Blogue de Manon Dumais Cinémaniaque RSS

Après des études en arts, en cinéma et en littérature, j’ai tenté de me trouver un poste d’enseignante au cégep ou devenir muse d’un grand écrivain. Ayant un loyer à payer, je suis tour à tour devenue correctrice-réviseure, rédactrice de manuels scolaires et fille de pub. Puis, par un beau jour d’automne, je devins journaliste et critique de cinéma. The rest is history, comme qu’on dit…

Berlinale 2013 : Pierrette + Romane + Marc-André

10 février 2013 · Cinéma, Divers · Manon Dumais

Cet après-midi, peu après la projection de presse de Vic+Flo ont vu un ours, Denis Côté, Pierrette Robitaille, Romane Bohringer et Marc-André Grondin ont rencontré des journalistes de la presse internationale. Comme l’a fait remarqué Martin Bilodeau du Devoir, pour ceux qui ne la connaissaient pas, Pierrette Robitaille est surtout connue pour ses rôles comiques. Il était donc surprenant que de la voir évoluer dans l’univers de Denis Côté, un cheminement qui n’a sans doute pas été de tout repos… « Le chemin est assez simple, a raconté l’actrice. Juste le fait que Denis m’ait demandé pour jouer dans ce film-là, c’était déjà pour moi une façon de changer complètement de jeu. Il sait très bien ce qu’il veut lorsqu’il tourne. Il savait comment me parler, j’ai cru comprendre ce qu’il voulait et fait du mieux que j’ai pu. Il n’y avait pas d’autres choix possibles, je voulais vraiment correspondre à ce que lui imaginait, ce qu’il voulait de moi. Je ne sais pas s’il a eu un cheminement à faire pour me retrouver, mais moi, c’est celui que j’ai fait. » Après que Denis Côté ait affirmé avoir écrit le rôle pour Pierrette Robitaille et reconnu avoir tiré beaucoup de plaisir [...]

Lire le billet →

Berlinale 2013 : Vic + Flo ont été vues à Berlin

10 février 2013 · Cinéma, Divers · Manon Dumais

Surnommé à son corps défendant « le gars des festivals », Denis Côté aime apparaître là où personne ne l’attend. Ainsi, un an après Bestiaire, poème zoologique ayant été accueilli avec enthousiasme chez les uns et rejeté avec violence par les autres, le voilà de retour avec Vic + Flo ont vu un ours. Comme il l’expliquait à la conférence de presse cet après-midi à la 63e Berlinale, ce n’est ni un film pour enfants, ni un film d’animation, et les Vic et Flo en question ne sont pas des garçons. De fait, Vic + Flo ont vu un ours, présenté en compétition officielle (l’an dernier, Bestiaire s’était retrouvé dans la section Forum), flirte avec le drame naturaliste, le film de vengeance, le film de genre, le surnaturel, le conte et le romantisme. « Des fois les gens me demandent quand est-ce que je vais faire un film d’horreur, expliquait le cinéaste rencontré tout juste à près la conférence de presse en compagnie de confrères de la presse québécoise. Je ne veux pas faire de films d’horreur, je veux faire Les yeux sans visage de Franju. C’est un peu un film d’horreur, mais ce n’en est pas tout à fait un et il [...]

Lire le billet →

RIDM 2012 : Tomi dans tous ses états

14 novembre 2012 · Divers · Manon Dumais

Premier film de Brad Bernstein, Far Out Isn’t Far Enough : The Tomi Ungerer s’avère un portrait vivant et original d’un artiste à la fois adulé et controversé. Né en 1931, à Strasbourg, d’un père horloger et d’une mère actrice, Tomi Ungerer, lauréat du prix Hans Christian Anderson (l’équivalent du Prix Nobel en littérature jeunesse), est très tôt déchiré entre ses racines mi-françaises mi-allemandes. Ayant perdu son père très jeune, enfant de la guerre, l’artiste torturé et paranoïaque s’installe à New York où il rencontre l’éditrice Ursula Nordström. En 10 ans, il publiera 90 livres pour enfants, dont Les trois brigands, adapté au cinéma par Hayo Freitag en 2007 pour lequel Ungerer a assuré la narration. Pacifique convaincu, il dénonce dans ses percutants dessins satiriques les atrocités de la guerre du Vietnam. Par la suite, il se lance dans une série d’illustrations à caractère érotique et pornographique. Et puis, silence radio pendant près de 25 ans… Ponctué de séquences d’animation inspirées de l’œuvre d’Ungerer, Far Out Isn’t Far Enough divertit autant l’œil que l’esprit. Alors que l’artiste livre ses confidences tantôt avec son humour si singulier, tantôt avec une vive émotion, Bernstein met brillamment en lumière le génie de cet artiste unique, [...]

Lire le billet →

Cinemania 2012 : Bonnaire et Kline

4 novembre 2012 · Cinéma, Divers · Manon Dumais

Joueuse, premier long métrage de Caroline Bottaro, se veut un hommage à Sandrine Bonnaire, qui y joue au côté de Kevin Kline s’exprimant en français avec un irrésistible accent américain. Présenté par Dominique Besnéhard, le film sera projeté ce dimanche à 17h, à la salle Claude-Jutra de la Cinémathèque québécoise. En 2009, j’ai rencontré au FFM la réalisatrice et l’acteur venus promouvoir Joueuse. Voici leurs propos. « Souriez de temps en temps, ça vous va mieux que cet air sérieux », lance Kevin Kline à Sandrine Bonnaire dans Joueuse, où la seconde s’initie aux échecs au contact du premier. Cette réplique, absente du roman La Joueuse d’échecs de Bertina Heinrichs qu’a librement adapté Caroline Bottaro, la réalisatrice l’a écrite en pensant à l’actrice. « Il y a plusieurs choses écrites spécialement pour Sandrine dans le scénario, expliquait Bottaro rencontrée au FFM, le rôle a été écrit spécialement pour elle. J’avais aussi envie de faire un portrait de Sandrine et ça m’a fait plaisir en France lorsqu’on m’a dit que mon film était presque une somme de sa carrière, que certains de ses sourires font penser à À nos amours, à La Cérémonie. » À propos de sa partenaire, Kevin Kline, également rencontré au FFM, [...]

Lire le billet →

Cinemania 2012 : Les sœurs Bonnaire

3 novembre 2012 · Cinéma, Divers · Manon Dumais

Dans quelques jours, je rencontrerai Sandrine Bonnaire qui sera de passage au Festival de films francophones Cinemania pour y présenter sa nouvelle réalisation, J’enrage de son absence (à l’affiche en février). À l’occasion de sa visite, le festival lui consacre un cycle avec la collaboration de Cinémathèque québécoise. Ce soir, son documentaire sur sa sœur autiste, Elle s’appelle Sabine, y sera d’ailleurs projeté. Il y a cinq ans, j’ai pu interviewé Sandrine Bonnaire à propos de ce film lors du Festival du Nouveau Cinéma. Voici l’article publié à l’époque. De nature réservée, l’actrice Sandrine Bonnaire n’est pas du genre à étaler sa vie privée à la une des magazines people. Toutefois, cela ne l’a pas empêchée de tirer profit de sa popularité afin de faire avancer une cause lui tenant à coeur, celle de l’autisme, dont sa soeur cadette, Sabine Bonnaire, souffre. « J’ai été marraine des Journées de l’autisme pour sensibiliser les gens et les médias pendant plusieurs années, confie-t-elle. Et puis, j’ai tourné le film sur ma soeur. Avant sa diffusion, j’ai écrit à monsieur Sarkozy, qui m’a reçue, et j’ai rencontré Xavier Bertrand, le ministre du Travail et des Affaires sociales. Je ne suis que le messager dans [...]

Lire le billet →

Cinemania 2012 : le dévouement d’Annie Miller

2 novembre 2012 · Cinéma, Divers · Manon Dumais

Dernier film du regretté cinéaste, Thérèse Desqueyroux, adaptation élégante et feutrée du roman de François Mauriac, donne à voir une Audrey Tautou sombre et sévère en jeune femme accusée d’avoir empoisonné son époux (Gilles Lellouche). Ces jours-ci, la productrice Annie Miller, veuve de Claude, présente à Cinemania les plus belles œuvres de Miller, dont Thérèse Desqueyroux, en compagnie de la scénariste Natalie Carter. Au Festival international du film de Toronto, où elle accompagnait Audrey Tautou, j’ai pu rencontrer madame Miller : « Claude a fait de moi la légataire de ses droits d’auteur, de ses créations et donc, je vais faire le mieux possible. Je ne suis pas Claude Miller, loin de là, mais je vais faire tout ce qu’il faut lors des hommages et rétrospectives. Par ailleurs, j’ai retrouvé des écrits de Claude que j’ai envie de faire publier. » Bien qu’il ait été très malade durant le tournage, Claude Miller ne donne pas l’impression d’avoir tourné un film d’adieu ou un film testamentaire. « Je ne sais pas si ça lui a échappé parce que Claude était très secret, mais on a quand même l’impression d’une boucle qui se boucle entre La meilleure façon de marcher, qui est un film sur l’intolérance, [...]

Lire le billet →

Cinemania 2012 : De rouille et d’os, un must

1 novembre 2012 · Cinéma, Divers · Manon Dumais

La 18e édition du Festival de films francophones Cinemania s’ouvre avec force ce soir en offrant en guise de film d’ouverture De rouille et d’os de Jacques Audiard. En guise de complément de lecture aux propos de Matthias Schoenaerts parus ce jeudi dans le Voir, voici, en reprise, les propos de Marion Cotillard, de Thomas Bidegain et de Jacques Audiard, rencontrés au Festival International du Film de Toronto. À voir ce jeudi à 19h30 ou ce samedi à 9h au Cinéma Impérial. La douce Cotillard chez le dur Audiard Écrit avec Thomas Bidegain, De rouille et d’os de Jacques Audiard est l’adaptation libre de deux nouvelles de Craig Davidson, écrivain canadien vivant aux États-Unis; l’une d’elles raconte l’histoire d’un boxeur; l’autre, celle d’un dompteur d’orques. Souhaitant raconter une histoire d’amour après le drame carcéral Un prophète, Audiard et Bidegain ont alors revampé ces personnages afin de former un couple en devenir. Avec un mélange parfait de fougue et de sobriété, Marion Cotillard y campe une jeune dresseuse d’orques victime d’un grave accident qui trouvera réconfort auprès d’un jeune homme (Matthias Schoenaerts) doué pour les sports de combats vivant aux crochets de sa sœur (Corinne Masierro) avec son fils (Armand Verdure). [...]

Lire le billet →

Suggestions de films d’horreur pour l’Halloween

31 octobre 2012 · Cinéma, Divers · Manon Dumais

Ce soir, à Voir (20h, Télé-Québec),  pour notre émission spéciale d’Halloween, je parlerai non pas de films d’horreur, mais de trois chefs d’œuvre qui explorent trois de mes plus grandes peurs : celle de mourir, celle de devenir folle (selon certains, c’est déjà fait) et celle de la fin du monde (m’enfin, des cataclysmes). En attendant, je vous offre en reprise (avec quelques ajouts) une liste de films d’horreur m’ayant marquée. Les Yeux sans visage de Georges Franju (1959): Je ne me rappelle plus quand j’ai vu ce film, mais je me souviens très bien avoir été troublée par cette histoire de chirurgien (Pierre Brasseur) qui veut reconstruire le visage de sa fille (Édith Scob) avec la peau du visage d’autres jeunes filles. La France produit peu de films d’horreur, mais celui-là est une grande réussite du cinéma d’épouvante. En complément de programme, je vous suggère La piel que habito (La peau que j’habite) de Pedro Almodovar, lequel n’est pas sans rappeler ce classique de Franju. The Exorcist de William Friedkin (1973): J’avais 12 ans la première fois que j’ai vu ce film; mes sœurs, qui avaient alors 9, 6 et 2 ans m’en veulent encore de les avoir forcées à [...]

Lire le billet →

FCIAT 2012 : Que la fête commence!

27 octobre 2012 · Cinéma, Divers · Manon Dumais

Du 27 octobre au 1er novembre, le 31e Festival du cinéma en Abitibi-Témiscamingue offre à son fidèle public une programmation de choix composée de primeurs et de films ayant fait leur marque à l’international. Aujourd’hui, les festivaliers pourront voir le prenant Tout ce que tu possèdes de Bernard Émond, mettant en vedette Patrick Drolet dans le rôle d’un homme qui refuse l’héritage de son père et la présence de sa fille dont il ignorait l’existence. Lisez l’entrevue avec Émond et Drolet. Tout ce que tu possèdes sera précédé de l’hilarant court métrage Chef de meute de Chloé Robichant mettant en vedette Ève Duranceau. Lisez l’entrevue avec la réalisatrice peu avant son départ pour Cannes où son film figurait au sein de la compétition officielle. Présenté au Festival de Karlovy Vary, Les manèges humains, troisième long métrage de Martin Laroche, met en vedette Marie-Évelyne Lessard qui défend avec brio le rôle d’une Québécoise d’origine africaine ayant subi l’excision lorsqu’elle était enfant. Lisez l’entrevue avec le réalisateur et l’actrice rencontrés [...]

Lire le billet →

FNC : à voir ce week-end

19 octobre 2012 · Cinéma · Manon Dumais

Casting By de Tom Donahue, 20 oct., 13h, Quartier Latin Responsable des carrières des Jon Voigt, Dustin Hoffman, Clint Eastwood, Al Pacino, Glenn Close et plusieurs autres grandes stars du cinéma américain, Marion Dougherty n’a jamais gagné d’oscar. Pourquoi? Parce qu’il n’existe aucune catégorie pour saluer les directeurs de casting  à l’Academy – il n’y en a pas non plus au Jutra… Documentaire offrant des entrevues touchantes, des anecdotes cocasses et des archives rarement vues, Casting By relate la surprenante évolution de ce métier mésestimé et méconnu qu’est la direction de casting. La cicatrice de Jimmy Larouche, 20 oct., 15h, Centre Phi Premier long métrage de fiction de Jimmy Larouche, ce troublant drame tourné à Alma nous plonge sans détour dans les dommages et les dérives que peut provoquer l’intimidation. Ne pouvant plus approcher sa femme et son fils, un homme ayant sombré dans l’alcool (Marc Béland, intense) entreprend de se venger de son principal tourmenteur durant sa jeunesse (Patrick Goyette, solide) qu’il tient responsable de ses échecs. Esquissant avec doigté en parallèle le portrait de ces deux hommes marqués par une enfance difficile, Larouche transforme une cruelle confrontation en une prenante suite de scènes teintées de lyrisme où le [...]

Lire le billet →
Page 6 sur 1241...234567891011...124

S’abonner au blogue

@manonduvoir

+ @manonduvoir →

Catégories