Ne manquez rien avec l’infolettre.
L'Gros Show: du théâtre pour le vrai monde
Scène

L’Gros Show: du théâtre pour le vrai monde

Le but est simple : attirer le mâle alpha, le dude qui ne va jamais au Périscope. L’Gros Show c’est une pièce rock, l’équivalent de ACDC en format théâtre.

Forfaits de groupe, bière gratis à l’entrée, bar aménagé à-même la salle de spectacle. L’exercice de style est complet, pas question de faire dans la demi-mesure. En écrivant et mettant en scène L’Gros Show, Lucien Ratio s’adapte au langage de ceux qui regardent le hockey en mangeant des ailes de poulet avec leurs chums, ceux qui ne portent pas trop les carrés rouges dans leurs coeurs, ceux pour que le mot artiste vient avec l’image d’un type maigrichon avec dix foulards dans le cou.

L’Gros Show, c’est une pièce née d’une recherche intensive. Ratio l’a écrite en étudiant les dires de Maurais, Parent et Landry pendant plus d’un an. Des personnages au charisme magnétique, pour reprendre ses mots, des communicateurs chevronnés qui exercent une forte influence sur leur auditoire. Comme des preachers. A-t-on affaire ici à une satire? « C’est sûr qu’on grossit un peu, mais on n’entre pas dans la caricature. »

L’idée première, de toute façon, c’est de construire un pont. Réunir deux solitudes : les médias de gauche et ceux de droite. Parce qu’il y a des énormités qui se disent des deux bords, de toute façon.  Et puis, il y a aussi des moments tendres à Radio X. Comme la fois où les morning men racontaient que Michel Barrette avait sauvé un gars qui voulait se suicider. « Jérôme [Landry] a dit ça en ondes : « vous le savez, ça va pas super bien à maison ces temps-ci. Mais ça m’a vraiment fait du bien mon Denis quand tu m’as dit que t’étais là si j’avais besoin de parler. Je t’aime ben gros mon gars. » J’ai trouvé ça beau. », se rappelle Lucien Ratio.

Et justement, la trame de la pièce c’est le suicide. La détresse psychologique d’un quidam qui veut se jeter en bas du pont Pierre-Laporte si on ne lui donne pas du temps en ondes. Les animateurs (Marc « The Truth » Auger, Pat Sauce, Philou Durocher et Jane) seront confrontés à la réalité, à ce qui se passe à l’extérieur du studio. Doivent-ils rester dans leurs personnages de radio un peu baveux? Difficile pour eux de savoir comment réagir alors qu’ils sont comme à huis clos.

Pour illustrer le malaise des animateurs, Ratio fera parler ses personnages pendant les pauses commerciales, à micros fermés. Et n’importe quel artisan des ondes hertziennes sait que, justement, le vrai show se passe à ce moment-là. Mais dans L’Gros Show, ça va plus loin. Ce sera en fait une occasion d’en apprendre plus sur la psychologie des protagonistes en complément aux capsules vidéos déjà en ligne.


 

 

Sociologie à deux cennes et travail d’équipe

 

Même s’il est lui-même comédien – récemment vu dans Trainspotting et Visage de feu – Ratio ne montera pas sur scène dans sa propre pièce. Il laisse ça à d’autres,  à  des comédiens savamment choisis, des amis de création qui gardent d’ailleurs leurs vrais noms en campant leurs rôles. Des personnalités pas-si-fictives d’une émission de talk radio à débats comme il s’en fait tellement à Québec. Interdiction d’allier les mots radio et poubelle. « On ne crache sur personne, mais on se questionne. S’il y’a autant de monde qui écoute ce genre de postes, qu’est-ce que ça veut dire sur nous? »

Autre observation: il y a de moins en moins de monde au théâtre. Les salles sont à moitié pleines et ça, Ratio et son équipe le soulève aussi. « Il y a une culture du vrai monde, d’où notre utilisation du mot authentique à toutes les sauces dans la pièce. Les gens pensent que c’est compliqué de comprendre le théâtre, mais c’est pas vrai! », défend Philippe Durocher alias Philou.

Et son collègue Marc Auger en rajoute : « Tu ne peux pas dire que tu aimes pas le théâtre. C’est comme dire que t’aime pas la musique. Personne dit ça. Si tu penses que t’aime pas le théâtre, c’est parce que t’as pas encore trouvé ce qui te plait. »

 

Dire les vraies affaires

 

Y’aura quand même des passages dénonciateurs dans ce spectacle-là. Si on sent l’équipe irritée des chroniqueurs qui sont payés pour donner leur opinion sur tous les sujets d’actualité, leur vraie mission comme artistes sera de conscientiser les médias sur l’importance de leur tribune et ce qu’ils en font.

À cette volonté se greffe des dialogues reprenant les pubs déguisées en contenu et d’autres rappelant l’existence des calendriers de pitounes.  Un produit qui fait les beaux journaux d’une radio X de Québec. Le calendrier des dream girls, pour reprendre le nom de l’équivalent théâtral du truc, dans lequel le personnage de la chroniqueuse showbizz campé par Jeanne Gionet-Lavigne pose à temps perdu. Personnage hautement crédible, est-il important de préciser.

 

L’Gros Show

Les 5-6-7 et 12-13-14 décembre au Théâtre Périscope

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie