Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
BloguesLa vie en BD

Enseigner la bande dessinée au secondaire

1822801-gfEnseigner la bande dessinée au secondaire, pourquoi pas?

Après tout : la BD n’est pas un genre littéraire, elle est un médium, un langage. Pourquoi ne pas, ainsi, placer des titres de bande dessinée aux côtés de romans ou de recueil de poésie au cursus de littérature du premier et du deuxième cycle du secondaire?

Une proposition d’intérêt?

Oui, selon Marie-Hélène Marcoux, conseillère pédagogique et auteure de l’ouvrage La BD au secondaire, aux éditions de la Chenelière.

Pourquoi?

Parce que la BD a la cote auprès des adolescents (après tout, selon l’OCDE, c’est le médium qu’ils lisent le plus, après les journaux). D’abord. Puis parce que c’est un outil de plus, une porte d’entrée de plus, pour amener toujours plus de jeunes aujourd’hui à devenir des lecteurs demain.

À travers La BD au secondaire, Marie-Hélène Marcoux propose une démarche, une approche. À partir de trois titres (Paul au parc et Paul a un travail d’été, de Michel Rabagliati, et Jane, le renard et moi d’Isabelle Arsenault et Fanny Britt, choisies notamment pour leurs thématiques proches des jeunes fréquentant le secondaire), son ouvrage propose un travail de lecture collaborative autant que des parcours thématiques, autant qu’un mode d’appropriation des bases de ce langage littéraire, tant pour les enseignants que pour leurs étudiants. Avec des ponts, évidemment, vers le contenu du programme de formation québécois. Tout ça, pour développer la compréhension et l’analyse d’une œuvre narrative, au sens large.

Bref, une belle – et riche – proposition, qui, peut-être, pourra venir combler un vide, remplir cette absence, et donner une place à la bande dessinée (voire, de la bande dessinée d’ici) dans le développement et l’expérimentation de la littérature au secondaire.

Mais bon, uniquement, ici, que quelques pistes. Question d’aller un peu plus loin, je vous propose un entretien d’un peu moins de 20 minutes réalisé tout récemment avec l’auteure de cet ouvrage publié à l’automne 2015 :