Ne manquez rien avec l’infolettre.
Sans pays : Anna Beaupré Moulounda cherche l'équilibre identitaire
Scène

Sans pays : Anna Beaupré Moulounda cherche l’équilibre identitaire

L’écartèlement identitaire dans une société pluraliste. Le sujet est à la mode sur nos scènes et, après le succès des pièces Un et deux de Mani Soleymanlou, voici venir Anna Beaupré Moulounda dans une version-laboratoire de son spectacle Sans pays. Discussion.

Anna Beaupré Moulounda est née en Abitibi d’un père d’origine congolaise et d’une mère québécoise. Dans les rues de Rouyn, avec ses amies blanches et pure-laine, elle ne s’est jamais trop sentie «étrangère». Mais le Québec d’aujourd’hui étant ce qu’il est, de plus en plus confus et apeuré par le pluralisme, elle a vite compris qu’à Montréal, dans le milieu artistique, elle serait considérée comme une «ethnie». De fait, on lui tout de suite offert des rôles stéréotypés d’immigrante en pleine galère: femmes de ménage, préposées aux bénéficiaires et prostituées.

On connaît la chanson.  Le Théâtre de Quat’sous accueillait d’ailleurs récemment les «auditions de la diversité» pour contrer ce phénomène (aussi dénoncé hier dans une entrevue que m’accordait le comédien Lindsay Owen Pierre).

À Montréal, donc, Anna s’est demandé ce qu’elle avait d’africain en elle et elle a mis le cap sur Bamako. «En Abitibi, dit-elle, je n’ai pas exploré beaucoup les racines africaines de mon père, qui toutefois me parlait de son pays de manière idéalisée. J’en ai gardé une belle image, je croyais fermement que l’Afrique faisait un peu partie de moi, et quand je suis arrivé au Mali ce fut un réel choc: on m’a rapidement fait comprendre que je suis aussi Occidentale que tout autre Blanche et que cela transparaît partout en moi: dans ma gestuelle, dans mon physique, dans mon style vestimentaire, dans ma manière d’être et de parler. Je ne pouvais tromper personne. Je suis revenue avec un sentiment de frustration de ne pas avoir retrouvé là-bas ce que je croyais naïvement être mes origines, ma maison.»

Pour cette comédienne qui ne s’était jamais imaginée auteure, le désir d’écrire est alors apparu comme un cri du cœur, une urgence inattendue. Sa pièce, qu’elle porte depuis plus de cinq ans et qu’elle retravaille sans cesse, explore l’écartèlement identitaire au moyen d’une conversation avec une femme plus âgée et d’origine haïtienne. Dans un double dialogue, intergénérationnel et interculturel, Anna Beaupré Moulounda cherche un peu de sens à l’identité métissée telle qu’elle se transmet au fil des ans.

«Je ne peux pas prétendre que toutes les histoires d’immigration sont similaires, mais j’avais envie de discuter de tout ça avec une immigrante de première génération comme mon père, pour comparer les expériences. Mon père, par exemple, est arrivé en Amérique, terre de ses rêves les plus fous, et même s’il s’est rapidement impliqué dans sa communauté et qu’il s’y est démarqué, on continue de le considérer comme un immigrant. Moi, qui est de la deuxième génération. je me suis toujours sentie pleinement québécoise mais je suis tiraillée par mon appartenance lointaine à la culture congolaise, comme insatisfaite de ne pas y appartenir pleinement même si je ressens un certain appel. C’est un entre-deux qui est toujours un peu inconfortable. Et je ne sais pas si ça peut se régler à la troisième génération.»

Deux âmes en peine, séparées par les années mais unies par une même rupture identitaire, vont se croiser à l’aéroport: un lieu chargé de symboles, synonyme de déplacements, de passages, de transmissions d’un monde à l’autre et d’une culture à l’autre. «C’est un lieu à la fois neutre et multiple, explique la comédienne. On y est nulle part et partout à la fois. On y voit des départs, des arrivées, des moments tristes et des moments joyeux : tout s’y passe. J’avais besoin de ce lieu pour que se déploie les questions qui me tarabustent.»

«J’ai tout de suite écrit le deuxième personnage en pensant à la comédienne Mireille Metellus, continue l’auteure. Elle m’accompagne depuis 5 ans dans le processus d’écriture et dans les lectures publiques et, d’ailleurs, en tant qu’Haïtienne arrivée à Montréal à l’âge de 13 ans, elle a été l’une des premières femmes noires dans la communauté artistique québécoise et elle a vécu à sa manière, et peut-être plus puissamment, le sentiment de confusion dont il est question dans la pièce.»

 

Sans pays est présentée en version laboratoire et fera l’objet d’une production lors de la saison 2015-2016