensemble de matériel plutôt que sur un système linéaire. Je voulais aussi tenter de recréer un type d’environnement sonore similaire à celui qu’on vit quand on marche dans la rue et qu’il y a toutes sortes de sons autour de nous.» L’idée d’un sanctuaire a aussi été une inspiration dans la confection de Bibelot.

photo Martine Lavoie

Petit objet deviendra grand

Pour cette installation, Jay Crocker a composé six pièces différentes jouées par les boîtes en bois. Celle sélectionnée pour le Centre Phi est Iterations of Love, une composition que l’artiste décrit comme étant paisible et joyeuse. Dans la version originale de Bibelot en 2017, toutes les boîtes avaient un mécanisme qui lisaient des notes sur papier. Ici, le son des boîtes à musique, qui nous ramène à l’enfance, est marié à des sons ambiants et des bruits de «tie-wrap». 

Jay Crocker, qui mène une carrière musicale expérimentale sous le nom JOYFULTALK, a déjà construit de petits instruments, mais ceci est certainement la chose la plus imposante qu’il ait fait à ce jour. Il explique que la genèse de Bibelot lui est apparue à Noël il y a 10 ans. «Ma femme m’a offert une boîte à musique de 30 notes avec une petite manivelle manuelle. On peut composer sa propre pièce alors j’en ai créé une. Suite à ça, je me suis dit: «Oh, je pense que je peux démonter ce genre de boîte à musique, ajouter des outils et les rendre motorisés.»» Après des demandes de subvention infructueuses, Jay Crocker a finalement reçu du financement pour concrétiser ce projet sonore. 

photo Martine Lavoie

Ruralité créatrice

Son déménagement de Calgary vers la Nouvelle-Écosse il y a quelques années lui a aussi permis d’exploiter des aptitudes qui auront été bénéfiques à la construction de Bibelot. Son nouvel environnement a changé sa façon de créer et l’a mené vers la conception d’un objet artistique d’envergure qui fait appel à ses talents de compositeur. «Mon arrivée en Nouvelle-Écosse était au bon moment dans ma carrière d’artiste, explique-t-il. Il y a là-bas une culture totalement «diy» en région rurale. Ce n’est pas vraiment appelé «diy», mais c’est l’idée de développer des outils pour soi, pour survivre. J’ai appris à faire toutes sortes de choses, de la plomberie à la menuiserie, à l’électricité, à la mécanique automobile. Tout ça a façonné ma création et m’a donné des idées. Même le levage de chaîne qui se retrouve sur le dessus de l’installation, ça m’est venu au moment de sortir un moteur d’un camion! J’ai pensé: «ce serait super pour Bibelot!»» 

L’installation a vu le jour en novembre en 2017 et a été présenté dans les Maritimes (Halifax, Moncton, Charlottetown, St. John’s) et elle voyagera dans sa province natale de Terre-Neuve en 2020. «J’ai appris plein de choses avec cette installation. J’ai plusieurs idées pour la suite», conclut-il.

Bibelot est présenté jusqu’au 12 janvier au Centre Phi. Vous pouvez découvrir l’exposition lors de la Journée portes ouvertes au Centre Phi le mercredi 18 décembre.