Brasserie Saint-Denis : française de forme, québécoise de coeur
Restos / Bars

Brasserie Saint-Denis : française de forme, québécoise de coeur

L’atmosphère a bien changé dans ce resto situé à l’angle de Marie-Anne et Saint-Denis. Si on y venait avant plus pour l’ambiance bruyante et festive et le choix de bières que pour la cuisine (j’avais mangé une poutine la dernière fois) ou le service, la Brasserie Saint-Denis a changé de concept pour désormais coller vraiment à son patronyme.

La nouvelle déco de l’espace (signée Camila Morena) met en valeur la belle salle et son cachet, ses hauts plafonds et ses jolies fenêtres. Les banquettes de cuirs ont été gardées mais l’agencement des tables a été réorganisé pour donner plus d’intimité et d’espace aux clients. L’endroit est plus calme, l’éclairage plus tamisé, et l’espace prend de vrais airs de brasserie parisienne.

À table, on commence le repas avec un verre de bière locale pour mon accompagnateur, un cocktail pour moi (concocté autour du dry gin montréalais Seventh Heaven). La carte des breuvages met de l’avant des alcools locaux, comme les Spiritueux d’Iberville, mais aussi plusieurs vignobles québécois, plus nombreux ici que sur la plupart des cartes des vins.

Côté bouffe, c’est le chef et copropriétaire Étienne Demers (passé par L’Initiale, Accords, Les 400 Coups, Hoogan et Beaufort…) qui opère en cuisine. Il travaille des classiques auxquels il ajoute sa touche personnelle, et qu’il construit toujours autour de produits du Québec. Une table d’hôte du chef sera prochainement disponible pour goûter à ses créations du jour en fonction des arrivages. À l’image de ce souper à l’inspiration du chef.

bsd_plats_photo-alice-beaubien-20181012_1-1

On commence en beauté avec une mousse de foie de volaille maison, parfaitement relevée d’un peu de brandy – en toute honnêteté, la meilleure que j’ai goûtée depuis celle de mon père. À cette entrée s’ajoute une assiette de tartare de truite bien fraîche, à laquelle se mêlent des cubes de betteraves et une pointe de crème sûre. La qualité du poisson et la texture plus ferme amenée par le légume viennent ici relever comme il faut une entrée sinon classique. Une belle entrée en matière!

On poursuit avec un boudin noir, agrémenté de poireaux vinaigrette et d’un sabayon à la bière. Goûteux et efficace. Les beaux produits sont au rendez-vous, comme les pièces de viandes qui s’en suivent : une échine de porc fondante à souhait et une généreuse macreuse sur lit de champignons. Les accompagnements sont bien travaillés, comme ces carottes fermentées maison ou le savoureux écrasé de pommes de terre à la moutarde.

Les intitulés sont simples, les présentations encore plus. Bref, une cuisine de bistro sans prétention sinon celle de rester au plus près des produits d’ici. Et ça marche très bien. Si l’endroit se veut une imitation des petites brasseries d’outre-Atlantique, les assiettes se veulent elles résolument québécoises. Mention spéciale au service, attentif et chaleureux – c’est peut-être là la principale différence avec les brasseries françaises…

bsd_plats_photo-alice-beaubien-20181012_6

Brasserie Saint-Denis
4350, rue Saint-Denis – Montréal
www.labrasseriesaintdenis.com