Blogue de Manon Dumais Cinémaniaque RSS

Après des études en arts, en cinéma et en littérature, j’ai tenté de me trouver un poste d’enseignante au cégep ou devenir muse d’un grand écrivain. Ayant un loyer à payer, je suis tour à tour devenue correctrice-réviseure, rédactrice de manuels scolaires et fille de pub. Puis, par un beau jour d’automne, je devins journaliste et critique de cinéma. The rest is history, comme qu’on dit…

FNC 2012 : Quoi voir dans les prochains jours ?

15 octobre 2012 · Cinéma · Manon Dumais

Le torrent
de Simon Lavoie, 15 oct. 18h30, Quartier Latin Alors qu’il vient d’acheter une sauvageonne (Laurence Leboeuf), un jeune homme (Victor Andrés Trelles Turgeon) se remémore son enfance malheureuse auprès de sa mère (Dominique Quesnel). Dans cette adaptation à la fois respectueuse et personnelle de la nouvelle d’Anne Hébert, le coréalisateur de Laurentie traduit parfaitement toute la rage contenue dans la poésie de la grande écrivaine. À perdre la raison
de Joachim Lafosse, 16 oct., 13h, Quartier Latin Librement inspiré d’un tragique fait divers survenu en Belgique en 2007, ce drame de moeurs saisissant vaut le détour ne serait-ce que pour la performance époustouflante d’Émilie Dequenne, lauréate du Prix d’interprétation féminine à Un certain regard, dans le rôle d’une jeune mère dépressive. The Land of Hope de Sion Sono, 16 oct., 14h45, Excentris Cassavetes Film racontant sobrement les lendemains de la tragédie de Fukushima, The Land of Hope surprendra les fervents admirateurs du réalisateur de Guilty of Romance. De fait, le flamboyant cinéaste japonais illustre cette «guerre invisible» à l’aide d’un rythme lent, de couleurs désaturées et d’images apocalyptiques étrangement apaisantes afin de donner à cette tragique page récente d’histoire une véracité documentaire qui l’honore. Boredom
d’Albert Nerenberg, 17 oct., 13h30, Quartier [...]

Lire le billet →

FNC 2012 : l’univers sombre de Grandrieux

12 octobre 2012 · Cinéma · Manon Dumais

Le 41e FNC rend hommage à Philippe Grandrieux (Sombre). En fouillant dans les archives du Voir, j’ai retrouvé cet article datant du 14 août 2003 où j’ai recueilli les propos du réalisateur venu promouvoir La vie nouvelle. Pourquoi reprendre ce texte aujourd’hui ? Eh bien, ce film sera présenté le 14 octobre, à 21h15, à la Salle Claude-Jutra de la Cinémathèque québécoise. Philippe Grandrieux dérange. Il le sait et l’assume très bien. Lorsqu’on lui dit que son deuxième long métrage, La Vie nouvelle, encore plus obscur et hermétique que le précédent, Sombre, risque de faire fuir plus d’un spectateur, il ne s’en fait pas outre mesure: « Mon propos n’est pas de faire fuir les gens, explique le réalisateur rencontré lors du dernier FCMM, mais je comprends qu’on puisse fuir, comme on a envie de se réveiller d’un cauchemar. En même temps, si on fait l’expérience du film, on a une perception de là où le cinéma peut être, ce qui donne beaucoup d’énergie au spectateur. J’ai aussi l’impression que c’est un film qui peut donner beaucoup de désir. » Du désir? Non, plutôt du dégoût ou de l’inquiétude. Devant tant de violence, une question brûle les lèvres: « Cette violence que vous illustrez [...]

Lire le billet →

FNC 2012 : quoi voir ce week-end?

12 octobre 2012 · Cinéma · Manon Dumais

Catimini
de Nathalie Saint-Pierre, 12 octobre, 20h, Excentris Cassavetes Porté par de jeunes actrices d’un naturel déconcertant, ce deuxième film de la réalisatrice de Ma voisine danse le ska trace avec finesse, sensibilité et une bouffée de fraîcheur le triste cycle de vie des enfants pris en charge par la DPJ à travers le parcours, d’une famille d’accueil à l’autre, de quatre filles âgées de 6 à 18 ans. Avec Isabelle Vincent, Roger Larue, Alexandrine Agostini et Claire Jacques. Valois d’Or au Festival du film francophone d’Angoulême. Post Tenebras Lux
de Carlos Reygadas, 13 octobre, 14h30, Cinéma Impérial Prix de la mise en scène à Cannes, Post Tenebras Lux, qui raconte le quotidien d’une famille installée à la campagne, s’avère une expérience sensorielle hors du commun. Toutefois, les images, d’une grande beauté vues à travers un prisme qui en déforme les contours, peuvent agacer le spectateur. Et que dire de ce petit diable rouge en images de synthèse?… La mise à l’aveugle
de Simon Galiero, 13 octobre, 15h30, Quartier Latin Mettant en vedette l’excellente Micheline Bernard, ce deuxième film du réalisateur de Nuages sur la ville raconte avec un réalisme troublant et une bonne dose d’humour décapant le désarroi d’une femme divorcée qui, [...]

Lire le billet →

FNC 2012 : Grosse soirée en perspective

11 octobre 2012 · Cinéma, Divers · Manon Dumais

Alphée des étoiles, d’Hugo Latulippe, 18h, Quartier Latin Film très personnel d’Hugo Latulippe, Alphée des étoiles est une jolie et poignante lettre d’amour que le réalisateur adresse à sa fille de cinq ans atteinte d’une maladie génétique rare ralentissant son développement. Tourné à hauteur de fillette, ce documentaire nous entraîne en douceur dans l’intimité du couple que forment Latulippe et Laure Waridel et de leurs enfants Colin et Alphée. À travers les images bucoliques des Alpes, où les Waridel-Latulippe se sont installés quelque temps afin de se consacrer au bien-être d’Alphée, se devine le patient et long combat des parents souhaitant que leur petite puisse aller à l’école régulière. En voyant le sourire épanoui et rayonnant de l’enfant, on ne peut que souhaiter que toutes les Alphées du monde puissent avoir un papa aussi aimant et dévoué qu’Hugo Latulippe. (En salle le 12 octobre) Mars et Avril, de Martin Villeneuve, 18h30, Cinéma Impérial Il se tourne trop peu de films de genre au Québec, et avec Mars et Avril, Martin Villeneuve prouve qu’on peut faire de la bonne science-fiction. Certes, rien n’est parfait dans cette étonnante fantaisie cosmique où un musicien célèbre (Jacques Languirand) et un fabricant d’instruments de musique [...]

Lire le billet →

FNC 2012 : Ça commence aujourd’hui!

10 octobre 2012 · Cinéma · Manon Dumais
FNC 2012 : Ça commence aujourd’hui!

Demain dans les pages du Voir, vous trouverez des suggestions de films à voir durant le Festival du Nouveau Cinéma. D’ici là, je vous offre en reprise un extrait de ma chronique de la semaine dernière où je parle du film d’ouverture La mise à l’aveugle de Simon Galiero qui sera présenté ce soir à 19h au Théâtre Maisonneuve et le samedi 13 octobre à 15h30 au Quartier Latin. Mettant en vedette l’excellente Micheline Bernard, La mise à l’aveugle, écrit, réalisé, monté et produit par Simon Galiero (Nuages sur la ville),raconte avec un réalisme troublant et une bonne dose d’humour décapant le désarroi d’une femme divorcée qui, après une carrière fructueuse dans les affaires, retourne vivre dans son quartier populaire natal. Snobée par son parvenu d’ex (Julien Poulin), méprisée par son fils (Pierre-Luc Brillant) qui a repris les rênes de l’entreprise familiale, cette femme réservée et secrète trouvera du réconfort auprès de ses voisins Éric (Marc Fournier) et Paul (Louis Sincennes), ces derniers se partageant les faveurs de l’aguichante Julie (Christine Beaulieu), qui l’initieront au poker. Portée par une faune pittoresque à la langue colorée, laquelle évoque avec bonheur l’univers des [...]

Lire le billet →

TIFF 2012: Brèves rencontres à Toronto

11 septembre 2012 · Cinéma · Manon Dumais

En attendant de pouvoir vous en dévoiler plus sur mes découvertes, voici une version allongée d’un texte qui paraîtra dans nos pages jeudi. Entre les reprises cannoises et les primeurs torontoises, ce sont les invasions danoises qui retiennent notre attention au 37e Festival International du Film de Toronto. Au moment d’écrire ces lignes, le TIFF entreprenait sa deuxième semaine. Certes, la ville paraissait moins fébrile, la plupart des stars étant retournées sur leur planète, mais il restait encore des titres alléchants à découvrir. Trêve de nostalgie, voici quelques uns des propos recueillis durant ces quelques jours dans la Ville-Reine. Lauréat pour une seconde fois de la Palme d’Or, Michael Haneke présentait Amour, formidable duo d’amoureux au crépuscule de leur vie interprété par les vénérables Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva : « Le cinéma s’adresse souvent aux jeunes, mais mon film n’est pas en réaction à cela. C’est une réflexion qui concerne les producteurs se demandant si un tel film puisse se vendre. Je voulais raconter une histoire, comme le titre le dit, sur l’amour, sur la façon de gérer la souffrance de quelqu’un que vous aimez. Pour moi, la meilleure façon de le faire, c’était en respectant les unités classiques de lieu, [...]

Lire le billet →

TIFF 2012 : Leconte s’anime

8 septembre 2012 · Cinéma · Manon Dumais

En novembre dernier, alors qu’il était venu présenter Voir la mer à Cinemania, Patrice Leconte a pu profiter de son séjour à Montréal pour peaufiner son premier film d’animation 2D relief, Le magasin des suicides, en collaboration avec ToutEnKartoon, d’après le roman de Jean Teulé. J’ai eu l’occasion de le recontrer à ce moment-là. Présenté à Cannes en mai, le film, qui figure aussi dans la programmation du Festival de Toronto, met en scène une famille sinistre, les Tuvache, exploitant une boutique où l’on peut trouver tout ce qu’il faut pour réussir sa sortie à défaut d’avoir réussi sa vie, qui voit son équilibre perturbé par la venue d’un troisième enfant qui préfère le bonheur à la morosité ambiante. Ayant fait ses premiers pas chez Pilote et ayant adapté Les Wécés étaient fermés de l’intérieur de Gotlib, Patrice Leconte revient en quelque sorte aux sources : «Le dessin tout court et le dessin animé m’ont toujours intéressé, passionné. Ce projet, sur lequel on travaille depuis quatre ans, m’enthousiasme. Je ne pouvais pas imaginer, même dans mes rêves les plus fous, qu’un jour, je serais en train de réaliser un film d’animation. Remarquez que ce n’est pas moi qui ai eu l’idée, [...]

Lire le billet →

TIFF 2012 : la révélation Schoenaerts

7 septembre 2012 · Cinéma · Manon Dumais

Il a déjà une quarantaine de films à son actif et pourtant ce n’est que cette année, grâce à Bullhead de Michael R. Roskam et De rouille et d’os de Jacques Audiard, que la planète cinéma s’est entichée de lui. L’an prochain, on le verra dans Blood Ties de Guillaume Canet, écrit avec James Gray, en compagnie de Marion Cotillard, Mila Kunis et Zoe Seldana. Pour l’instant, l’acteur flamand Matthias Schoenaerts, qui s’exprime très bien en français et en anglais, en plus de posséder une gueule et un physique de rêve, a mis de côté les nombreux scénarios qu’on lui a envoyés afin de promouvoir De rouille et d’os d’un festival à l’autre. Qui sait, on le retrouvera peut-être l’an prochain dans la course aux Oscars à l’instar de Jean Dujardin… Étant donné que Bullhead prend l’affiche au Cinéma du Parc vendredi prochain, je lui ai demandé de revenir brièvement sur le personnage de Jacky, trafiquant d’hormones au passé tragique, aussi physique qu’Ali dans De rouille et d’os, l’un marqué dans son corps, l’autre se servant de son corps pour arriver à ses fins : « Je ne les ai pas du tout approchés de la même façon parce que ce sont [...]

Lire le billet →

TIFF 2012 : Audiard et le discours amoureux

7 septembre 2012 · Cinéma · Manon Dumais

Peu après la projection de De Rouille et d’os à Cannes, plusieurs critiques ont fait des rapprochements entre le couple Devos-Cassel de Sur mes lèvres avec le couple Cotillard-Schoenaerts. Puisque Jacques Audiard parle de son nouveau film, mélodrame romantique porteur d’espoir, comme l’antidote à Un prophète, huis clos sombre et masculin, je lui ai demandé si De rouille et d’os était aussi l’antidote à Sur mes lèvres. « Dans Sur mes lèvres, le film se terminait au moment où le couple allait baiser, or, dans De rouille et d’os, on a déjà passé ce stade. J’ai réalisé très tardivement qu’il y avait des similitudes entre ces deux films; d’ailleurs, si j’y avais pensé, ça m’aurait sans doute inquiété. Je dirais que c’est un prolongement; en ce moment, j’aimerais faire quelque chose sur le discours amoureux. Chez madame de la Fayette, on parlait, on écrivait comme on faisait l’amour; toute la littérature courtoise et précieuse était de cette nature-là aussi. Entre le XVIe et le XVIIe siècle, il y a vraiment cette jouissance du dialogue amoureux. Aujourd’hui, comme on couche le premier soir, qu’est-ce qu’on se dit après? Qu’est-ce qu’il nous reste dans ce monde où il y aurait une parité sexuelle, [...]

Lire le billet →

TIFF 2012 : Audiard et Bidegain pour une troisième fois

7 septembre 2012 · Cinéma · Manon Dumais

Vendredi après-midi, je me suis retrouvée seule quelques instants avec Thomas Bidegain, scénariste de Rouille et d’os, alors que Jacques Audiard était retenu je ne sais où ni pour quelle raison. Comme on nous propose rarement de rencontrer des scénaristes, j’étais plutôt contente de ce petit retard et j’en ai profité pour lui demander si le métier était aussi ingrat qu’on le raconte, c’est-à-dire, s’il se sentait dépossédé de son travail dès qu’il était pris en charge par le réalisateur. Voici ses propos. « Jacques a été scénariste, alors il sait ce que c’est. C’est le troisième film – De battre mon cœur s’est arrêté, Un prophète et celui-ci – sur lequel on travaille ensemble. Je fais un peu plus que le travail de scénario. D’habitude, j’accompagne vraiment le film. Je fais tout le travail de préparation et ensuite, pendant le film je vois les rushs avec Jacques, qui n’aime pas beaucoup voir les rushs; ainsi, ça me permet de retravailler certaines scènes. Tous les jours, je fais un compte rendu. La différence avec les scénaristes qui n’écrivent que le film, c’est qu’avec Jacques, on accompagne vraiment l’idée qu’on écrit pas une histoire mais l’idée qu’on écrit un film. Jusqu’au mixage [...]

Lire le billet →
Page 7 sur 1241...3456789101112...124

S’abonner au blogue

@manonduvoir

+ @manonduvoir →

Catégories