Ne manquez rien avec l’infolettre.
BloguesÉnergie et environnement

Or noir, la grande histoire du pétrole

Mathieu Auzanneau, à qui l’on doit déjà l’excellent blogue « Oil Man : Chroniques du début de la fin du pétrole », sur le site du journal Le Monde, a publié cette année un livre intitulé Or noir, la grande histoire du pétrole. Fruit d’un effort de recherche colossal, l’ouvrage de plus de 700 pages raconte la grande et la petite histoire du pétrole, des origines à nos jours.

Bricoleurs de génie, entrepreneurs avides de pouvoir, aventuriers louches, souverains capricieux, tyrans mégalomanes, politiciens de connivence, diplomates serviles, espions sans scrupules… Le livre évoque sans fard la vie de toute une galerie de personnages pas toujours reluisants, de John D. Rockefeller, premier magnat du pétrole, à Ahmed Zaki Yamani, acteur clé de la crise pétrolière de 1973, en passant par des personnages comme Hitler, Churchill et les présidents Bush, père et fils.

Le pétrole, arrivé sur le marché un peu par hasard pour remplacer l’huile de baleine qui se raréfiait, ne tarde pas à devenir le produit le plus rentable au monde, puis une ressource stratégique capable de faire et défaire les empires : les Allemands et les Japonais en feront l’amère expérience pendant la Seconde Guerre mondiale.

Mais le pétrole, c’est aussi un monopole commercial anglo-saxon, autour duquel s’articule la rivalité, puis la coopération entre la Grande-Bretagne et les États-Unis. Un club fermé où des puissances comme la France, la Hollande ou l’Italie ne s’imposeront jamais totalement. Elles devront se contenter de miettes, pendant que les « sept sœurs » anglo-américaines se partageront le pétrole saoudien, « le plus grand trésor de l’histoire ».

Or noir

 

150 ans d’histoire vus du point de vue du pétrole
Sans jamais tomber dans des déterminismes simplistes qui feraient du pétrole le seul moteur de l’histoire, Matthieu Auzanneau explique l’importance de l’or noir dans l’émergence de l’industrie de l’automobile et dans l’issue des deux guerres mondiales. Le rôle clé joué par l’accès aux ressources pétrolières dans l’écrasement de l’Allemagne nazie explique en grande partie l’importance qu’accorderont les États-Unis aux réserves du Moyen-Orient après 1945.

Or noir ne s’en tient pas à la domination américaine d’après-guerre sur l’industrie pétrolière. Il présente les acteurs de la création de l’OPEP et des chocs pétroliers de 1973 et 1979. Il raconte aussi comment la vague de nationalisations dans les pays producteurs a émoussé l’emprise des « sept sœurs », qui ne sont plus que quatre, et comment les politiques de Ronald Reagan ont fait oublier les précieuses leçons de sobriété des années 1970.

Le livre s’achève sur un portrait de l’industrie pétrolière actuelle et de son avenir de plus en plus incertain depuis l’an 2000. Matthieu Auzanneau évoque la raréfaction de la ressource, prédite dès 1956 par Marion King Hubbert, et la réalité du pic pétrolier, dont l’imminence a été annoncée dès 1998 par Jean Laherrère et Colin Campbell.

L’ouvrage contient également un certain nombre de statistiques fascinantes. On apprend ainsi qu’avant son démantèlement en 1911, la Standard Oil, qui avait établi un quasi-monopole mondial, produisait moins de pétrole que les deux raffineries québécoises de nos jours. On note aussi qu’en 1939, le Japon et tout son complexe militaro-industriel ne consommaient que le quart du pétrole actuellement nécessaire à l’industrie québécoise.

Or noir est le récit passionnant d’une ressource unique. Solidement documenté, il fait la part des choses entre l’histoire et la légende, mais sait aussi dénoncer sans concessions toutes les atrocités qui ont marqué les rivalités pour le contrôle de sa production. Il fait aussi le pont entre le passé et le présent de cette industrie. Matthieu Auzanneau signe en somme un livre important, qui captivera autant les amateurs d’histoire que ceux qui s’intéressent aux enjeux énergétiques actuels.

 

Sources :
Auzanneau, Matthieu. Or noir : la grande histoire du pétrole, Éditions La Découverte, Paris, 2015, 713 p.
Oil Man : Chroniques du début de la fin du pétrole