Ne manquez rien avec l’infolettre.
Terrasses

Le St. Cyr : Rien à cacher

L’édifice 2-22 abrite un resto BCBG nommé en mémoire d’une effeuilleuse célèbre. Le St. Cyr n’a rien à cacher, mais il se cherche une identité en cuisine.

Le St. Cyr doit son nom à Lili St. Cyr, reine du striptease du Red Light dans les années 40. Mais on s’en doute, le restaurant St. Cyr n’a rien à voir avec un bar de danseuses nues. Avec ses immenses portes-fenêtres qui montent jusqu’au plafond et son bar-lounge jaune lumineux, il est plutôt élégant et contemporain. Clin d’œil à l’univers du spectacle: le magnifique rideau de billes de cristal qui surplombe la salle à manger nous donne l’impression d’être assis sous une pluie de paillettes. L’effet est magique!

Au menu

Le chef qui a inauguré le restaurant étant déjà parti, celui qui le remplace a pour mission de revoir le menu de fond en comble. Au moment de notre passage, la carte portait encore la signature du premier.

En entrée, on nous propose des calmars farcis au chorizo. L’encre de seiche noire qui se mélange au brun de la pâte de chorizo n’est pas du plus bel effet. Les textures ne sont pas top non plus: la farce est trop pâteuse et les calmars manquent de tonus. Dommage parce que du point de vue du goût, c’est réussi.

L’autre entrée, un morceau de maquereau servi sur un sablé parmesan-olives avec, en accompagnement, une salade de carottes, radis et fenouil, est originale, esthétique et délicate. Seul bémol, la peau laissée sur la pièce de poisson a une texture désagréable en bouche.

La pastilla à l’agneau (de l’épaule effilochée enrobée dans des feuilles de brick) servie en plat principal est tendre et goûteuse. Elle est joliment déposée sur de fines lamelles de courgettes et des amandes effilées et grillées. L’assiette se vide en un clin d’œil.

Les raviolis à l’effiloché de canard et foie gras, servis avec une purée de courge butternut et des champignons de Paris, sont surmontés d’une belle écume blanche. Une sauce au cacao lie le tout. Ce plat se vide lui aussi à la vitesse de l’éclair. Miam!

Douceurs
La sphère de chocolat, fourrée de mousse au chocolat au lait et servie avec un sorbet au chocolat, ressemble à un petit météorite. Elle est amusante à regarder et à déguster. Dans un registre plus acide, le morceau d’ananas du Costa Rica, grillé, caramélisé et parfumé aux épices, est exotique mais pas transcendant.

Emballant /
La déco et l’espace divisé en quatre univers distincts: la salle à manger spacieuse, le petit salon intime, le bar et le coin bistro.

Décevant /
Il y a un anachronisme entre le style du resto et son environnement immédiat. On ressent un certain malaise à être assis dans cette salle à manger élégante pendant que déambulent sur le trottoir des sans-abris, des petits dealers et la faune du Métropolis et du Club Soda, plus bum que chic.

Combien? /
Pour deux, avant taxes, alcool et service: environ 55$ le midi et en moyenne 120$ le soir.

Quand? /
Du lundi au vendredi, midi et soir. Les samedis et dimanches, soir seulement. Menu bar de 15h à 17h.

Où? /
St. Cyr

22, rue Sainte-Catherine Est, Montréal
514 587-6222
lestcyr.com

Remarque: Le nouveau menu sera bientôt proposé avec la mise en place de la terrasse. La carte sera davantage d’inspiration bistro et devrait afficher des prix plus avantageux.