Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Restos / Bars

Aux Truffes : Un secret bien gardé

Depuis dix ans, le chef Martin Faucher tient les rênes du restaurant Aux Truffes, à Mont-Tremblant, l’une des plus prestigieuses – et pourtant méconnue – tables des Laurentides. Depuis un an, il en est l’heureux et unique propriétaire.

Parmi les bars, brasseries et comptoirs de queues de castor du centre de villégiature Tremblant, le restaurant gastronomique Aux Truffes fait office de perle rare. Comme ce diamant comestible, la truffe noire que le chef Martin Faucher a placée en ingrédient-vedette au coeur de sa cuisine inspirée du marché.

Même si le restaurant Aux Truffes est l’un de nos fleurons gastronomiques, il semble plus connu des touristes que des gens d’ici. Dommage, car ceux qui s’y aventurent sont séduits par la qualité et la fraîcheur des plats préparés par le chef, mais aussi par le décor couleur café, chamois et cacao. Les chaises rembourrées en ultrasuède, les couverts en argent, les tables nappées de blanc éclairées par de petites lampes rouges d’inspiration Tiffany et le feu de foyer insufflent à l’endroit sobriété, élégance et confort. Parfait pour une soirée high class, mais non guindée.

À table!

La maîtrise de la cuisson des poissons et des viandes est l’une des grandes forces de Martin Faucher. Le soir de notre visite, les cuissons du mérou, du magret de canard farci aux truffes et au foie gras de Marieville (son plat signature), du suprême de pintade farci au cacao et du filet mignon de boeuf Angus étaient impeccables.

Ces quatre pièces au menu du printemps étaient accompagnées de sauces originales et délectables, autre grande force de Martin Faucher. Le magret de canard était nappé d’une sauce aux truffes; le mérou, d’une sauce vierge au melon parsemée de petits carrés de gingembre mariné; la pintade, d’une réduction de vin rouge; et le boeuf, d’une glace à l’ail rôti.

Les plats de résistance étaient précédés de deux services mémorables. Le premier: un potage aux poireaux, bouillon de homard et huile de truffe, et un mesclun de jeunes pousses aromatiques (betteraves rouges, coriandre, moutarde, etc.) rehaussées d’une vinaigrette à l’huile de noix et vinaigre balsamique vieilli 12 ans. Le second: des calmars confits déposés sur des feuilles de roquette et émulsion au citron, et des crevettes pochées au safran servies avec une salade d’ananas coiffée d’une mousseline à l’avocat et yogourt passée au siphon. De purs délices dans les deux cas.

Le midi, le chef propose des plats plus simples, comme des sandwichs et des tartares, mais sans jamais lésiner sur la qualité des ingrédients.

Petites douceurs

Les desserts, même s’ils sont peu nombreux, sont aussi remarquables que les plats salés. Nous avons goûté à un mi-cuit au chocolat dont le coeur était un abricot fondant. Il était accompagné d’une mini-soupe de chocolat aromatisée au poivre jamaïcain. Un péché. L’autre dessert était un pot de caramel, crumble au cacao salé et mousse à la banane. Bémol: le crumble au fond était trop compacté, difficile à entamer.

Emballant /

La qualité irréprochable des ingrédients et le talent indéniable du chef.

Décevant /

Nous ne sommes plus habitués aux ustensiles en argent… Ils laissent un goût fugace de métal dans la bouche.

Combien? /

Pour une table d’hôte du soir, comptez environ 130 $ pour deux avant taxes, vin et service. Prévoyez l’ajout d’une taxe de 2 %, imposée par l’Association de villégiature Tremblant.

Quand? /

Sept jours sur sept, midi et soir, durant les hautes saisons touristiques (hiver et été). Il est recommandé d’appeler pour vérifier les heures d’ouverture avant de se déplacer.

Où? /

Aux Truffes
3035, chemin de la Chapelle, Mont-Tremblant
819 681-4544, www.auxtruffes.com

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie