Ne manquez rien avec l’infolettre.
Musique

Anouk Van Dijk : Fusion et confusion

Cosigné par le metteur en scène allemand Falk Richter et la chorégraphe néerlandaise Anouk Van Dijk, Trust illustre à merveille la double vocation du Festival TransAmériques dont il donne le coup d’envoi.

Artiste associé à la Schaubühne, prestigieux centre de création contemporaine berlinois, l’auteur et metteur en scène Falk Richter n’en est pas à sa première collaboration avec la danseuse et chorégraphe Anouk Van Dijk. Quand ils créèrent Nothing Hurts, au début de leurs carrières respectives, ils soulignaient à grands traits les différences entre acteurs et danseurs. Impossible en revanche de les distinguer dans Trust, oeuvre totale qui fait un parallèle entre crises financière et relationnelle et qui présente un monde sans assises où l’individu ne peut plus se fier à rien.

"Nous avons commencé la création en faisant des improvisations à partir d’un espace physique, indique Van Dijk. Je donnais aux interprètes des tâches physiques (comme bouger en miroir avec les autres, selon des patrons de mouvements récurrents, de plus en plus vite, etc.) pour répondre aux consignes théâtrales que Falk donnait autour d’états (comme l’épuisement, le sentiment de solitude, la colère)."

Tout au long du processus, acteurs et danseurs se sont mutuellement inspirés pour parvenir à former un groupe d’interprétation homogène où chacun danse et joue avec le même naturel. Et si Richter a assuré l’écriture des textes et Van Dijk, celle des mouvements chorégraphiques, la création de l’oeuvre s’est faite de manière organique dans un incessant va-et-vient entre parole et corps, assouplissant jusqu’à l’éclatement la frontière entre les rôles du metteur en scène et de la chorégraphe.

Constituée de monologues logorrhéiques, d’échanges parfois corrosifs et de paroles de chansons, la structure narrative ne comprend ni centre, ni progression dramatique, ni climax. "Tout est basé sur des changements d’état qui nous renseignent sur ce qui a précédé et sur ce qui suit; c’est très ludique à faire, commente la chorégraphe. Le texte et le mouvement arrivent parfois en même temps, parfois l’un est plus présent que l’autre… La danse ne sert pas à exprimer ce que le théâtre ne peut dire, et vice-versa: passer d’une discipline à l’autre permet d’accéder à différents niveaux et couches de sens; cela enrichit le propos."

Une oeuvre rythmée et explosive qui met à nu la logique insensée des sociétés modernes et en appelle au nécessaire renforcement de valeurs humaines pour renouer, tout simplement, avec le sens de la vie.

www.fta.qc.ca