Ne manquez rien avec l’infolettre.
Prendre la parole au Centre Phi pour le Mois de l'histoire des Noirs

Prendre la parole au Centre Phi pour le Mois de l’histoire des Noirs

Dans le cadre de la 29e édition du Mois de l’histoire des Noirs, le Centre Phi met en lumière le dynamisme actuel au sein des communautés noires, ainsi que l’éventail de nouvelles voix qui souhaitent poursuivre le dialogue. 

L’établissement montréalais renouvelle ainsi son engagement envers les diverses communautés en leur ouvrant ses portes pour que leur parole trouve écho. Dans un esprit de collectivité, l’une des activités proposées par le Centre Phi est une journée de networking et d’ateliers, Conversations Noires: #BlackAbundance. Imaginé par Phi et Never Was Average, une compagnie de production de projets créatifs des communautés noires, l’événement combinera yoga, arts visuels, ateliers, conversations et un marché d’artisans (le Black Market). Le 22 février, le Centre Phi deviendra ainsi un lieu de partage et d’échange.

Les bonnes histoires

La parole sera aussi au centre de la soirée Confabulation, consacrée aux communautés noires, le 8 février. Déjà très populaire à Montréal et à Victoria, Confabulation est une soirée de récits autobiographiques présentés devant public. Des conteurs nous feront part de leurs histoires sous le thème des liens. Kadi Diop, hôte de l’événement au Centre Phi, explique l’apport de Confabulation sur les conteurs et le public: «Ça nous permet de briser la bulle de l’individualisme du quotidien. On écoute les autres et on se pâme devant leur générosité. On rit avec eux, on pleure parfois avec eux et surtout, on en ressort avec une impression de communauté. Ça permet de sortir les souvenirs de notre tête en les partageant et d’être vus et entendus, chose qu’on ne ressent pas toujours en tant que personne marginalisée.» 

Selon Kadi, une bonne histoire en est une qui est engageante pour la personne qui la raconte, l’ayant menée à une profonde réflexion. «Tout repose sur l’authenticité», dit-elle. Car ceci n’est pas du théâtre, c’est une vulnérable exposition de soi. «Ce qui marque et rend un conteur mémorable, c’est la sincérité et la générosité de s’ouvrir devant des étrangers». 

Exprime-toi

Afro Drag

Le public pourra ensuite s’abreuver de grandes performances lors de la soirée spéciale Afro Drag: ancêtres passés, présents & futurs le 21 février. Initiés par l’artiste multidisciplinaire BiG SiSSY, les spectacles Afro Drag ont été créés il y a un an (et ont fait un arrêt à Fierté Montréal cet été) afin de donner une scène aux artistes drag noirs et d’augmenter leur visibilité. BiG SiSSY nous confie d’ailleurs avec fierté qu’on en compte maintenant plus à Montréal que sur une seule main! 

«Mon objectif était de faire de la création avec une équipe entièrement noire, majoritairement queer et que chaque membre de l’équipe soit rémunéré pour son travail. Nous avons pu atteindre cet objectif au cours des deux dernières éditions. Je crois qu’Afro Drag a inspiré le public et les interprètes à vivre le drag comme une forme d’art vivant, prêt à être modélisé par quiconque souhaite explorer le médium.» 

Ancestors past present & future, le troisième spectacle d’Afro Drag, se veut un voyage interactif et abstrait dans l’histoire queer noire. «Ce n’est pas un show de drag typique, précise BiG SiSSY. Le récit comprend plus de contenu historique que les éditions précédentes, ce qui, je l’espère, inspirera les gens à être eux-mêmes de bons ancêtres. Il présente des artistes basés à Tio’tia:ke (Montréal) de diverses disciplines artistiques (drag, vogue, spoken word, musique) et abordera des histoires noires trans et queer noires d’un peu partout.»

Au-delà des spectacles, que BiG SiSSY souhaite emmener sur la route, Afro Drag a pour objectif d’accroître son côté social, en sensibilisant le public lors d’ateliers sur l’histoire du drag. «J’aimerais qu’Afro Drag incite la communauté noire artistique à se soucier plus des vies trans et queer», indique son créateur. 

Autres événements

Yseult

Le Mois de l’histoire des Noirs se déploie aussi en photo. Le 14 février se tiendra l’exposition de photographies d’artistes femmes noires Elles: leurs histoires, puis le lendemain aura lieu une journée de discussions. Par ailleurs, ne manquez pas le party du 22 février présenté par le beatmaker J.u.D. Toujours en musique au Centre Phi, la sensation française Yseult sera à Montréal pour la première fois le 27 février. Enfin, le Cinéma VR présente Narrations noires, une série de courts métrages en réalité virtuelle présentée du 18 février au 5 avril. 

Pour tous les détails sur les événements du Mois de l’histoire des Noirs au Centre Phi, consultez le site du Centre Phi.