Critiques en vrac : Que du colossal avec Enslaved, Cannabis Corpse et Hallatar
BloguesChanceux comme un Quêteux

Critiques en vrac : Que du colossal avec Enslaved, Cannabis Corpse et Hallatar

Enslavedenslaved-e_4000px
E
Nuclear Blast

Un nouvel album d’Enslaved est une excellente nouvelle en soi. Surtout lorsque le groupe nous lance cette fantastique création en ce début de l’automne. Une fois de plus, les Norvégiens poursuivent sur cette lancée métallique noircie aux teintes progressives.

Et leur planification fonctionne toujours. On sent que le groupe ait trouvé, une fois de plus, le filon idéal. Si un groupe comme Opeth a choisi un virage extrême face à la dimension progressive, Enslaved l’a fait progressivement sans dénaturer la parcelle métallique.

Avec E, c’est encore un pas de plus vers l’avant. Le seul véritable changement demeure au niveau du claviériste Herbrand Larsen qui a quitté la formation et a été remplacé par Håkon Vinje. Il fournit, lui aussi, la portion de voix plus claire et même si son interprétation se veut plus feutrée que son prédécesseur, on sent que sa participation restera active!

Complexe et addictif, ce nouvel album d’Enslaved ne comporte que des coups gracieux. Nul besoin de le décortiquer encore plus car E est un album excessivement satisfaisant!

Pour entendre The River’s Mouth, cliquez ICI!

http://enslaved.no/

pulseCannabisCorpse_LeftHand

Cannabis Corpse
Left Hand Pass
Season of Mist

Nouveaux musiciens pour ce cinquième album de cette formation qui adore parodier les gros clichés métalliques tout en saluant haut et bas la consommation de cannabis. Au gout du jour pour les Canadiens qui pourront se procurer bientôt cette feuille de façon légale, cette formation prône l’usage de cette herbe médicinale mais pas uniquement à des fins thérapeutiques.

La sonorité est encore une fois bien résineuse et se situe, une fois de plus,  dans les mêmes fréquences que celles de Cannibal Corpse. Le cerveau de cette opération demeure du bassiste Landphil de Municipal Waste. Avec le retrait de son ancien guitariste, Landphil est allé au front et a recruté Ray Suhy. Ce dernier est membre de Six Feet Under mais a déjà été membre d’East of the Wall. En mode solo, il a lancé un mini-album plus tôt dans l’année. En écoutant ce mini-album, on comprend que le gars possède un talent indéniable et le tout transparait sur cet album de Cannabis Corpse.

Un death métal enivrant est offert sur Left Hand Pass. La plupart des passages musicaux sont accrocheurs, rapides et croustillants. Un état de symbiose flotte tout au long des chansons, ce qui nous permet d’apprécier la solidité de Cannabis Corpse, même si ce groupe n’est qu’un projet en parallèle.

Comme de raison, l’objectif du groupe n’est pas de créer une révolution dans le genre mais en se tapant des chansons comme Effigy of the Forgetful, In Dank Purity et The Fiends That Come To Steal the Weed of the Deceased, nous pouvons ressentir tout l’impact qu’a eu le death métal de la vieille école sur Landphil qui rend un hommage solide face aux créateurs du genre… une fois de plus!

En concert ce soir, aux Foufs, avec Soulfly (qui interprète l’album de Nailbomb) et Noisem.

Pour entendre Chronic Breed, vous devez cliquer ICI!

https://cannabiscorpseofficial.bandcamp.com/

pulsehallatar_cover

Hallatar
No Stars Upon The Bridge
Svart Records

Aussi opaque qu’une IPA noire, la musique d’Hallatar ne laisse aucunement la lumière la pénétrer. Projet en parallèle de Tomi Joutsen, chanteur d’Amorphis avec le guitariste Juha Raivo de Swallow the Sun et Gas Lipstick, batteur chez HIM, ce trio doom est lourd, affreusement lourd et même, funéraire!

Joutsen hurle la douleur sur cet album mais use aussi de sa voix plus claire. En général, il alterne beaucoup plus entre son grognement et sa voix affligeante. Basé sur des poèmes d’Aleah Liane Stanbridge, chanteuse pour Trees of Eternity, cet album se veut un hommage face à son œuvre.

Décédée en 2016 du cancer, cette dame jouait avec Raivo dans Trees of Eternity en plus de partager sa vie. En s’associant avec Joutsen et Gas, Raivo venait de trouver la combinaison parfaite pour mettre en branle ce projet qui ne devrait que lancer cet album ultime.

Quoi qu’il en soit, cet album se veut un ajout intéressant en 2017 pour l’amateur des formations susmentionnées en plus des amateurs de doom, de l’automne et tous ceux qui aiment se gaver d’une bonne dose dépressive lorsque le froid nous prend aux os!

https://hallatar.bandcamp.com/