Critiques en vrac: De la grande variance avec Nothing, The Spirit et Black Tusk
BloguesChanceux comme un Quêteux

Critiques en vrac: De la grande variance avec Nothing, The Spirit et Black Tusk

nothing-smallNothing
Dance on the Blacktop
Relapse

Troisième album de la formation Nothing. Chaque album sort aux deux ans… ce qui en fait un groupe constant! Encore du grunge planant, shoegaze et qui me met en mode nostalgique!

La recette colle encore. Le côté My Bloody Valentine rencontre Gish des Smashing Pumpkins me séduit encore. Beaucoup même.

Rien de metal là-dedans. Que de l’ambiance soporifique aux voix sur des guitares planantes, comme avec Blue Line Baby ou I Hate the Flowers. Ce type de pièces jouent du coude avec de la pop cafardeuse comme sur You Wind Me Up ou Us/We/Are.

Si vous avez apprécié les deux premiers albums du groupe, celui-ci est la suite logique face à ce périple vers les années ’90.

Oui, c’est un fait!

Si cet album était sorti en 1995, il est évident qu’une chanson comme Zero Day aurait pu se retrouver sur la trame sonore d’un truc pour ado comme Empire Records. Ou un plus tard, un titre comme Plastic Migraine aurait eu le potentiel de se ramasser sur celle de Romeo + Juliet, juste après Lovefool des Cardigans!

Oui, la pochette est particulière…

Pour entendre et voir Zero Days, c’est juste ICI!

https://bandofnothing.com/

pulsethe-spirit-sounds-from-the-vortex_4000px

The Spirit
Sounds From The Vortex
Nuclear Blast

Un appel majeur est lancé aux amateurs de Dissection. The Spirit lance dans la même direction que la troupe de feu, Jon Nödtveidt. Ce groupe allemand en est à son premier album et les comparatifs face au groupe suédois se veulent, inévitables.

Lancé l’année dernière sur un très petit label du nom d’Eternal Echoes, c’est Nuclear Blast qui a décidé de relancer l’album avec une toute nouvelle couverture. Sur ce disque de The Spirit, nous retrouvons justement l’esprit de Dissection tout au long des sept chansons qui meublent cet album.

Je n’ai pas besoin de t’en dire plus étant donné que c’est excessivement convaincant comme production dans ce domaine qu’est le black/death metal!

Pour entendre Cross the Bridge to Eternity, vous devez cliquer ICI!

www.facebook.com/thespiritband/

pulse051925

Black Tusk
T.C.B.T
Season of Mist

L’efficacité de Black Tusk n’est aucunement à remettre en jeu. Malgré le décès de Jonathan Athon, le groupe a su se retrousser les manches et a fouillé dans sa liste d’amis pour recruter un membre qui se veut à la hauteur pour combler le manque à la basse et au chant : l’ancien de Kylesa, Corey Barhorst.

La formule demeure la même avec le groupe car nous sommes encore dans un sludge metal très enivrant. Aucune surprise, le pied se met à se taper et tu salives comme un chien de Pavlov, sachant que la bière sera bonne!

Même si certaines chansons offrent de petites nuances comme Ghosts Roam, Scalped ou Agali, je peux confirmer qu’en général, c’est avec la pédale dans le plancher!

Musique de char, de gros char à essence qui pollue grâce à des chansons comme Ill at Ease, Never Ending Daymare et Whispers!

Pas subtil, pour une cenne!

En passant, Black Tusk joue ce soir aux Foufs avec Whores et White Nails. C’est ICI pour les infos!

https://blacktuskterror.com/