Paul McCartney au Centre Bell: en veux-tu des hits, en v'la!
BloguesLe blogue de Stéphanie Chicoine

Paul McCartney au Centre Bell: en veux-tu des hits, en v’la!

«I believe that we’re gonna have a party tonight! » a crié Sir Paul McCartney hier soir au Centre Bell devant une foule conquise d’avance. Le musicien légendaire a réussi un véritable tour de force en offrant rien de moins qu’une généreuse célébration de l’un des catalogues musicaux les plus impressionnants de l’histoire du rock.

La qualité distinctive de ce spectacle repose dans la façon de créer des moments inoubliables avec simplicité. Par exemple, l’enchaînement de From Me to You, Michelle et Love Me Do au devant de la scène avec Paul et sa bande en version minimaliste avec des guitares sèches, un accordéon, un harmonica et une petite batterie. Macca s’est même permis de nous offrir In Spite All of The Danger, chanson enregistrée pour le démo des gars de Liverpool… en 1958! Les Beatles n’existaient même pas dans le temps (ils se nommaient les Quarrymen), c’est pour vous dire à quel point les fans ont eu droit à un beau cadeau!

Et j’ai pleuré. Lorsque a Paul interprèté Blackbird seul à la guitare, sur une immense plate-forme, j’ai flanché. La voix n’était pas parfaite, mais l’interprétation et la prestance de la pièce sont venues me chercher droit au coeur. Idem pour le début de Something, livré avec un ukulélé en hommage à Georges Harrison qui, selon Paul, «était un excellent joueur de ukulélé» .

With A Little Help From My Friends
Macca pouvait compter sur ses compagnons de longue date Brian Ray (basse, guitare), Rusty Anderson (guitare), Abe Laboriel Junior (batterie), et Paul ‘Wix’ Wickens (synthétiseurs). Une belle nouveauté pour la tournée Freshen Up : les Hot City Horns formés du tromboniste Paul Burton, du trompettiste Mike Davis et du saxophoniste Kenji Fenton, qui sont venus donner une belle saveur à des pièces telles que Letting Go et Let ‘Em In.

La Beatlemania en chansons et en images
Les archives vidéo diffusées durant le concert furent du vrai bonbon pour les Beatlemaniaques. Pas de vidéos de fans en délire, de prestations sur scène, de vidéoclips. Que des moments cocasses pour montrer que, malgré la célébrité, John, Paul, Ringo et George aimaient faire des choses ordinaires comme le commun des mortels. Que ce soit sur la plage en maillots de bain rayés, en go-kart ou sur les montagnes en 3-skis, les gars avaient du plaisir, une belle complicité. Et que dire de cette animation de la pochette de Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band? Sublime! Côté musique, nous avons été bien servis avec 23 chansons du Fab Four. Un homme d’une grande générosité.

Sur le parterre du Centre Bell, des femmes d’âge mûr brandissaient des affiches fait maison pour clamer leur amour pour Macca. Ça me rappelait ma phase Backstreet Boys durant mon adolescence. Parmi mes affiches préférées : « I Love You More Than Mashed Potatoes » et « Paul Turns Me On ». Nous avons également assisté à un moment fort rigolo, lorsque le chanteur a invité deux fans de Tokyo à monter sur scène. L’un d’entre elles se prénommait Yoko. Ça ne s’invente pas.

Une musique qui donne des ailes
Les fans de Wings furent ravis d’entendre six chansons durant la soirée. Vous auriez dû voir la foule en délire lors des premières notes de Band on the Run. Quelle oeuvre. J’ai particulièrement apprécié la vidéo sur écran de la séance photo de la mythique pochette de Band on the Run. Et que dire de Live and Let Die, ponctuée d’effets pyrotechniques qui faisaient valser mon coeur à chaque explosion. Magique.

Et les nouvelles chansons?
Les Fuh You, Who Cares et Come On To Me, tirées de Egypt Station, album qui trône au sommet des palmarès nord-américains, furent très plaisantes à écouter parmi la ribambelle de classiques des Beatles et de Wings.

La petite erreur de parcours
Mon seul bémol avec le concert d’hier est le choix de McCartney de jouer FourFive Seconds, sa collaboration avec Kanye West et Rihanna. Premièrement, il ne chante pas sur la version originale de la pièce; il a composé et produit le succès de 2015. Lorsqu’il s’est mis à chanter le couplet originalement chanté par Rihanna, le résultat était peu convaincant. Voulait-il l’incorporer dans la tournée Freshen Up pour plaire aux jeunes fans? Et disons qu’avec la qualité de son répertoire, il aurait pu choisir une chanson nettement supérieure comme Vanilla Sky ou Fine Line (deux choix très personnels vous me direz, mais tout sauf la toune de Kanye!).

À 76 ans, Macca impressionne. Moi qui, après une heure de spectacle, commençais à bailler aux corneilles (pas facile d’avoir 35 ans!), Paul pétait le feu. Malgré les petites faiblesses vocales ici et là, il n’y a pas de quoi en faire un drame. J’ai entendu bien pire d’artistes beaucoup plus jeunes (c’est-à-dire Matt Berninger de The National lors de leur dernier passage au MTELUS!). Avons-nous eu droit au dernier concert de Paul McCartney en sol montréalais? Seul l’avenir nous le dira, mais j’ai un pressentiment qu’il a encore beaucoup trop d’amour et de bonheur à redonner à ses fans.

  1. A Hard Day’s Night
  2. Hi Hi Hi
  3. Can’t Buy Me Love
  4. Letting Go
  5. Who Cares
  6. Come On To Me
  7. Let Me Roll It
  8. I’ve Got A Feeling
  9. Let ‘Em In
  10. My Valentine
  11. Ninteen-Hundred and Ninty Five
  12. Maybe I’m Amazed
  13. I’ve Just Seen A Face
  14. In Spite of All the Danger
  15. From Me To You
  16. Michelle
  17. Love Me Do
  18. Blackbird
  19. Here Today
  20. Queenie Eye
  21. Lady Madonna
  22. FourFive Seconds
  23. Eleanor Rigby
  24. Fuh You
  25. Being For the Benefit of Mr. Kite
  26. Something
  27. Ob-La-Di Ob-La-Da
  28. Band On The Run
  29. Back In The USSR
  30. Let It Be
  31. Live and Let Die
  32. Hey Jude

Rappel

  1. Yesterday
  2. I Saw Her Standing There
  3. Sgt. Pepper Lonely Hearts Club Band
  4. Helter Skelter
  5. Golden Slumbers / Carry That Weight / The End

Merci à notre photographe extraordinaire Mihaela Petrescu pour les sublimes photos de la soirée!

Infos
Fermer
Plein écran