BloguesBières et dégustations

L’émergence des IPA noires (black IPA)

Depuis quelques semaines, les IPA noires ont commencé à faire leur apparition sur le marché de la bière au Québec. Plusieurs microbrasseries en offraient déjà en fût, mais ce n’est que tout récemment que les IPA noires québécoises ont commencé à être embouteillées. Les Brasseurs du Monde ont ouvert le bal avec leur Houblon noir et Dunham a emboîté le pas avec sa Black IPA. Si vous me demandiez laquelle je préfère, mon vote irait à celle de Dunham, bien que les deux produits soient assez différents et qu’ils offrent chacun leurs propres intérêts gustatifs. Vous devriez pouvoir retrouver ces deux bières assez facilement dans les dépanneurs et épiceries spécialisés.

C’est quoi au juste une IPA noire?
Pour faire une histoire courte, il s’agit d’une IPA (bière amère fortement houblonnée) qui a été brassée avec du malt torréfié qui lui confère sa couleur noire. En somme, nous nous retrouvons avec une bière noire qui n’a rien à voir avec un stout ou un porter (oui, ces mots doivent effectivement être écrits au masculin). La black IPA se caractérise donc par des saveurs de pain rôti avec une touche franche, souvent florale, de délicieux houblon. L’habit ne fait pas toujours le moine!

…Il y a fort à parier que d’autres microbrasseries vont se prêter au jeu et nous livrer leur interprétation de ce style émergent au cours de l’année 2012. Je serais prêt à gager une bière!

Commentaires

Les commentaires sont fermés.
7 commentaires

Intrigué, j’ai goûté à la Houblon Noir il y a 1 ou 2 semaines.
Disons que j’ai vu mieux comme mélange. Pour l’amateur de IPA que je suis, le fait de mélanger ces deux types de bière pour en faire une seule est l’équivalent, pour un amateur de vin, d’ajouter de l’eau minérale dans un vieux Château Margaux.

@Mathieu Poirier : Belle comparaison! Toutefois, même si je ne suis pas convaincu par les Black IPA moi non plus, je n’irais pas jusqu’à dire que c’est un mélange de styles. Je pense que les IPA noires ont le droit d’exister comme une déclinaison à part entière, mais il faut arrêter de les comparer avec les IPA traditionnelles. Je te mets au défi d’essayer celle de Dunham avec ses 95 ibu d’amertume bien sonnants!

Vous devriez traverser chez nos voisins du Sud pour y voir ce qui se brasse comme Black IPA ! Celle de Southern Tier, la Uniquity est formidable ! Cheers !

Il faut avoir goûté des BIPA hors du Québec pour comprendre le bonheur que procurent ces bières. Je pense à des brasseries comme Hornbeer (hophorn), Kernel (black ipa), Brewdog (abstrakt 06) ou Southern Tier (iniquity black ale). Nous avons encore un problème ici avec le dry-hopping et l’agencement des houblons pour avoir un agencement d’arômes qui se marie bien au corps noir de la bière. On insiste sur l’amertume, mais c’est le profil aromatique du houblon qui devrait être mis en valeur.
Malgré tout, j’ai personnellement bien aimé la Houblon Noir en bouteille la première fois que j’y ai goûté.

Vrai que les Black IPA sont meilleures aux États-Unis, mais ils ont plusieurs années d’avance. C’est pour cette raison que je parle de l’«émergence» du style au Québec. N’en demeure pas moins qu’il y a déjà des trucs intéressants à essayer en fût, du côté de Dieu du Ciel! par exemple.

Ce qui pour moi est le meilleur attout de la Black IPA est l’association de l’amertume apporté par le malt torréfié qui est plutôt âcre avec celle de houblons américains dans le type agrume citronné… J’adore le style et les exemples américains sont encore de beaucoup supérieurs pour l’instant. Mais j’aime les initiatives Québécoises ! Les futures générations vont apporter quelque chose de bien.

PS à Houblon noir… Un peu plus de corps SVP !! : )

Je goûte en ce moment à la version Black IPA de Dieu du Ciel et ma foi, j’aime bien l’amertume (moins présente qu’une véritable IPA) et le mélange un peu torréfié du houblon. Je ne sais pas pour es autres connaisseurs ici présent, mais ça me semble un bon brassin.