Restos / Bars

Kitchenette : Boîte à lunch

Kitchenette, c’est l’autre cafétéria de Radio-Canada. Surtout celle des cadres et des vedettes. Une cantine confortable entre bistro et inspirations tex-mex.

Situé juste en face de la célèbre tour, ce local abritait encore tout récemment la cuisine de La Loïe, très contemporaine et pas tout à fait abordable. Avec Kitchenette, changement de ton. Sauf pour le portefeuille. Quel chef ne rêverait pas d’un tel restaurant? Le bassin de clientèle est important et argenté. Mais il faut tout de même trouver le ton juste. Celui de la vivacité, de l’efficacité dans le plaisir, le même que cherchent les restaurateurs du centre-ville. Le service est d’ailleurs visiblement soucieux de se créer cette nouvelle clientèle. Aux petits oignons! Le genre de celui qui vient vous demander au moins trois fois, vraiment: "Alors, c’est à votre goût?"

Pour Nick Hodge, notre chef aux origines texanes, il s’agissait aussi de lancer une cuisine personnelle, vivante, originale, séduisante. Et il se débrouille pas mal. Rigueur dans le choix des produits, exécution rapide et maîtrisée, saveurs originales et colorées. Empruntant aux classiques éclectiques (bourguignon, fish & chips) et glissant çà et là quelques nouveautés inusitées. Amusant. Le tout dans une déco rafraîchie, sobre, lumineuse. Chaises de plastique blanc aux pieds chromés, tables de bois clair, banquettes invitantes. C’est la classe confort.

DÉLICES

Confort, comme dans comfort food, également. Entrées allumées, snacks revisités et suite de plats variés. Pas vraiment de ligne directrice, à se demander comment le chef traite autant de polyvalence. Mais derrière le comptoir de sa cuisine ouverte, il roule, très organisé.

Rien de transcendant pour ce qui est des entrées offertes avec le menu table d’hôte. Une jolie soupe de carottes vaguement parfumée au thym, avec petite flaque d’huile de ciboulette et spirale de crème. Agréable. Ou une petite salade mélangée, rehaussée d’huile et de vinaigre soigneusement sélectionnés.

Notre première visite, c’était un vendredi, le jour du fish & chips (un incontournable dont une évaluation rigide montre le talent d’un cuisinier). Celui-ci est un filet de mahi-mahi entouré d’une pâte levée à la bière. La chair exprime sa tendreté, au milieu des miettes que provoque inévitablement la mastication d’une pâte croustillante. Mignonnes petites touches: un peu de courgette à la tempura et sauce tartare maison.

Dans l’assiette en face, Nick Hodge nous propose une coupe de boeuf: le steak flat iron, une tranche de la macreuse prise dans l’épaule, se révèle intéressant. Cette pièce de viande négligée des bouchers – et des consommateurs – exhibe tendreté et saveur après un passage rapide sur le gril au charbon. Sauce au vin rouge et même platée de frites que celle du fish & chips. Portion trop généreuse mais, encore une fois, friture réussie.

Le deuxième passage a permis de constater que notre chef aime s’amuser. Dans ce burger de thon, immense, où le filet saignant s’écrase sur une salade de chou et de la carotte émincée. Beaucoup de parfums dans ce gratte-ciel entre deux tranches, très californien, et toujours cette tonne de frites. L’après-midi sera longue!

Mais c’est bien connu, dans le Sud des États-Unis, on fait la sieste. Et Nick, qui n’a rien perdu de ses racines, nous montre ici son petit côté tex-mex. Un taco, de blé et non de maïs, accueille un autre filet de mahi-mahi qui n’attend que d’être nappé d’une salsa revigorante: petits haricots noirs, oignon espagnol, ananas et tomate marinés dans le jus de citron. Un peu de laitue aussi, si vous voulez. Sympathique rayon de soleil dans l’assiette. On se croirait presque au printemps.

DESSERTS

Des cupcakes: décidément, c’est tendance. Moelleuse pâte aromatisée aux carottes et pacanes. Onctueux glaçage au fromage à la crème. Avec un petit café, c’est parfait. Rien de mieux pour souhaiter encore plus fort le retour de la sieste.

EMBALLANT /

Une cuisine vivante et éclectique, avec tout le soin d’un professionnel. Un service attentif, c’est le moins que l’on puisse dire. Et pour voir des vedettes de la "tivi", c’est ici!

DÉCEVANT /

Les frites, ce n’est pas bon pour la santé… Sérieusement, un petit peu moins et un peu plus croustillantes? La déco, sobre, certes, mais manquant de petites touches de couleur. Un tableau ou deux?

La facture, plus salée que les frites.

COMBIEN? /

Comptez quand même une bonne trentaine de dollars pour un repas décent. Et un verre de vin?

QUAND? /

Midi: du lundi au vendredi, dès 10 h 30. Soir: du mardi au samedi, jusqu’à 22 h.

OÙ? /

Kitchenette
1353, boulevard René-Lévesque Est, juste en face de la future pyramide de Sébastien Benoît
Tél.: 514 527-1016

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie