Michel Tremblay, enfant de cœur
Scène

Michel Tremblay, enfant de cœur

Le Théâtre Jean-Duceppe offre cet hiver une plongée dans l’enfance de l’écrivain, dont le dernier roman a été adapté pour la scène…

«Après neuf années de choses sérieuses, j’ai eu envie de m’amuser.» Conversations avec un enfant curieux, le dernier roman de Michel Tremblay paru l’année dernière, met en scène avec beaucoup d’humour et de candeur un enfant qui veut comprendre les choses, qui pose beaucoup de questions et agace son entourage. Un texte autobiographique qui fait revivre Nana, la mère de l’écrivain, mais aussi son père, sa grand-mère, sa maîtresse d’école… Autant de personnages qui s’incarneront cet hiver sur les planches du Théâtre Jean-Duceppe dans Enfant insignifiant!, pièce adaptée du roman.

«Un jour d’été 2016, j’étais dans ma baignoire et tout à coup, je me suis dit que comme les gens avaient du fun avec mon livre et qu’il fonctionnait bien, on pourrait aussi leur donner du fun au théâtre.» L’auteur Michel Tremblay est donc allé voir le metteur en scène Michel Poirier pour lui parler de son projetBien sûr, Poirier accepte; il a monté cette même année Encore une fois, si vous permettez, un beau succès qui a fait revenir la comédienne Guylaine Tremblay sur les planches pour jouer Nana, aux côtés du personnage narrateur de Michel Tremblay campé par Henri Chassé.

Théâtre d’anecdotes

Comme cette précédente pièce, Enfant insignifiant! nous plonge dans le Montréal des années 1950, au cœur du Plateau-Mont-Royal où a grandi l’auteur. On y lit en filigrane un Québec pré-Révolution tranquille dans les critiques de l’auteur sur la religion et la Bible. «La base très religieuse de la société commençait à se déconstruire, indique Michel Tremblay. Les anecdotes sont vraies, mais les dialogues sont de moi. Je pars d’une vérité et j’en fais du théâtre. C’est des personnages à qui j’aime donner des mots; faire parler ma mère m’amuse beaucoup!» Enfant insignifiant! est plus une comédie qu’une vraie pièce, commente l’auteur.

crédit : Laurent Theillet
crédit : Laurent Theillet

Pour l’adapter au théâtre, il n’y a pas eu tant de travail que ça à faire: le roman est déjà composé de dialogues et de peu de descriptions. «Ç’a été assez facile à faire. Ce qui a été difficile, ç’a été de choisir les bons textes! Je me suis concentré sur les questions que pose un enfant sur la religion, le dogme, explique l’auteur. On a surtout fait des coupures sinon la pièce aurait duré 2h30…» «C’est triste, on taille dans du beau tissu», lui disait Michel Poirier pendant leurs séances de travail. Dans ce texte, on retrouve le talent de Tremblay pour ciseler les dialogues, qui s’enchaînent à un beau rythme.

Psychothérapie de l’écriture

Les comédiens Henri Chassé et Guylaine Tremblay, qui terminaient le mois dernier à Montmagny leur tournée pour Encore une fois, si vous permettez, ont tout de suite dit oui pour se replonger dans leurs personnages et remonter sur les planches. Le duo sera cette fois rejoint par une plus large distribution: Isabelle Drainville, Michelle Labonté, Sylvain Marcel, Danielle Proulx et la jeune et prometteuse Gwendoline Côté.

Bref, le Théâtre Duceppe nous offre de nouveau l’occasion d’aller faire un tour dans l’enfance de Michel Tremblay, un thème assurément récurrent chez Tremblay. Bien qu’il s’amuse du passé, c’est aussi un travail psychologique pour lui: «On est éternellement l’enfant qu’on était. C’est toujours intéressant de se replonger dans son enfance et d’analyser ce qu’on était pour comprendre ce qu’on est aujourd’hui… C’est important pour moi. Je me sers souvent du passé.» Et aujourd’hui, ses questions ont-elles trouvé des réponses? «Jean Genest disait qu’une bonne pièce de théâtre, c’est une bonne question sans réponse. Une bonne pièce pose donc les questions et peut donner des indices de réponses, mais c’est tout…»

Du 13 décembre 2017 au 3 février 2018
Au Théâtre Jean-Duceppe

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!