Ne manquez rien avec l’infolettre.
Restos / Bars

Andrée Chocolats : Stéphanie et la chocolaterie

Chez Andrée Chocolats, la passion pour le cacao est une affaire de famille. Madeleine Daigneault a transmis son commerce, ses recettes et son péché mignon à sa petite-fille Stéphanie Saint-Denis.

La devanture victorienne et discrète d’Andrée Chocolats évoque une confiserie d’antan. Fondée en 1940, la vénérable institution du Mile End continue de régaler petits et grands. À l’intérieur, dans l’atelier de la chocolaterie, attablées devant un bassin de chocolat, Suzanne Bernier et sa comparse Lise Duval enrobent à la main les différentes confiseries – pelures d’orange et cerises au chocolat, entre autres – depuis 51 et 30 ans respectivement! Au rythme d’une douce musique classique, entourées d’un ramassis charmant de moules, cuillères et autres chaudrons en cuivre, elles se laissent diriger par le confiseur en chef des lieux, Michel Hadd. Un jeune de jeune, celui-là, puisqu’il est aux commandes depuis 1983 seulement. 25 ans à peine!

La petite nouvelle, c’est la radieuse propriétaire, Stéphanie Saint-Denis qui, après environ six mois de préparation et de planification, s’apprête à prendre les rênes du commerce de sa grand-mère, laquelle, du haut de ses 93 ans, reste néanmoins la grande doyenne de l’institution. Vigilante, Madeleine Daigneault garde un oeil sur les activités de la chocolaterie en y faisant plusieurs tours hebdomadaires. "L’endroit lui tient a coeur. Elle l’aime trop pour le quitter définitivement", souligne d’ailleurs Stéphanie Saint-Denis, toute souriante.

HISTOIRES DE FAMILLE

"C’est ici que j’ai grandi. Petite fille, je me trouvais un coin de table en marbre dans l’atelier et j’y faisais mes devoirs en sentant les effluves des gâteries qui s’accumulaient autour de moi", raconte la jeune propriétaire. Des effluves qui sont restés sensiblement les mêmes au cours des années, d’ailleurs. La nouvelle propriétaire confirme: "Nous utilisons toujours les mêmes recettes et ingrédients élaborés en 1940 par les deux fondatrices, ma grand-mère Madeleine et sa soeur Juliette." Une pratique qui satisfait des générations de clients. "Des mères et pères qui ont été initiés à la chocolaterie par leurs parents lorsqu’ils étaient jeunes y emmènent à leur tour leurs enfants", raconte fièrement Stéphanie Saint-Denis.

GOURMANDISES D’ANTAN

Il y a effectivement chez Andrée de quoi attirer parents et progéniture. Les spécialités de la maison – des formats miniatures de chocolat noir dans lequel on a trempé à la main des fruits, des noix, des crèmes, des caramels, des nougats, des truffes, des pralines et des pâtes d’amandes – sont séduisantes. D’autant plus que le chocolat qu’on y trouve – du Guayaquil de l’Équateur – comporte une forte teneur en cacao (64 %). Andrée chocolats offre environ 45 produits différents allant, par exemple, des classiques tels que la pelure d’orange et la cerise chocolatée aux "gourmandises d’antan" comme les croustillants à la mélasse et les tires, lesquelles, assure Stéphanie Saint-Denis, "permettent de bien étirer le plaisir"!

DÉFI D’HALLOWEEN

On y trouvera aussi quelques propositions alléchantes pour l’Halloween. Le client pourra se procurer sorcières, citrouilles et autres chats de chocolat en édition limitée. Pour l’occasion, il pourra également se remplir la panse de sucettes chocolatées. "Au départ, ces dernières n’ont pas vraiment fait l’affaire de ma grand-mère Madeleine, qui ne savait pas si elles allaient intéresser les clients. On a fait un pari: si, après le 31 octobre, il reste des sucettes dans le magasin, je dois les manger, toutes sans exception. J’espère gagner le pari, mais ça ne me dérangerait pas du tout de le perdre pour deux ou trois sucettes."

Andrée Chocolats
5328, avenue du Parc à Montréal
514 279-5923
www.chocolatsandree.com

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie