Ne manquez rien avec l’infolettre.
BloguesEn as-tu vraiment besoin ?

Cours d’argumentaire 101 (réponse à Nathalie Petrowski)

Des critiques, j’en essuie souvent. C’est l’envers de s’exprimer publiquement. Il y en a souvent des bonnes, et parfois des mauvaises. Faire de la vulgarisation économique, c’est aussi confronter des idées préconçues bien ancrées dans l’imaginaire collectif. Peu importe le sens, j’ai « la couenne dure » comme on dit. Par contre, ce qui me désole toujours, c’est quand cette critique est exprimée de mauvaise foi, avec l’utilisation soutenue de sophismes ou en déformant mes propos. L’article de Madame Petrowski « J’aurais voulu être PDG » est un parfait exemple. Comme je suis professeur en plus d’être comptable, je vous propose un petit cours d’auto-défense intellectuelle : apprendre grâces aux faiblesses argumentaires d’un texte d’opinion.

D’abord, pour bien comprendre ce cours, je vous propose deux lectures préalables :
– L’article « J’aurais voulu être un artiste »
– La réplique « J’aurais voulu être PDG »

Pour bien structurer ce cours, je vous propose l’approche par cas. Nous allons étudier l’article de Madame Petrowski par extrait pour l’analyser. Avant de lire mon analyse, je vous propose de tenter d’en trouver les faiblesses en exercice pédagogique préalable.

 

Début de l’exercice pratique

Extrait #1 : « Mais pas tout à fait le même refrain que ce comptable devenu, au fil du temps, une vedette médiatique, pour ne pas dire une vedette tout court, grâce à ses airs de gars cool et grâce aussi à un premier ouvrage dont le titre évocateur – En as-tu vraiment besoin ? – a séduit des milliers de lecteurs cherchant la recette miracle pour faire de l’argent »

Réponse : Madame Petrowski, je n’ai jamais été un gars cool. Même pas à l’école, même pas maintenant. J’ai toujours été ce gars qui fait preuve de rigueur intellectuelle. Je suis ce nerd de service un peu désinvolte et sans filtre, toujours prêt à débattre au nom de la quête de faits et de vérité. Me donner le statut de « vedette tout court », sous-entend que ça ne tient à rien. Je tiens à vous rassurer, je ne suis pas une vedette. On ne m’invite pas à des fêtes de club sélect, je fais mon épicerie en toute tranquillité et je ne suis pas invité dans les soirées de vedettes où l’on prend des autoportraits sur Instagram. Vous ne me verrez pas faire des confidences personnelles dans le 7 jours. Donc, je ne suis pas une vedette. Je suis un comptable professionnel agréé et diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Humblement, je crois être présent dans les médias pour la pertinence de mes propos et de mes vulgarisations économiques. On ne m’a pas offert tout cet espace par simple courtoisie. Je suis aussi chroniqueur économique au 98,5 FM et professeur. Depuis 7 ans, je participe au débat public dans divers médias. Au bout de tout cela, je suis en effet un auteur publié depuis septembre. C’est un plus, une carte de visite et non la source de ma situation. Oui, mon livre est un grand succès et j’en suis très fier. Vendre plus que tout autre livre alors qu’on parle de finances personnelles, ce n’est pas peu dire. Aussi, je constate que vous n’avez pas encore lu ce livre. Ceux qui le lisent comprennent une chose : ce livre ne propose pas de « recette miracle pour faire de l’argent ». Non, ce livre est un essai sur les finances personnelles responsables. Ce livre se veut une réflexion sur une façon d’éviter la précarité financière, la pauvreté et les mauvais choix financiers. En aucun cas, ce livre se présente comme un autre « How to become rich? ». Si vous en voulez une copie, cela me fera plaisir de vous la faire parvenir sans aucuns frais, avec une belle dédicace personnalisée en prime.

Erreurs argumentaires utilisées :
– S’exprimer sur un livre qu’on n’a pas lu
– S’avancer sur le cheminement de carrière d’une personne sans en avoir pris réellement connaissance.

 

Extrait #2 : « Passons sur l’ironie d’écrire une chronique sur les trop généreux avantages fiscaux accordés aux artistes au moment où la grosse nouvelle économique du jour est le salaire annuel des PDG les mieux payés du pays. Selon le Conseil canadien des politiques alternatives, cité par La Presse canadienne, les PDG les mieux payés du pays avaient déjà empoché le salaire moyen annuel d’un Canadien travaillant à temps plein, à peine 48 heures après le début de la nouvelle année. C’est dire qu’à minuit le mardi 3 janvier, ces PDG – dont le salaire annuel moyen est de 9 millions – avaient gagné 49 510 $, et cela, sans lever le petit doigt, sauf peut-être pour commander un mojito bien frappé au bord d’une piscine turquoise sous un ciel tropical. Sachant cela, je vois mal comment on peut avoir envie de chanter « J’aurais voulu être un artiste ».

Réponse : Ici, n’importe quel diplômé de cégep peut détecter le sophisme. Tenter de détruire ou réduire la pertinence d’un propos en l’opposant à une autre situation est une faiblesse argumentaire. On pourrait dire que c’est un peu le sophisme de la double faute : diminuer l’importance d’une réalité ou d’une iniquité en tentant d’en présenter une plus choquante.

Autre point, où dans mon texte voyez-vous que j’affirme que les avantages fiscaux accordés aux artistes sont trop généreux? Ce que je souligne dans celui-ci, c’est le traitement préférentiel accordé aux artistes par rapport aux autres contribuables de même revenu. C’est factuel : il existe des mesures fiscales favorables aux artistes non pas en fonction de leurs revenus comme c’est le cas pour la majorité, mais en fonction de la nature de leur statut.

Erreurs argumentaires utilisées :
– Utilisation du sophisme
– Déformation du propos du texte critiqué

 

Extrait #3 : « […] de la part d’un comptable, ce n’est pas étonnant. Celui que j’ai consulté pendant 20 ans et qui officiait dans une cellule austère au-dessus d’un salon funéraire à Verdun n’arrêtait pas de m’exhorter à faire comme lui et à apporter mon lunch au bureau pour économiser et m’offrir une retraite dorée – retraite que mon comptable n’a jamais connue, ayant succombé à une crise cardiaque à 50 ans.

Réponse : Encore le sophisme ? Décidément, Madame Petrowski adore cette erreur.

Évidemment, ici c’est le sophisme de la généralisation hâtive. Extrapoler toute une population sur un échantillon d’un seul comptable qu’elle a connu à Verdun, c’est un peu faible. Les CHSLD sont remplis de gens qui ont survécu à leur cinquantaine. La population au-dessus de 65 ans a franchi une étape importante de son histoire. Pour la première fois au Québec, il y a plus de retraités que de jeunes dans la population québécoise. La formation comptable ne fait pas d’une personne un tout à catégoriser. Il serait temps que la société passe à autre chose quand vient le temps de sortir des préjugés, parce qu’on est en 2017 comme dirait l’autre.

Erreurs argumentaires utilisées :
– Utilisation du sophisme
– Préjugés envers un groupe ayant une caractéristique commune (un diplôme en comptabilité)

Note : Madame Petrowski, je vous invite à lire mon chapitre « Cuisiner : en as-tu vraiment besoin ? ». Vous ne deviendrez pas riche après sa lecture, mais vous allez faire la paix avec votre comptable de Verdun.

 

Extrait #4 : «Mais où vit-il ? Ne sait-il pas que les chanceux comme lui ou comme Ricardo se comptent sur les doigts de la main et que malheureusement, la vaste majorité des écrivains québécois ne vivent pas de leur plume et encore moins de leurs droits d’auteur ? »

Réponse : Les auteurs sont peu nombreux à vivre de leur plume. Donc, prenons le cas d’un auteur qui ne vivrait que de sa plume et pauvrement. Disons qu’il n’a que 15 000$ de revenus au total dans l’année. Alors, pourquoi lui donner une déduction de 15 000$ s’il a déjà droit de ne pas payer d’impôts avec les diverses mesures fiscales existantes pour tous les contribuables? Une déduction n’est logique que lorsque le revenu génère de l’imposition. C’est un principe fiscal de base. Ainsi, la déduction pour droit d’auteur favorise davantage ceux qui ont un taux d’imposition élevé. Cette mesure fiscale ne remplit donc pas son mandat. Qui plus est, elle crée une discrimination entre la coiffeuse à 30 000$ par rapport à l’auteur/acteur à 30 000$. Pourquoi octroyer à un revenu équivalent une imposition inférieure sur la base de la « noblesse de l’art ». C’est non seulement inéquitable, mais incohérent. Et le droit d’auteur ne s’applique pas seulement aux auteurs de livres. Plusieurs artistes ont droit à ce crédit pour livrer une performance d’autres natures. Madame Petrowski, si vous vouliez dire que vous croyez qu’il faut encourager plus les artistes que les autres contribuables au nom de l’art, vous auriez pu l’affirmer. Non, vous avez préféré mettre les « chanceux » de ce monde en opposition avec les artistes. Comme si c’était une réalité binaire sans nuance.

Erreurs argumentaires utilisées :
– Argumenter sur un concept fiscal en ne comprenant pas son utilité ou sa mécanique.
– Déformer le propos de l’auteur du texte critiqué pour en déduire un autre sens que celui qui était présenté.
– Utiliser le populisme pour mettre en opposition les hauts et faibles revenus.

NB : Merci pour la comparaison avec Ricardo, mais me comparer à celui-ci, c’est comme comparer Marie-Mai à Céline Dion. Je ne suis clairement pas dans sa ligue à tous les niveaux.

 

Extrait #5 « Pense-t-il sincèrement que ces mesures fiscales ont été adoptées pour constituer un club de millionnaires de la littérature ? Si c’est le cas, disons que le gouvernement québécois a raté son coup. »

Réponse : Je n’ai en aucun cas sous-entendu cela dans mon texte. Les mesures fiscales ne favorisent principalement que ceux qui n’en ont pas réellement besoin par rapport à leurs pairs d’autres milieux. Ce que je souligne, c’est la double lorgnette en fonction que l’on soit un artiste ou non.

D’ailleurs, voici quelques statistiques à ce sujet.

Le rapport de la commission d’examen sur la fiscalité québécoise proposait d’éliminer plusieurs mesures fiscales dont l’étalement du revenu pour artistes (qui n’a profité qu’à 32 personnes en 2011) et la déduction pour artiste de droit d’auteur. Des experts ont jugé que ces mesures étaient à revoir pour leur efficacité, mais surtout pour leur cohérence.

Erreurs argumentaires utilisées :
– Déformation des propos de l’auteur

 

Extrait #6 : « Or, s’il est vrai qu’un comptable ou qu’un consultant peut difficilement rencontrer un client tout nu ou en gougounes et robe de chambre, ces travailleurs autonomes ne vivent pas sous les projecteurs ni dans l’œil intransigeant du public. La dernière fois qu’une artiste s’est privée de sa déduction fiscale et a enfilé les premiers jean et t-shirt qui lui sont tombés sous la main, elle s’appelait Safia Nolin et elle a été crucifiée sur la place publique. »

Encore une fois, on aime le sophisme. Prendre le cas de Safia Nolin qui a fait un « statement public volontaire » dans un gala pour justifier une déduction fiscale aux artistes est une forme de généralisation hâtive. Madame Petrowski oublie aussi de préciser certaines choses. Les artistes sous les projecteurs bénéficient souvent de commandites, de prêts, d’achat à prix avantageux, de dons, etc. Prendre le cas unique d’une situation de gala est malhonnête.

Regardez les génériques d’émissions. Le commanditaire vestimentaire est souvent mentionné. Soyons honnêtes un peu. C’est une déduction fiscale illogique pour les vêtements qui se portent dans la vie de tous les jours dans beaucoup de cas.

Erreurs argumentaires utilisées :
– Utilisation d’un sophisme
– Présentation biaisée et partielle d’une réalité

 

Extrait #7 : « McSween a beau être stagiaire à l’Union des artistes, il n’a aucune idée du quotidien d’un travailleur autonome qui passe audition sur audition sans jamais obtenir le premier ni même le dernier rôle. »

Réponse : de Pierre-Yves McSween (travailleur autonome) :

Bien sûr, ce ne sont pas tous les artistes qui ont la chance de vivre de leur art. Encore une fois, aucun lien avec le propos de mon texte. Mon texte souligne que les mesures fiscales sont plus avantageuses pour les artistes que pour les autres travailleurs autonomes ou salariés ayant le même niveau revenu. Il souligne aussi que ces avantages fiscaux favorisent ceux qui tirent leur épingle du jeu. En aucun cas, il ne minimise la difficulté de faire sa place dans ce milieu.

Erreurs argumentaires utilisées :
– Déformation du propos de l’auteur du texte

 

Extrait #8 : « Il faut être comptable pour ne rien comprendre à la précarité d’un métier où vous êtes continuellement soumis à la volonté d’un scénariste qui veut se débarrasser de votre personnage ou d’un metteur en scène qui rêve de vous congédier pour vous remplacer par un acteur plus jeune, plus hot, plus à la mode. »

Réponse : Cette réalité de perdre son emploi au profit d’un autre, c’est aussi le cas pour beaucoup de salariés, de pigistes, de temporaires et de travailleurs autonomes offrant leurs services. Les contrats sont de courte durée pour plusieurs et sans certitude. Par contre, si je signe un contrat de 2 ans avec un producteur, j’ai beau avoir d’autres sources de revenus, suis-je vraiment un travailleur autonome pour ce contrat? Dans les faits, pas vraiment. Par contre, on confère à l’artiste le statut de travailleur autonome automatiquement, c’est ça mon point. Sans égard à la nature de la relation entre les parties impliquées. Vous savez Madame Petrowski, quand je fais une chronique à la SRC, je suis salarié. Quand je suis chargé de cours à l’université, je suis salarié. Croyez-vous vraiment que je n’ai pas d’autres employeurs? Croyez-vous vraiment que je n’ai pas d’autres sources de revenus? Le fait d’avoir plusieurs employeurs ne fait pas de vous un travailleur autonome pour toutes les sources de revenus, même si elles sont précaires. C’est la nature et le lien d’emploi selon certains critères qui doivent le déterminer selon la logique fiscale. Je vous invite à les consulter.

Erreur argumentaire utilisée :
– Sophisme de l’attaque personnelle (« Il faut bien être comptable »)

 

Extrait #9 : « Quant à leurs acteurs, il n’y a que Chantal Fontaine qui a travaillé pendant 10 ans et de manière exclusive sur Virginie. Tous les autres acteurs avaient tous des contrats ailleurs : au théâtre, en pub ou dans une autre série sur un autre réseau. Tous se fendaient en quatre, se dédoublaient et couraient après leur queue pour avoir l’immense privilège de pratiquer leur métier, de boucler leurs fins de mois et de payer leur 10 % à leur agent et éventuellement à leur comptable. »

Réponse : Encore une fois ici, Madame Petrowski, je suis désolé de vous contredire, mais vous ne savez pas de quoi vous parlez. Virginie a été une série très payante pour plusieurs acteurs qui y avaient un rôle régulier. Demandez à ceux-ci, ils vous diront qu’ils ont bénéficié d’une rémunération très intéressante durant cette période. Je sais que vous n’avez pas droit d’accès à leurs données fiscales, mais si vous les aviez appelés avant d’écrire votre coup de gueule du jour, ils vous l’auraient sûrement confirmé. Je vous confirme aussi qu’ils ont reçu un énorme chèque de droits de suite récemment parce que Ici Radio-Canada repasse la série en après-midi et tout cela sans travailler une seule minute. Je ne parle pas de centaines de dollars. Plusieurs acteurs, autres que Chantal Fontaine, ont reçu des dizaines de milliers de dollars récemment pour des droits de suite. Imaginez le salaire de l’époque, ce n’est pas ce que j’appelle « courir après sa queue ». Donc, votre affirmation est tout simplement fausse. La prochaine fois, avant d’écrire « tous », validez votre propos. Malgré tout, le sujet de mon texte n’a aucun lien avec la richesse des acteurs de Virginie, mais plutôt de la nature de leur lien d’emploi. Encore une fois, vous avez déformé mon propos.

Erreurs argumentaires utilisées :
– L’intuition et les préjugés au détriment des faits.
– Déformation des propos de l’auteur.

 

Extrait #10 : « Ce qui existe, par contre, ce sont les chiffres. À l’heure où j’écris ces lignes, les PDG les mieux payés du pays sont à 1000 $ de leur premier 100 000 $ de l’année. Combien on parie, mon cher Pierre-Yves McSween, qu’il n’y a en pas un seul qui chante « J’aurais voulu être un artiste » ? »

Réponse : Encore l’utilisation du même sophisme pour une deuxième fois dans le même texte. Mon titre était simplement utilisé dans le but de souligner le fait qu’on traite les artistes différemment des autres contribuables au niveau fiscal (au Québec). En aucun cas, je n’ai lancé une phrase laissant croire qu’ils vivaient tous dans l’opulence.

Erreurs argumentaires utilisées :
– Utilisation du sophisme
– Déformation du propos du texte critiqué

 

Conclusion :

Madame Petrowski, j’ai perdu beaucoup de temps à vous répondre aujourd’hui. Je l’ai fait parce que votre texte manquait de rigueur, déformait mes propos et surtout tentait de jouer au populisme avec un article qui se voulait avant tout un exercice de vulgarisation fiscale et non une attaque envers le milieu artistique. Je vous souligne que je suis très déçu de votre texte, autant par sa rigueur intellectuelle que par ses attaques gratuites et sans profondeur. Vous auriez pu argumenter sur le principe, sur votre vision de la culture et sur votre biais favorable envers celle-ci. Tout cela aurait pu se défendre d’un certain angle. Vous auriez pu soulever les arguments de Jean Campeau. Non, vous avez préféré attaquer le messager, plutôt que les propos.  Vous auriez pu être au-dessus de la mêlée… vous avez préféré jouer à la Bande des six.