Ne manquez rien avec l’infolettre.
Musique

Jean-Frédéric Messier : Expérience mystique

Pour Ange noir/Black Angel, Jean-Frédéric Messier s’est inspiré de la musique de George Crumb pour composer une partition théâtrale en forme de quête spirituelle.

La compagnie Momentum nous a habitués à des productions déjantées dans lesquelles la musique a souvent une part importante, et l’auteur et metteur en scène Jean-Frédéric Messier est également connu comme leader de divers projets musicaux (on pense à Extasium ou à Hoshelaga, qu’on voyait l’an dernier aux FrancoFolies). Le voici qui se frotte à l’un des grands compositeurs états-uniens de musique contemporaine avec la collaboration du Quatuor Bozzini, l’un des fleurons du genre chez nous.

"Je ne peux pas dire que je consomme beaucoup de musique contemporaine, explique-t-il, mais quand j’en ai l’occasion, je l’apprécie. L’un de mes maîtres à penser était l’électroacousticien Bernard Bonnier, et j’ai été initié à ce type de musique relativement tôt, mais je reste un profane… Je suis heureux de penser que ce genre de spectacle peut agir comme un accès à ce type de musique pour d’autres profanes. Il y a cette vieille "loi" qui dit que l’on entend mieux ce que l’on voit, et en ce sens, la mise en scène aide à l’appréciation de la musique."

Tableaux et compositions

C’est pour répondre à la commande d’un festival européen que le quatuor à cordes s’est tourné vers Messier, afin d’augmenter par le texte la durée originale de l’oeuvre (qui fait une vingtaine de minutes). "J’ai écrit des textes qui s’intercalaient entre chacun des 13 tableaux de Black Angels, de George Crumb, et ça a été donné sous cette forme en Europe. Parce que c’était éventuellement destiné à être joué en tournée, je l’ai d’abord écrit en anglais, et l’on a donc maintenant deux versions. Les Bozzini voulaient que l’on pousse l’expérience plus loin sur le plan théâtral, alors on l’a retravaillé; ils partagent la scène avec le comédien et je les utilise un peu comme le ferait un chorégraphe."

L’oeuvre est inspirée du sous-titre de la pièce de Crumb, In tempore belli (En temps de guerre), le compositeur ayant lui-même été inspiré par la guerre du Vietnam. "Dans notre cas, explique Messier, il s’agit d’un soldat qui perd la vie durant une mission à l’étranger et dont la mort devient une expérience mystique. Il n’y a pas de décor, mais j’ai travaillé avec le concepteur d’éclairages Michel Beaulieu, qui est un maître dans le genre." Notons que Stéphane Demers jouera la version anglaise de l’oeuvre, tandis que Marcel Pomerlo livrera le texte français.

www.offta.com