Les Mains au Théâtre de Quat'Sous : Improvisation mixte
Scène

Les Mains au Théâtre de Quat’Sous : Improvisation mixte

Éric Jean, le nouveau directeur du Théâtre de Quat’Sous, ouvre la saison avec Les Mains, une pièce écrite avec Olivier Kemeid dont il signe la mise en scène. Rencontre avec un créateur marginal.

"Je ne voulais pas être dans un processus de création normal où tu répètes 10 jours dans un décor que tu n’as même pas le temps d’habiter", dit Éric Jean d’entrée de jeu. Poésie, danse et langage signé sont les ingrédients des multiples heures d’improvisation qui ont servi de base à l’écriture du spectacle. Et quand on ne fait rien comme les autres, disons qu’on ouvre grand la porte aux doutes, aux angoisses et à l’inquiétude. Mais aussi à la liberté et à ce merveilleux matériau qu’est l’inconscient. "Il faut dire que ma façon de travailler demande de l’abandon de la part des acteurs, qui sont dans une position vertigineuse. Je disais tout le temps: "Le sens va apparaître de lui-même, l’histoire va jaillir de tout ça.""

Mathias, 25 ans, retourne sur les lieux de son enfance et revoit son passé, ce moment où sa famille emménageait dans un nouvel appartement et où il rencontra cet homme qui se prenait pour le poète Lorca. Cette rencontre fut déterminante, mais aujourd’hui, le jeune homme se retrouve avec autant de questions sans réponse qu’à l’époque de ses huit ans. Avec cette toile de fond où "il est question de jeu, de tours de magie, de surprise", Éric Jean continue son avancée dans l’exploration de l’écriture théâtrale.

"Nous avons écrit le spectacle sensiblement avec la même méthode que pour Hippocampe. C’est-à-dire que nous avons choisi les comédiens, et qu’avec un scénographe, nous avons créé un décor. Ensuite, nous avons fait des ateliers préparatoires avec les acteurs et Olivier Kemeid. Il y avait trois thèmes de départ: le flamenco, Lorca et le langage signé, lancés comme pistes d’improvisation. Puis nous sommes arrivés au Quat’Sous le 13 août dernier. Les acteurs restaient en coulisses, n’ayant jamais vu le décor. Là, nous avons établi un ordre au hasard et c’est le nom d’Amélie Chérubin-Soulières qui est sorti en premier. Mathieu Gatien a mis une musique, l’éclairage s’est fait et elle est entrée en scène. Nous nous sommes retrouvés avec 25 heures d’improvisation sur caméra, où chacun élabore son personnage au fur et à mesure qu’il découvre le décor dans lequel ce dernier évoluera. C’est à partir de ce matériau que nous avons véritablement écrit la pièce."

Le dramaturge confie être incapable d’écrire seul avec un calepin ou un ordinateur. Il a besoin de décors, d’acteurs, bref, de matériaux vivants qui lui permettent, un peu à la manière des réalisateurs, de travailler une écriture scénique bien ancrée dans le mouvement. Aussi, l’auteur ne reste pas assis devant les improvisations, il se promène plutôt avec un micro, y allant d’indications et provoquant de nouvelles directions. "J’ai utilisé cette méthode, car j’avais aussi envie d’écrire à partir de l’inconscient, de tout ce qui nous habite qui n’est pas encore raisonné, de tout ce qui n’est peut-être pas raisonnable. Nous y sommes vraiment allés par instinct et ce, sur des improvisations de plus d’une heure. J’ai fait ça pour construire un spectacle le plus organique possible, où la musique écrit autant que les mots, autant que les déplacements, que la danse, que les éclairages. C’est vraiment une écriture globale."

Le Quat’Sous propose avec Les Mains une nouvelle vision artistique, histoire de marquer l’arrivée d’Éric Jean à la barre. Bienvenue dans un univers où se chevauchent la poésie de Federico García Lorca, le flamenco, le langage signé et le monde de l’enfance.

Du 18 octobre au 27 novembre
Au Théâtre de Quat’Sous
Voir calendrier Théâtre

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!

East + 25 à 40 %
Prévente exclusive

East