Ne manquez rien avec l’infolettre.
Marc Dupré : Voix double
Scène

Marc Dupré : Voix double

Marc Dupré, avec Drôle de voyage, son nouveau spectacle, transite par l’humour et la chanson.

Marc Dupré a d’abord séduit par ses talents d’imitateur. Puis, doucement la vie l’a porté vers une autre voie. En 2005, il lançait Refaire le monde, un album inspiré de la pop britannique. Pour la tournée de son nouveau spectacle, amorcée en septembre, l’humoriste a cependant préféré ne pas miser uniquement sur son côté chanteur. "En fait, la base du spectacle, c’est un spectacle d’humour. C’est un peu la parodie du show de chanteur. J’ai quatre musiciens sur scène avec moi, un beau décor. Et l’idée, c’était de faire quelques chansons de mon album tout en gardant le côté humour et imitation", lance-t-il d’une voix allumée malgré l’heure matinale.

Du coup, on peut se questionner sur les raisons qui ont motivé cette orientation. Pourquoi ne pas avoir profité de ce premier disque pour bondir de l’autre bord de la clôture? "Ce n’est pas que je n’aie pas fait le saut au complet, déclare-t-il. J’ai fait le saut. Le saut, c’est de faire l’album. Quand on va voir le spectacle d’un artiste qui présente un premier album, souvent il ne fait pas toutes les chansons. Il va faire des covers, il fait découvrir d’autres chansons. En tout cas, c’est ce que j’ai vécu souvent. Je pense qu’il ne faut pas oublier qu’il y a des gens qui me suivent depuis 12 ans, qui viennent voir l’imitateur, l’humoriste. Pour moi, c’est une transition ce show-là."

Ainsi, au fil des imitations de Stefie Shock, Pierre Lapointe et Ariane Moffatt, Dupré dévoile 7 des 14 chansons de Refaire le monde. Il les utilise pour clore des numéros, un peu comme le ferait un Yvon Deschamps. Il donne l’exemple Voyager vers toi, une pièce qu’il a écrite pour son fils aîné. "Cette chanson-là, je la fais dans un numéro où je parle de mon père. J’explique que, depuis que je suis père, ma vie a changé. Je leur parle de mon père, qui était très musical et qui, quand il avait quelque chose de sérieux à me dire, me disait toujours d’aller le rejoindre dans son établi. C’était toujours là que mon père me faisait écouter sa musique. Et je fais les imitations des trucs qu’il me faisait écouter. À la fin, je transpose ça avec mon fils. Et là, on se rend compte que je fais les mêmes choses que mon père. Puis, je fais la chanson pour mon garçon. C’est touchant, on voit des photos de mon père et moi. Tu sais, c’est comme ça que j’ai monté mes numéros."

Et perçoit-il des différences entre les mondes de l’humour et de la chanson? "Pour moi, il n’y a pas beaucoup de différences. La seule différence que j’ai vue, c’est dans la promotion. Quand tu fais un album, il faut que tu parles de tes chansons. Il faut que tu sois sérieux. Ce n’est pas le temps de niaiser ou quoi que ce soit. Ce n’est pas la même chose que quand tu fais la promotion d’un spectacle d’humour où tu veux que les gens se disent: "Ah! Il est drôle, je vais aller le voir en show!" Là, je fais la promotion des deux en même temps, donc c’est bizarre", avoue-t-il.

Le 24 novembre à 20h
À la salle Philippe-Filion
Voir calendrier Humour