Ne manquez rien avec l’infolettre.
Les Sept Branches de la Rivière Ota : L'écho persistant des grandes histoires
Scène

Les Sept Branches de la Rivière Ota : L’écho persistant des grandes histoires

Quelques jours à peine après sa spectaculaire inauguration, le Diamant invite le public à retenir son souffle pluriel pour suspendre les heures, le temps de la traversée poétique d’un fleuve d’histoires en sept actes.

En 1994, Les Sept Branches de la rivière Ota constituait la première création officielle de Robert Lepage au sein d’Ex Machina, sa célèbre compagnie théâtrale obstinément basée dans la capitale. Vingt-cinq ans plus tard, la renaissance de cette œuvre légendaire nous permet d’en faire une lecture plus contemporaine, malgré que la mise en scène demeure essentiellement la même qu’à l’époque. 

Il y a quelque chose de sacré dans l’air, dès les premières minutes de la représentation, qui s’échelonne sur un marathon de sept heures, incluant les entractes. Est-ce à cause des percussions traditionnelles que tambourinent les musiciens sur scène, en exacte synchronicité avec l’action? La juxtaposition énigmatique des ombres chinoises sur des projections d’archives qui nous suivront tout au long du périple? Quoiqu’il en soit, les murs neufs de la salle semblaient déjà vibrer de ce voyage immersif en terres asiatiques. Au programme, une visite d’Hiroshima au lendemain de l’explosion de la bombe atomique (1945), un séjour dans un bloc appartement d’artistes singuliers de New York (1965), une troupe de théâtre québécoise à l’Exposition universelle d’Osaka (1970), un détour étonnant à Amsterdam (1985), la ruse des Juifs dans un camp de concentration tchèque (1941), pour ne nommer que les plus marquants. 

Les Sept branches de la Rivière Ota    (crédit : Elias Djemil)

C’est un peu le tour du monde, au son mélodieux de langues et d’accents étrangers, sur une ligne du temps qu’on traverse comme accrochés à une tyrolienne dramatique. Dans chacun de ces chapitres défilent des personnages liés par le sang, par les épreuves ou par un destin indomptable. La séquence des sept actes est écrite avec rythme, malgré quelques longueurs occasionnelles qui ne nuisent que très peu à l’ensemble de l’oeuvre. La performance magistrale de la distribution rend la fin déchirante, ce moment où il faut se départir de cette pléiade de protagonistes qui nous tiennent en haleine autant qu’ils nous émeuvent, avec une justesse et une retenue déconcertante. 

Sans surprise, c’est néanmoins la mise en scène qui demeure la force tranquille de cette production, comme c’est souvent le cas chez Robert Lepage. La magie opère lorsqu’on a cette impression indéfectible d’être au cinéma, alors que derrière le décor aux multiples portes coulissantes, on devine une performance technique d’une précision chirurgicale où rien n’est laissé au hasard. Grâce à un emploi ingénieux de la lumière et des miroirs (qui a tôt fait de devenir sa spécialité artistique), le metteur en scène devient pratiquement maître de l’illusion, enchaînant les ruses optiques tout aussi fascinantes que évocatrices. 

Les Sept branches de la Rivière Ota   (crédit : Elias Djemil)

C’est donc avec raison que Les Sept Branches de la rivière Ota s’est taillé une si grande place dans la petite histoire théâtrale québécoise. Ce récit chorale sur la résilience des survivants est tout aussi inspirant qu’il est important. Pour les incertitudes qui guettent parfois notre ouverture aux cultures étrangères, le moment semble bien choisi pour apprendre de ce chassé-croisé lumineux, de ce grand livre d’histoires vivantes qu’on appelle le théâtre. 

Les Sept branches de la Rivière Ota
Jusqu’au 15 septembre
au Diamant

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie