Critiques en vrac : Les nouveautés de Witchsorrow, Rotten Sound et Atrocity
BloguesChanceux comme un Quêteux

Critiques en vrac : Les nouveautés de Witchsorrow, Rotten Sound et Atrocity

witchsorrow-smallWitchsorrow
Hexenhammer
Candlelight Records

Nous sommes quelques-uns à trouver que le dernier Electric Wizard ne sonne pas comme du Electric Wizard. De plus, avec la dissolution de Cathedral, il y a un certain espace à combler dans le domaine du doom anglais et la solution réside peut-être en cette formation du nom de Witchsorrow.

Trio qui privilégie l’occultisme musical et la lourdeur du riff, vous risquez d’être excessivement satisfait face à ce quatrième album du groupe. Je pousserais même l’audace en disant que Hexenhammer est leur meilleur!

Si vous n’êtes pas conquis par la chanson Like Sisyphus, passez votre tour, tout simplement! Si vous répondez positivement, vous devez vous procurer cet album!

Pour entendre Like Sisyphus, vous devez cliquer ICI!

www.facebook.com/witchsorrowdoom

pulse405308

Rotten Sound
Suffer to Abuse
Season of Mist

 Rotten Sound poursuit ses bonnes vieilles habitudes et nous offre, une fois de plus après un album, un mini-album. Ce type d’exercice se veut régulier pour le groupe et qu’il s’agisse de pièces plus fraîches ou de matériel en réserve face aux sessions d’enregistrement de l’album précédent, une chose demeure : ce ne sont pas des morceaux de type remplissage.

Sur Suffer to Abuse (oui, l’album précédent s’intitulait Abuse to Suffer), le groupe est en mode grindcore et ce, de façon intense. C’est rapide et exécuté avec hargne. Il n’y a que la pièce Nutrition qui soit plus balourde.

Sinon, c’est le grind finlandais habituel qui nous est proposé et ce, en moins de 12 minutes!

Pour entendre Harvester of Boredom, tu dois cliquer ICI pour un investissement de 2 minutes… et des poussières!

www.facebook.com/RottenSoundOfficial

pulse296861

Atrocity
Okkult II
Massacre Records

Après avoir tenté tous les styles métalliques possibles, il est bien de voir que la formation allemande Atrocity demeure bien ancrée dans le death metal. Mais ce n’est pas qu’un death metal typique. Trop facile.

Non, une dose opératique est présente mais généralement, c’est beaucoup plus cru que bien cuit. Si vous prenez la première chanson, Masters of Darkness, elle possède de belles envolées pompeuses quoique dès la chanson Shadowtaker, on délaisse la subtilité. C’est du death metal de haut niveau et bien ciselé. Même chose avec Bloodshed and Triumph (quoique nous retrouvions quelques voix célestes), Spell of Blood, Menschenschlachthaus qui elle, sonne comme du Behemoth.

Nous retrouvons la parcelle plus expérimentale face aux arrangements opératiques avec Gates to Oblivion, même si le tout demeure subtil. Cette chanson propose Mark Grewe, ex-chanteur de Morgoth.  Mais avec Devil’s Covenant, les chants angéliques semblent affaiblis car nous tombons en mode duo entre L.G Petrov, chanteur d’Entombed AD, et Alexander Krull.

Un bel alliage entre le death metal allemand du groupe et les chœurs opératiques est présenté sur Okkult II, qui se veut, sans grande surprise, la suite d’Okkult.

http://www.atrocity.de/