BloguesLe Cayer du cinéma

Edgar Allan Poe, le Sherlock Holmes américain

Ce n’est pas parce qu’un film s’inspire des classiques d’un des meilleurs auteurs d’horreur et de mystère du XIXème siècle qu’il est automatiquement un bon film.  Avec un tel point de départ, vous comprendrez que je n’ai pas une très bonne opinion de ce film malgré l’idée originale que je trouvais inspirante.

Ce film est une fiction dans laquelle on a imaginé que Edgar Allan Poe a eu à combattre un super-vilain s’inspirant de ses histoires lors des derniers instants de sa vie.   L’idée serait bonne si ce n’est du fait que les machinations du truand ne peuvent fonctionner qu’à la suite d’incroyables hasards ou coincidences.  Et, lorsqu’on a enfin découvert le coupable, on ne nous explique jamais comment il a fait pour réaliser ses plans machiavéliques à lui seul et dans des temps records.  À moins d’être doté d’une force surhumaine, d’une fortune abondante et d’alliés secrets, il est impossible pour tout être humain de réaliser de tels plans.

Pour le reste, c’est quand même une bonne reconstitution d’époque.  L’interprétation n’est quand même pas si pire.  Ceci dit, John Cusack joue toujours le rôle de John Cusack, et il n’était pas assez tourmenté pour incarner un Edgar Allan Poe à la fin de sa carrière.

Autrement dit, ce film est une distraction d’ordre mineure qui se laisse regarder.  Cependant, si vous voulez vraiment vous plonger dans l’esprit du grand Edgar Allan Poe, allez donc vous chercher ses oeuvres à la bibliothèque.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.
1 commentaire

Les oeuvres d’Edgar Allan Poe ont été traduites (en français) par Charles Baudelaire.

De superbes traductions.