C.O.K.E. : Cirque fou
Scène

C.O.K.E. : Cirque fou

En réunissant sur la même scène des danseurs et des musiciens de différents horizons, le Festival Juste pour rire prend, avec C.O.K.E., un pari un peu fou. Dépaysement  garanti…

Dans sa volonté de se renouveler, le Festival Juste pour rire présente cette année un spectacle de danse qui sort des sentiers battus: C.O.K.E. (pour Creative Overdose of Kinetic Energy). Sous l’égide du producteur Gwenael Allan, responsable du succès du Slava’s Snowshow, les quatre créateurs (Dick Walsh, la chorégraphe du Cirque du Soleil Debra Brown, Pierre Laurendeau et Luc Lafortune) ont réuni sur la même scène 13 danseurs, cinq musiciens et un chanteur en provenance des quatre coins du monde pour un événement qui fusionne ballet, acrobatie, contorsion, danse africaine, flamenco et breakdance… Et surprise: ce qui aurait pu être un foutoir s’avère, au contraire, une oeuvre qui coule, avec une surprenante unité.

Il faut dire que tout ce beau monde s’est enfermé pendant un mois pour préparer ce spectacle, et trouver des moyens de créer une chimie entre eux. Si l’on se fie à la première devant public, samedi dernier, on peut dire mission réussie. Mais il est difficile de recenser cet événement puisque rien n’est coulé dans le béton, tout peut être changé. D’ailleurs, les créateurs parlent d’une première ébauche, d’un work in progress. Tels des équilibristes sur un fil de fer, les participants n’ont pas eu peur du risque, et c’est probablement ce qui les unit. Sous des airs de joyeux bordel, C.O.K.E. est un spectacle unique, déjanté, qui mélange efficacement des choses qu’on pourrait croire incompatibles. Comme si le Cirque du Soleil s’acoquinait avec l’univers glauque de Cabaret Neiges noires.

À l’encontre des conventions, C.O.K.E. prend le pari de la liberté, de l’improvisation. Et c’est justement son intérêt: il faut voir le plaisir évident des participants à transgresser, à défier les règles de leur art. Cela donne lieu à des numéros sensuels, rafraîchissants et spectaculaires, surtout les chorégraphies au trampoline, qui émerveillent et effraient à la fois (on a souvent l’impression que les danseurs vont se péter la gueule).

Ce qui fait tenir l tout, c’est la musique qui se moule parfaitement au travail des danseurs, et vice versa. Coup de chapeau à Pierre Laurendeau et aux musiciens, qui ont réussi à intégrer les différents styles, sans que rien ne détonne. C.O.K.E. surprend également par son décor apocalyptique: les danseurs et les musiciens évoluent dans une grande tour de quatre étages, qu’ils escaladent pendant tout le show. Notons au passage l’excellent travail aux costumes de Georges Lévesque et d’Yso, qui ont créé des pièces magnifiques, qui traduisent bien le côté volontairement bordélique et un peu imparfait de l’oeuvre.

Cependant, on pourrait reprocher à l’équipe de C.O.K.E. d’avoir laissé peu de place à certains participants, qu’on pense au danseur africain Imane Aylssl. Autre chose: ça dure moins d’une heure, ce qui passe rapidement. On en aurait pris encore, mais comme il s’agit d’un spectacle à géométrie variable, la situation va peut-être se rétablir au cours des prochaines représentations.

Jusqu’au 23 juillet
À l’Usine C

Voir calendrier Danse

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!