Christine Beaulieu : L'eau qui dormait
Scène

Christine Beaulieu : L’eau qui dormait

C’est la comédienne de l’année. Toujours en tournée pour J’aime Hydro, Christine Beaulieu vient de rafler le prix Michel Tremblay pour son texte et sera ce mois-ci au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui dans Nyotaimori

«Ç’a été une grosse année pour moi, ne serait-ce que pour l’accomplissement d’avoir présenté J’aime Hydro sur scène.» En 2016, la première œuvre de Christine Beaulieu en tant que dramaturge est présentée au Festival TransAmériques (FTA) puis est reprise l’année suivante à l’Usine C puis au Festival Juste pour rire. Au moment de notre entrevue, la comédienne présente J’aime Hydro à La Bordée à Québec, à guichets fermés. «On joue partout à guichets fermés. C’est extraordinaire, j’en reviens pas, confie-t-elle. Je n’ai jamais eu un sentiment de valorisation aussi intense. On a vraiment répondu à un besoin!»

Un succès retentissant auquel Christine ne s’attendait pas; c’est que «théâtre-docu de trois heures», c’est pas très accrocheur et ça sonne pas populaire… Et pourtant. Cette semaine-là, elle joue la 50e représentation de sa pièce, qui porte sur la relation entre les Québécois et Hydro-Québec. C’est loin d’être fini puisqu’une nouvelle tournée est prévue pour l’année prochaine. En attendant, la pièce continue d’évoluer. «Il n’y a pas de quatrième mur, j’ai beaucoup d’interactions avec le public. Je réagis par rapport à l’actualité, explique la comédienne. La pièce est de mieux en mieux, on la peaufine à chaque représentation…»

«Bénéfices citoyens et plaisirs artistiques»

J’aime Hydro a été publiée aux éditions Atelier 10 en octobre dernier et enregistrée en podcast. «Ce show est parti, il roule tout seul, et moi je cours derrière pour le rattraper!», rit Christine. Un projet dans lequel elle s’est vraiment ouverte, et sans personnage derrière qui se cacher: «J’ai été très nerveuse pour cette pièce-là. C’est la première fois que je portais un projet que j’avais écrit, et ça me met dans une situation d’extrême vulnérabilité, de fragilité. Une fois que t’as vu ce show, t’as un peu l’impression de me connaître: je parle de mon père, de mes difficultés amoureuses, de mes réflexions personnelles… Je ne crois pas que je referai ça, car j’ai une pudeur assez importante.»

jaime-hydro_christine-beaulieu-c-alexi-hobbs-web
crédit : Alexi Hobbs

Le geyser de J’aime Hydro ne se tarit pas. Début décembre, Christine recevait le prix Michel Tremblay pour le meilleur texte dramatique créé à la scène – le plus gros prix remis par la Fondation du Centre des auteurs dramatiques –, face à des finalistes de taille (Sébastien David pour Dimanche napalm, Suzanne Lebeau pour Trois petites sœurs, Catherine Léger pour Baby-sitter et David Paquet pour Le brasier). Le commentaire du jury est élogieux: «Non seulement la démarche et le résultat mettent la barre haute en matière de théâtre documentaire au Québec, mais le texte en soi est captivant, instructif et émouvant. […] Cette pièce nous a semblé être une nécessité dans le paysage québécois actuel: tous et toutes devraient la lire ou la voir, pour en tirer autant des bénéfices citoyens que des plaisirs artistiques.»

Effet boule de neige

Christine Beaulieu, on la connaît depuis 2007 avec la télésérie Virginie et ses petits rôles dans L’auberge du chien noir ou Les invincibles. On l’a vue à la télé (Web thérapie, Délateurs, Ruptures…), au grand écran (Romaine par moins 30, L’instinct de mort, La mise à l’aveugle…) et sur les planches dans plus d’une vingtaine de pièces de théâtre. Enfin, elle a joué Roxane dans Le mirage, le film de Ricardo Trogi et Louis Morissette, qui lui a valu deux nominations: aux Canadian Screen Awards et au 18e Gala du cinéma québécois comme meilleure actrice de soutien. Et puis il y a eu le typhon J’aime Hydro. «Dans ma carrière, c’est finalement un show de théâtre qui aura eu le plus d’impact», ironise la comédienne.

Après avoir vu la pièce, Richard Blaimert a beaucoup pensé à Christine en poursuivant l’écriture de sa série Hubert et Fanny; elle y interprétera prochainement un rôle. La scénariste de Lâcher prise est venue voir J’aime Hydro deux fois plutôt qu’une. Après avoir vu le spectacle, Claudia Gavel a quant à elle recommandé Christine à la production de District 31 comme recherchiste. Des projets, la comédienne en a donc à revendre pour cette année. Elle commence bientôt les répétitions de La vie utile de Marie Brassard, présentée dès le mois de mai à l’Espace Go et au FTA. «Marie, c’est mon coup de cœur théâtral. Je capote sur elle!» Les deux femmes avaient déjà travaillé ensemble pour La fureur de ce que je pense, la pièce sur Nelly Arcan, qui sera d’ailleurs reprise en avril prochain à Madrid.

Travail au corps

D’ici là, on pourra voir la comédienne aux côtés de Macha Limonchik et Philippe Racine dans Nyotaimori, présentée ce mois-ci au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. «Cette pièce, c’est un regard sur le travail et son impact sur nos corps. À l’ère industrielle, nos corps étaient mis à contribution, mais aujourd’hui, notre travail s’est intellectualisé. On est une nouvelle sorte de travailleurs… Mais le travailleur autonome est-il vraiment libre? se demande Christine. Sarah est une auteure qui m’anime. Le texte est vraiment extraordinaire!» La dramaturge Sarah Berthiaume avait à l’origine écrit Nyotaimori sous forme de courte pièce pour une lecture au Festival Zone Homa. «Une petite fable sur les liens de domination que le système économique nous fait entretenir malgré nous», expliquait l’auteure. Dans son texte, où elle s’interroge sur la société de consommation, les humains deviennent des machines, les femmes des objets.

christine-beaulieu-julie-artacho-web
crédit : Julie Artacho

Christine y interprète Maude, une travailleuse autonome heureuse de la liberté que lui autorise son métier. Mais, peinant à séparer sa vie personnelle de sa vie professionnelle, la travailleuse autonome se demande finalement si elle est si libre que ça… Un personnage qui parle beaucoup à la comédienne: «Avec J’aime Hydro, j’ai tout ce qu’il faut en ce moment pour être bien inspirée!» Dans un twist surréaliste typique de l’écriture de Sarah Berthiaume, l’héroïne se retrouve propulsée dans une usine de voitures au Japon et dans un atelier de fabrication de lingerie en Inde. «Je retombe dans un rôle d’interprète avec un personnage, indique Christine. Ça me libère de faire ça, de ne pas avoir à m’occuper de la production, etc., d’avoir juste à apprendre mon texte et à jouer. J’ai beaucoup de respect pour les auteurs; c’est tellement prenant d’écrire un spectacle! Mentalement, tu es très loin d’être libre quand tu écris, ton histoire ne te quitte jamais vraiment…» Après l’avoir révélée, J’aime Hydro n’a pas fini de l’habiter.

Nyotaimori
Du 16 janvier au 3 février
Centre du Théâtre d’Aujourd’hui

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!