BloguesEn as-tu vraiment besoin ?

Vivre avec moins de 20 000 $ par an

Liste non exhaustive de la vie en Amérique du Nord 

Loyer (parce qu’il faut une adresse pour avoir une blonde)

Alcool (bière, vin, spiritueux, alcool à friction, rince-bouche : parce que ça prend un baume respectivement contre les études, le travail, les deuils, les blessures et la mauvaise haleine)

Bouffe (parce que suivre une campagne électorale, ça brûle des calories, surtout au niveau du pouce, lorsque l’on veut changer de station)

Habillement (parce qu’il est encore plus interdit d’être nu que d’être plus de 50 sur la voie publique)

Assurance vie (parce qu’en plus de vivre dans un système imposé, il est interdit de mourir gratuitement)

Assurance invalidité (parce qu’être invalide, c’est la fin du monde, c’est encore pire lorsqu’on n’a pas les moyens de l’être)

Assurance habitation (parce que foutre le feu, même involontairement, ça peut mener à la faillite)

Cadeaux (parce qu’avoir des amis, ça veut dire payer un verre de temps à autre)

Transport (voiture, taxi, métro, autobus, vélo, marchette, souliers : parce que se déplacer, ce n’est jamais gratuit)

– Impôts (parce qu’il faut bien se la payer cette société des loisirs)

Préservatifs (parce que faire 13 enfants, ça ne fait plus partie du guide alimentaire canadien)

Préservatifs (parce qu’une ITS, ce n’est pas une taxe de bienvenue)

Préservatifs (parce qu’avec la hausse des droits de scolarité, ce n’est pas donné à tous de faire que des garçons, dont la probabilité de faire des études supérieures s’apparente à celle de tirer une carte rouge au poker)

Internet (parce que dans un monde 2.0, que peut-on faire avec un gramophone ?)

Téléphone (parce que même si c’est le même fil qui apporte votre téléphone, les fournisseurs de service nous font croire que l’économie d’échelle n’existe pas)

Télévision (parce que même si c’est le même fil qui apporte le téléphone, l’Internet et la télévision, nous voyons toujours cela comme trois services distincts : anachronisme quand tu nous guettes)

Cellulaire (parce que rester chez soi, c’est tellement 1982)

Restaurant (parce que même si l’on veut une cuisine tendance, c’est plus branché de manger 10 mg de saumon cru à 12 $ que de se faire un bon steak à la maison.)

Journaux, revues, magazines (parce qu’on a besoin de combustible pour se faire un feu de camp)

Produits ménagers (parce que c’est un luxe de déménager chaque fois que notre appartement est sale)

Savon (parce que pour avoir une blonde, il faut se laver)

Shampooing (parce que pour avoir une blonde, c’est avantageux d’avoir des cheveux)

Febreze (si faire le ménage est une option ou si l’on habite en banlieue aseptisée)

Lunettes (parce que personne ne regarde 10 secondes au loin pour chaque minute de lecture)

Frais d’activité physique (équipement, abonnement, location : à moins que ce soit une option dans un cerveau d’inactif)

Épargne (parce que se fier au RRQ en 2038, c’est aussi risqué que d’attendre le retour d’un Élohim)

Garderie (parce que faire garder son enfant, ça coûte moins cher qu’une bière ou qu’un stationnement de 3 heures sur le Plateau… seulement si l’on a une place subventionnée)

Imprévus (parce que la vie, ce n’est que ça, des imprévus)

Quand je regarde cette liste, je me dis que la « liberté » de choix est un concept bien fictif.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.
8 commentaires

Je ne bois pas d’alcool : des sous de sauvés … Yes !
Ma fille a 27 ans : pas de frais de garderie : des sous de sauvés … Yes !
Je travaille en garderie : des coupures … moins de sous … Shnout !

Ouais… vivre c’est pas toujours commode…

En fait, nous passons le plus souvent notre vie à tâcher de survivre.

Tout ça pour arriver, que ça nous plaise ou pas (et généralement «pas»), à l’inévitable terminus. Que les religions nous présente comme des paradis ou des enfers.

Quelle vie ça peut finalement être la vie…

(Avoir su, je serais pas venu… oserais-je presque ajouter!)

Voici ma suggestion personnelle :

Oublier cellulaire, télévision, assurances et compagnie; allons vivre à Bali, ou sur toute autre île du Pacifique.

Les préservatifs y seront encore de mises, voire plus

Le linge très facultatif

Le loyer pratiquement nul, à part si on prend du bambou de très haute qualité

Et la bouffe trouvable à bout de bras

Si Charest est réélu, c’est ce que je ferai!

Mais si 7,8 millions de Québécois débarquent soudainement à Bali, cela créera de la rareté. Il y aura donc de la concurrence et pouf, on revient à la case départ (mais je trouve votre plan très intéressant:-)

Si, suite à une ré-élection de Jean Charest, les gens farouchement enracinés dans un mouvement nationaliste québecois s’exilent de la province…

…hmm…

…je me ferais peut-être un bon milk shake.

Oh well. Pays libre. Vous reviendrez visiter.

(Autrement dit: si vous ne pourriez pas accepter et respecter une issue réellement possible d’une élection, posez-vous des questions sur le respect de la volonté majoritaire signalé par une action démocratique…)

C’est mon opinion.

(PS: Je sais que c’était une farce, le Bali, et mon milk shake l’est également…il ne faut pas tout prendre trop au sérieux.)

J’ai rit la majorité, mais je n’aime pas votre fin. Quand à moi, ceux qui ne sont pas capable d’appréccier leur chance d’être née canadien…je les enverrais vivre quelques temps en Somalie ou en Syrie…

Évidemment nous avons des problèmes de riches, nous sommes sur la même vision là-dessus.