Ne manquez rien avec l’infolettre.
BloguesChanceux comme un Quêteux

Psychotic Gardening : L’angoissant « Hymnosis » sous ma loupe

Psychotic-Gardening-Hymnosis

Psychotic Gardening
Hymnosis
Indépendant

Winnipeg possède la réputation peu enviable d’être une ville excessivement ennuyante. Lors de la belle époque des Jets de Winnipeg, nombreux étaient les joueurs qui ne voulaient absolument rien savoir d’aller y jouer, le tout étant relié au fait que la ville semblait aussi palpitante qu’une coupe, bien en règle, de tes ongles d’orteils.

À quoi doit-on s’attendre alors d’une formation œuvrant dans le death/doom métal et qui porte les couleurs de cette ville? En partant, je ne m’attendais pas à une session d’écoute très palpitante sauf qu’après quelques chansons, je me suis rendu à l’évidence que ce groupe n’est pas à l’image de la réputation de sa ville.

Avec un death métal qui ne se limite pas qu’à ce genre, Psychotic Gardening se promène aisément dans le doom métal le plus grassouillet et lors de quelques occasions, vers les horizons plus noircis du métal.

Sans pousser les frontières du genre métallique aux confins de l’univers métalloïde, cette formation maîtrise agréablement les dimensions qu’il désire bien présenter. Sur Mindfold par exemple, le death métal se laisse frotter par le black métal à quelques endroits. Sur Re-Hybridized Strain, Garden Raiding et Searing Cital , le doom prend une place prédominante sur la sonorité de la formation sans mettre de côté la parcelle death métal.

Tant qu’à offrir une facette très oppressive, le groupe se permet même de reprendre un classique de la formation Death. Avec Open Casket, on place la table pour une version plus pataude que l’originale mais qui présente Tim Roth d’Into Eternity et Chuck Wepfer de Broken Hope aux guitares en tant qu’invités.

Psychotic Gardening offre vraiment un métal atrocement lourd. Donc, si tu suivais la carrière de Morgion dans le temps, tu risques d’être intéressé par Psychotic Gardening car leur métal se veut hypnotique tout en étant cauchemardesque. C’est oppressant, écrasant et aussi étouffant qu’un saut de la troisième corde, exécuté par le lutteur The Big Show!

http://psychoticgardening.bandcamp.com/