Ne manquez rien avec l’infolettre.
Restos / Bars

Taverne Gaspar : Taverne nouveau confort

2011, année de la «bouffe réconfort»? Certainement. Et la nouvelle Taverne Gaspar ne déroge surtout pas à la règle.

Nous vous en aurons abondamment parlé cette année: cette tendance que nos amis anglophones surnomment affectueusement comfort food est sur toutes les lèvres. Surtout sur celles des proprios de restaurants qui ouvrent, les uns après les autres, des antres consacrés à cette nourriture facile, accessible et surtout rassurante. Dans le Vieux-Montréal, les idéateurs de la Taverne Gaspar ont choisi cette voie pour y attirer touristes et locaux avides de cette cuisine de «gastropub», à mi-chemin entre saveurs britanniques, françaises et québécoises. Le local a été judicieusement choisi: un ancien entrepôt transformé en taverne nouveau genre, mêlant vieilles pierres et matières brutes. Les miroirs au plafond, les lustres dépareillés, les grandes tables rondes, le bar vintage, les écrans de télé branchés sur les chaînes sportives: tout concourt à créer une ambiance conviviale, idéale pour les groupes prêts à passer une bonne soirée typiquement nord-américaine. Bières, vins et cocktails d’un côté, burgers, fish & chips et plats traditionnels de l’autre.

Au menu

Oubliez la vieille taverne usée avec ses bocaux d’œufs dans le vinaigre, ses langues de porc marinées et la bière qu’il faut saler tellement elle est fade: la Taverne Gaspar rehausse le niveau en proposant un menu au goût du jour. La bière est locale, les cocktails sont créatifs. La sélection de vins offre même des bulles à bon prix, un Vouvray pas piqué des vers, et c’est tant mieux car les Fêtes s’en viennent! Un petit verre pour commencer, en dégustant une première commande, des acras de morue, décidément à la mode. Ils sont très bons, frais et vifs, surtout quand ils sont trempés dans cette mayo d’aïoli au pimenton, un poivron séché et fumé espagnol. De là, on saute rapidement vers le tartare de bœuf, un test, réussi, composé d’une viande de qualité, bien coupée et agréablement assaisonnée, décorée d’un œuf de caille poché. Cornichons, croûtons, oignons dans le vinaigre: tout ce qu’il faut pour apprécier une entrée bien ficelée.

Les mini-guédilles au homard sont tout aussi sympathiques: deux petits mais généreux pains à hot-dog farcis de chair de crustacé savoureuse, qui rappellent avec plaisir nos dernières vacances dans le Maine. On en ferait un repas complet.

Dans le même style, nous goûtons au fish & chips. Un classique des pubs qui se révèle décevant: si le poisson est cuit à point, la panure, épaisse, grossière et grasse, devient rapidement mollassonne. Les frites sont bonnes certes, mais tout aussi conventionnelles que la sauce tartare qui accompagne le poisson.

Continuons dans la même veine: le hamburger «taverne» aligne manchego, flanc de porc et la même sauce aïoli que pour les acras. Un bon burger, cochon à souhait. Avec les rondelles d’oignon, grassouillettes, on dépasse allègrement la portion quotidienne de lipides recommandée par le Guide alimentaire canadien, mais honnêtement, on s’en fiche. Non?

Douceurs

Achevons donc ce repas dans la décadence avec un délicieux et sucré pouding chômeur à la sauce crémeuse et un gros brownie au chocolat et sa crème glacée au caramel. Roboratif à souhait. Réconfort, vous disiez?

Emballant /

Un gastropub qui satisfera les envies gourmandes des copains/copines voraces. Le service, très attentionné, n’est jamais loin: très pratique quand il est temps de remplir un verre ou une assiette.

Décevant /

Les fritures un peu grossières. Et attention, on ne compte pas les calories ici.

Combien? /

Préparez une bonne quarantaine de dollars par personne, hors taxes et service.

Quand? /

Déjeuner tous les jours de 6h30 à 10h30. En soirée, tous les jours à partir de 17h, et jusqu’à 23h du dimanche au mercredi, jusqu’à minuit du jeudi au samedi.

Où? /

Taverne Gaspar

89, rue de la Commune Est, Montréal

514 392-1649, tavernegaspar.com