Ne manquez rien avec l’infolettre.
Scène

Evelyne de la Chenelière : Autopsie d’une âme

Portée par le désir de se pencher sur une oeuvre littéraire d’un autre auteur, Evelyne de la Chenelière a adapté le roman Une vie pour deux de Marie Cardinal. La fille de la romancière, Alice Ronfard, en signe la mise en scène.

"J’ai eu un rapport à la fois privilégié et limité avec Marie Cardinal à la fin de sa vie. Elle était très malade et souffrait d’aphasie", relate la dramaturge Evelyne de la Chenelière, qui s’est vu offrir l’adaptation du roman Une vie pour deux par sa complice de longue date, Alice Ronfard, metteure en scène et fille de Marie Cardinal. "Je connaissais bien ses romans. Je me sentais une filiation dans ses thèmes, sa façon de fouiller l’intime, mais aussi dans ce déchirement qui traverse toute son oeuvre: celui de la femme entre sa vie de famille, son art et son engagement politique", révèle l’auteure de Des fraises en janvier et Bashir Lazhar.

Simone et Jean tentent de donner un second souffle à leur couple lors de vacances en Irlande. Un jour, Jean trouve le cadavre d’une femme échoué sur la plage. Hantés par cette découverte, ils tenteront tous deux d’inventer son existence. "L’homme et la femme entrent dans une rivalité d’interprétation pour en faire une histoire qui leur permette de résoudre les choses. Elle s’en sert comme transfert pour parler de son malheur de vivre, de ses échecs personnels, alors que lui cherche à ramener l’histoire à des aspects plus rassurants, moins vertigineux."

En gardant la fable du roman en tête, Evelyne de la Chenelière a choisi de resituer l’histoire autour de la femme du couple, alter ego de Marie Cardinal, qui portait aussi le prénom de Simone. "C’est l’histoire d’une femme qui découvre le chemin de l’écriture. Et le fait que Marie Cardinal ait souffert d’aphasie est d’un tel symbolisme, d’une telle ironie. Je ne pouvais pas me priver d’aborder cet aspect-là", explique la dramaturge qui a divisé la pièce en fragments. "L’autopsie de la dépouille en décomposition était tellement théâtrale et riche que j’ai eu envie de travailler par sections du corps, dans une espèce d’autopsie à travers son histoire."

L’adaptation complétée, Evelyne de la Chenelière retrouve avec joie les comédiens Violette Chauveau (Simone) et Jean-François Casabonne (Jean) puisqu’elle incarne le rôle de la noyée. "Le personnage de Mary étant une invention perpétuelle, le sens profond de cette création ne pouvait passer par une reconstruction réaliste. C’est beaucoup plus tordu que ça."

Alors que les comédiens entrent en salle de répétition, une autre écriture prend forme: l’écriture scénique d’Alice Ronfard, sur une partition "ni évidente à mettre en scène, ni évidente à jouer", observe son auteure.

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie