Ne manquez rien avec l’infolettre.
Westwood, le resto d'Antonio Park à Laval
Restos / Bars

Westwood, le resto d’Antonio Park à Laval

Le chef-propriétaire du restaurant Park, dans le Mile-End, s’associe avec le groupe A5 Hospitality pour ouvrir un restaurant à Laval, sur la Place Bell.

Le Westwood Bar & Grill a ouvert ses portes en septembre dernier, sous un EconoFitness et à côté d’un Cacao 70. Pas très samedi soir, quoi. L’objectif est pourtant là : faire de ce nouvel endroit la destination festive de fin de semaine sur la Rive-Nord. Le patronyme du Westwood est d’ailleurs un hommage hype à la côte ouest californienne et à la créativité du quartier Wynwood de Miami.

Si traverser la Place Bell et ses parkings un samedi soir ne met pas trop dans l’ambiance resto branché, on y plonge dès qu’on passe la porte du Westwood. L’intérieur, designé par l’Atelier Zébulon Perron, s’inspire de Palm Springs : grands bananiers, contrastes entre béton et bois clair, banquette à motif léopard… Les hauts plafonds du centre commercial qui héberge le resto sont cachés par des rangs de bois ou de voilages. Joli.

Il y a du monde, et une petite file de barbus et de minijupes se forme rapidement devant l’hôtesse d’accueil. On nous installe enfin à notre table, en s’excusant sincèrement du petit retard. « Il y a du monde ce soir! » Un beau problème pour un resto qui vient d’ouvrir, et on comprend sans peine que ça prend un peu d’ajustement. Sans rancune.

Entre l’Amérique et l’Asie

On commence avec des cocktails signature, équilibrés et bien travaillés. Le menu, initialement travaillé par le chef Renaud Letellier (un ancien du Bouillon Bilk), est finalement signé par Olivier Vigneault (Jatoba) et Jonathan Fournier (Paradis BBQ). En effet, les plats ne sont pas sans rappeler les saveurs asiatiques du Jatoba. Aux produits grillés au charbon de bois s’ajoutent des poissons crus, tartares et makis, des plats pensés par le chef Pinou Thong du Park.

Les fruits de mer ne sont pas en reste à la carte, aux côtés de salades fraîches et légumes de saison. La morue noire – excellente cuisson, au four – est à goûter, avec ses carottes au charbon et sa sauce légèrement sucrée. Si il est un « must » de la maison, le plat de maitakes grillés manque pour sa part un peu d’originalité et de valeur ajoutée. Les petites assiettes à partager permettent de goûter à différentes saveurs. Les produits sont de qualité, les mélanges bien travaillés.

Selfies et shooters

« La clientèle actuelle tend à sortir dans un endroit où l’ambiance évolue, où elle peut bien manger, tout en ayant la possibilité d’y prolonger sa soirée. C’est exactement ce que propose le Westwood, qui vient bonifier l’offre actuelle dans ce secteur de la Rive-Nord de Montréal en pleine ébullition », indique Josianne Beaulieu, directrice et copropriétaire du Westwood.

Le Westwood, c’est un bon plan resto pour venir manger avant ou après un concert à la Place Bell voisine. Justement, ici, il faut aimer manger en musique. Le fond sonore est bien présent et on peine à s’entendre parler. À défaut d’aimer devoir crier par-dessus son plat pour se faire entendre de son accompagnateur, on apprécie la cuisine et le repas.

C’est que l’endroit est vaste et bondé : la section restaurant compte 105 places assises à aire ouverte ainsi qu’un bar de 60 places, à laquelle s’ajoute une mezzanine privée pouvant accueillir 25 personnes. En été, une terrasse de 45 places complètera l’espace. La lumière est tamisée, la faune locale assez jeune, en tenue de fête… À côté de moi, une cliente a enlevé ses talons de 4, préservant ses voûtes plantaires avant d’aller danser. Ça s’egoportraitise à loisir, ça prend des shooters entre les plats. Bref, un samedi soir qui n’a rien à envier au centre-ville montréalais.

Westwood
1950, rue Claude-Gagné – Laval
www.westwoodrestaurantbar.com