Ne manquez rien avec l’infolettre.
Restos / Bars

Gilles LaHaye : Avec du lait, svp!

Gilles LaHaye cherchait une idée de génie. Lorsque du lait est tombé par hasard dans des bouteilles de verre, il y a vu sa chance. Deux ans et des poussières plus tard, le lait La Haye a fait des adeptes à la grandeur de la province.

Gilles LaHaye travaille dans le domaine alimentaire depuis sa prime jeunesse: "J’ai toujours été dans les produits laitiers, dans l’alimentation. J’ai vendu du fromage, du lait… Et mon rêve, c’était d’arriver à trouver mon produit unique pour le partager avec les autres."

Ce produit, il l’a trouvé. Après un an et demi de recherche, il a mis sur le marché un lait frais, embouteillé deux fois par semaine à Saint-Joseph-de-Beauce, écrémé à froid (un procédé qui garde le lait crémeux, encore utilisé par seulement quelques laiteries indépendantes), et présenté dans des bouteilles de verre lavées avec du savon bio, sans phosphates. "J’ai été attiré par l’idée de la bouteille de lait réutilisable. Les gens sont nostalgiques quand ils voient la bouteille, ça leur rappelle l’ancien temps, le laitier. Et les plus jeunes trouvent ça innovateur, écologique… Ça vient rejoindre deux générations!"

Il demande 3 $ de dépôt à l’achat de son contenant de 1 l pour encourager les gens à revenir porter la bouteille où ils l’ont achetée. Selon ses estimations, une bouteille peut être réutilisée entre 50 et 75 fois. En plus d’offrir du lait 1 % et 2 %, il propose aussi du lait entier 3,8 % et du lait au chocolat.

DUR, DUR D’INNOVER!

Si M. LaHaye travaille d’arrache-pied pour offrir un produit unique et de qualité depuis un an, il s’est buté à des difficultés en cours de chemin. "J’avais fait une demande de dérogation au MAPAQ pour avoir des bouteilles de 946 ml (32 oz), car j’en avais trouvé aux États-Unis qui me coûtaient moins cher à l’achat. Mais la loi au Québec est très stricte: le lait doit être vendu dans des formats de 1 l, 2 l, 4 l ou 10 l", explique l’entrepreneur. Le Conseil de l’industrie laitière devait approuver, mais le géant Natrel s’y est objecté, craignant que cela n’ouvre la porte à une déréglementation.

M. LaHaye se désole de cette situation qui désavantage les petits producteurs: "L’agriculture est dans un carcan au Québec. Pourquoi ne pas déréglementer ça pour que, justement, on ait de la diversité, pour en faire profiter les petits producteurs? Si on réussit à sortir du 1 l, on va ouvrir un nouveau marché", croit-il.

En attendant, Gilles LaHaye va de l’avant. Alors qu’il distribuait son lait dans 25 endroits à travers la province, il vient de conclure une entente qui devrait lui ouvrir de nouveaux marchés. "Là, on inonde le marché! Je vais travailler avec un distributeur à Montréal qui couvre 850 magasins dans les produits bios; il va livrer mon lait partout…"

Car la prochaine étape, c’est le lait bio. Le processus est d’ailleurs déjà enclenché, et il ne reste à M. LaHaye qu’à se trouver une ferme. "Ce qui est important pour moi, c’est que j’aie une qualité de lait aussi belle dans le lait bio que celle que j’ai actuellement, sinon meilleure… Donc avant de choisir une ferme, on va analyser les produits, voir si ça concorde avec ce qu’on recherche."

Où trouver le lait La Haye à Québec:
Épicerie J.A. Moisan, Metro Nourcy, IGA Cap-Rouge, Metro GP Saint-Augustin, Rachelle-Béry, Roset.
Pour plus d’info: 418 951-0533