Secret Solstice 2016 : une célébration musicale sans limites
BloguesLe blogue de Stéphanie Chicoine

Secret Solstice 2016 : une célébration musicale sans limites

La semaine dernière fut une semaine remplie de premières fois : premier voyage en solo, premier soleil de minuit, première fois que j’embarquais des auto-stoppeurs, première dégustation de liqueur de bouleau. C’était également la première fois que je voyais autant d’Islandais sur scène en un court laps de temps. Situé à Reykjavik, le festival Secret Solstice est un rassemblement culturel unique en son genre où le soleil ne se couche jamais. Les Islandais ne se contentent pas d’offrir qu’un simple festival avec des scènes et des tentes. Oh que non. Les organisateurs proposent une expérience multisensorielle avec sa programmation musicale, son offre gourmande et son utilisation de la nature environnante pour accueillir des artistes de renom.

MES DÉCOUVERTES
Ce n’est pas le talent qui manque dans ce pays de 330 000 habitants. Si bon nombre des musiciens islandais avaient certainement du potentiel mais manquaient de raffinement, quelques-uns ont conquis mon coeur :

Le groupe Lily of The Valley plaira assurément aux fans de Of Monsters And Men.

Halleluwah propose une musique parfois électro, parfois pop, parfois r&b. La livraison des pièces était simple, sans flafla, mais si agréable à écouter. J’imagine bien ce groupe en première partie de Milk & Bone au Québec.

MC Bjór & Bland cadrerait parfaitement avec le FIJM. J’avais l’impression d’entendre la version islandaise de l’album « Do You Want More? » de The Roots, mais avec une voix similaire à Chali 2na de Jurassic 5. MC Bjór a d’ailleurs fait son apparition dans quelques spectacles de rappeurs locaux durant le festival.  Respect.

Vaginaboys sonne drôlement comme Chromeo ou Valaire dans ses pièces plus up-tempo et James Blake et The Weeknd dans ses moments les plus doux. Masqués et fervents utilisateurs du auto-tune, les musiciens n’ont qu’une seule mission : nous faire passer un sapristi de bon temps. Les Islandais, entassés sous la tente, chantaient les paroles à tue-tête, les incultes de la langue comme moi ont simplement hoché de la tête ou tapé du pied avec bonheur.

PROBLEM CHILD
Du côté des artistes internationaux, Problem Child fut la grosse surprise de mon passage au festival. Une véritable claque en plein visage.  Je ne m’étais pas sentie ainsi depuis Run The Jewels à Osheaga. Le plaisir des trois rappeurs (et le DJ) sur scène était contagieux, le mélange des flow et des genres était parfait, bref, un groupe à découvrir.

ET PUIS RADIOHEAD ?
La bande de Thom Yorke était attendue au Secret Solstice. Si attendue que le spectacle avait lieu dans l’arena Laugardalshöll, un endroit pouvant contenir environ 10 000 personnes. Le hic, c’est que plus de 15 000 personnes devaient se présenter sur le site. Nous avons donc dû nous prêter au jeu de la file d’attente pour nous assurer une place. Pour leur premier concert en sol islandais, Radiohead a livré la marchandise, fidèle à eux-mêmes. Le groupe a interprété 7 des 11 pièces de leur dernier opus A Moon Shaped Pool.  Les fans ont été réjouis d’entendre Karma Police, No Surprises, There There, Idiotheque, The National Anthem, Everything In Its Right Place, My Iron Lung…et Creep. Espérons qu’il fasse cette mythique pièce à Osheaga. Ayant vu le groupe à cinq reprises dans des contextes différents, ce fut le concert le moins marquant du lot. Ceci étant dit, c’était tout de même un excellent spectacle.

Pour les curieux, sachez que le groupe a invité les fans, via la remise de codes Wi-Fi, à diffuser le concert sur Periscope. Vous trouverez plusieurs liens en ligne, dont celui-ci : www.periscope.tv/w/1OdJrwdRzOqxX

LES JOIES DE LA NATURE
La force du festival réside dans l’offre des événements proposés à l’extérieur du site du festival. Malheureusement, je n’ai pas eu accès à ses concerts magiques, mais je n’ai entendu que des belles choses sur ces derniers. Pour assister à ces spectacles, il fallait vider sa tirelire.

Le DJ Kerri Chandler a proposé un set au Secret Lagoon, un magnifique endroit que j’ai pu visiter durant mon passage en Islande. Chino Moreno, le chanteur de Deftones, a séduit la vingtaine de personnes présente à l’intérieur d’un volcan avec sa prestation acoustique.

Le festival a même offert aux intéressés le premier forfait à un million de dollars, qui donnait au détenteur un jet privé pour six personnes, un accès à une fête dans un lagon de 120 ans, un concert dans un volcan, un concert dans un glacier, une balade privée pour admirer les baleines et dauphins et un billet spécial gravé dans une roche volcanique.  Le luxe quoi.

kerri-chandler-secret-lagoon-party-credit-ingelin-berg-1glacier-party-artwork-credit-zoe-savitz

J’AI FAIM, J’AI SOIF
En raison de la valeur de son dollar (ISK), il est un brin coûteux de manger en Islande. Il faut prévoir environ 20 $ par repas et une dizaine de dollars par bière. J’ai toutefois bien aimé ce que j’ai mangé et bu sur le site, d’un savoureux Bahn Mi en passant par un copieux fish and chips. La bande de Reyjkavik Roasters était sur place pour réchauffer les festivaliers avec leur excellent café. Les meilleurs baristas du pays étaient fortement appréciés lorsque les vents glacials et la pluie sévissaient sur le site.

PLACE À L’AMÉLIORATION
J’ai adoré mon expérience à ce festival, par contre, certains aspects devront être améliorés dont la programmation et l’emplacement des différentes scènes. Programmer en même temps deux spectacles sur deux scènes adjacentes n’était pas la meilleure idée. La cacophonie lorsque je tentais d’écouter Deftones pendant que Problem Child sévissait dans une tente tout près était désagréable. Ou jouer le match de l’Euro à deux endroits différents sur le site durant la tenue de plusieurs spectacles. Pas très cool pour les artistes.

main-stage-valhalla-credit-benjamin-hardmanSecret Solstice se démarque également grâce à sa programmation béton qui dure jusqu’aux petites heures du matin. Les festivaliers ont donc tendance à arriver plus tard, ce qui pénalise bon nombre d’artistes présents en début d’après-midi. Je pense entre autres à Bones, DJ canadien maintenant établi à Londres, qui a fait son set devant une vingtaine de personnes vers 16 h. Disons que je me sentais mal pour lui.

Et quatre jours, c’est beaucoup. Trois jours seraient suffisants pour plaire aux mélomanes et ainsi offrir une programmation de qualité. Parions qu’avec les grosses pointures invitées cette année, l’organisation du Secret Solstice n’aura pas trop de problèmes à se tailler une place dans les itinéraires des artistes internationaux. Si vous êtes à la recherche d’un voyage combinant nature et culture, un voyage en Islande s’impose. Et tant qu’à y être, faites un arrêt au Secret Solstice. Vous en verrez de toutes les couleurs !