Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Beast in Black: Entrevue avec Anton Kabanen, guitariste.
BloguesChanceux comme un Quêteux

Beast in Black: Entrevue avec Anton Kabanen, guitariste.

Beast in Black m’a causé une surprise monumentale en 2019. Je n’avais jamais prêté oreille à leur premier album, Berserker. Lorsque j’ai reçu leur nouvelle offrande du nom de From Hell with Love, je me suis retrouvé avec une fichue bête entre les pattes! Excessivement fromagé comme power metal, le groupe nous la joue épique et céleste. C’est un metal glorieux et les musiciens offrent des performances puissantes. Question de démystifier cette bête, j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec le guitariste et compositeur principal de Beast in Black, Anton Kabanen.

Salut Anton. D’emblée, je dois t’avouer que généralement, je ne suis pas un fanatique de power metal, mais j’aime vraiment le nouvel album de Beast in Black, From Hell with Love. Donc, j’imagine que cela veut dire que vous devez faire quelque chose de fantastique. Étant donné que ceci est probablement votre première entrevue avec un média québécois et francophone, nous devons commencer avec la question d’usage en ce qui concerne la création de ton groupe, Beast in Black. Comment est né le groupe?

Pour faire une histoire courte, Beast in Black a été formé en 2015, tout de suite après mon départ de Battle Beast. La plupart des membres de Beast in Black étaient déjà des amis à moi que je connaissais depuis de nombreuses années. Je n’ai pas eu à chercher longtemps pour trouver les musiciens qui se voulaient, parfaits. Yannis Papadopoulos est celui que l’on pourrait surnommer le nouveau. Je ne l’ai rencontré qu’au début de 2015 tandis que je connaissais déjà les autres musiciens. Ensuite, nous avons changé de batteur. Sami Hänninen a quitté et c’est Atte Palokangas qui s’est joint à nous, à la fin de l’année 2017. Mon but principal, avec la création de Beast in Black, était de continuer de produire un heavy metal qui se veut attrayant, accrocheur et honnête.

On dit souvent que nous avons toute notre vie pour écrire ce qui va devenir notre premier album. Parfois, ça mène vers un second album qui sera correct, sans plus. Les fans vont l’accepter mais reviendront toujours en mode comparaison face au premier album. Avec From Hell With Love, ce n’est pas le cas. J’avais l’impression d’écouter un album du genre Greatest Hits étant donné que tout est excessivement bien balancé sur ce disque. Que peux-tu nous dire face à l’était d’esprit en ce qui concerne l’écriture des pièces qui se sont retrouvées sur From Hell With Love?   

La routine habituelle. Même chose que d’habitude. Premièrement, je retourne dans le matériel accumulé et qui existe encore. Je fais une pré-sélection pour voir quelles chansons auraient un certain potentiel pour le prochain album. Ensuite, nous écoutons ce que j’ai sélectionné et nous donnons notre opinion face aux pièces sélectionnées. Certaines chansons ont été écrites de façon spontanée, juste avant que les sessions d’enregistrement pour From Hell with Love soient entamées. Dans ce type de cas, cela veut dire que nous devons retirer certaines pièces qui provenaient de mon matériel écrit auparavant pour laisser place aux nouveautés écrites, car elles se veulent plus spontanées. Mais il faut qu’elles aient le potentiel de se retrouver sur l’album. Sinon, on ne les prend pas. De toute façon, le problème demeure l’abondance de chansons. Donc, il y a énormément de matériel d’accumulé pour de nouveaux albums qui pourraient sortir dans un futur quelconque. Au niveau des paroles, c’est la première fois que je travaillais en collaboration. J’ai coécrit quelques textes avec un bon ami à moi, Paolo Ribaldini. Il est un fan du manga Berserk et des animes, en général. Sa participation était la bienvenue. En passant, si quelqu’un ne le savait pas encore, tout près de la moitié des chansons de l’album sont en relation avec le manga Berserk.

Votre chanteur, Yannis Papadopoulos, effectue un travail impeccable sur l’album. C’est une machine. Il est capable d’atteindre des tonalités très élevées, il peut chanter comme Rob Halford autant qu’il demeure capable d’utiliser une voix plus basse. Comment travailles-tu les structures vocales avec lui? Est-ce du genre : « Je crois que tu devrais essayer très haut sur cette partie. Et plus bas sur celle-ci! »

Je te dirais que j’écris ce que j’écris et Yannis s’adapte à tout. Absolument tout. Il peut faire, n’importe quoi. Mais avec cet album, je dois avouer que j’aie eu plus conscience des possibilités que peut offrir sa voix. Depuis le premier album, nous avons appris à nous connaitre et nous connaissons nos forces, en ce qui concerne le travail en studio. Il est évident que j’ai des lignes directrices très claires pour Yannis sur la façon avec laquelle il doit attaquer certaines parties et quoi chanter. C’est un musicien talentueux et un chanteur hors pair. Il sait comment approcher les pièces et comment donner sa propre interprétation, de sorte à ce que les chansons soient bien rendues.

Sur la chanson Oceandeep, qui se veut beaucoup plus une balade, je cherchais l’information en ce qui concerne la dame qui faisait un duo avec lui, sur cette chanson. Je me suis rendu compte qu’il n’y en avait aucune. Que c’était lui qui chantait toutes les parties de la pièce! J’aimerais savoir si les variations utilisées dans cette chanson, et même les autres, sont pour créer des personnages dans vos chansons?

Pour cette chanson, c’était beaucoup plus pour des raisons musicales. Ce genre de voix se marie à merveille aux parties plus douces. Étant donné que Yannis peut le faire de façon convaincante, nous nous devions de le faire. Il n’était pas question que nous n’utilisions pas cette tonalité. Peut-être que sur un prochain album de Beast in Black, nous utiliserons les services d’une autre personne pour qu’elle fasse un duo avec Yannis. Pour le moment, il est trop tôt pour le confirmer!

Sur l’édition spéciale de From Hell With Love, vous proposez deux interprétations. Vous faites Killed by Death de Motörhead et No Easy Way Out de Robert Temper. Pouvez nous parler de vos choix? Une pièce classique du répertoire metal et l’une tirée de cette fabuleuse trame sonore de Rocky IV!      

Nous aimons tous No Easy Way Out! Moi et Yannis, nous parlions de la faire depuis 2016 environ… Depuis un bon bout de temps! Pour ce qui est de Killed by Death, c’est un choix de notre bassiste, Mate Molnar. Il voulait que ce soit moi qui l’interprète mais en fin de compte, nous avons laissé Yannis l’interpréter. Il a fait tout un boulot là-dessus!

From Hell With Love regorge de chansons rythmées comme Sweet True Lies et Unlimited Sin. Ce sont des chansons qui auraient eu le potentiel, à l’époque, de se retrouver sur une trame sonore d’un film comme Rocky IV. Êtes-vous des amateurs de films des années ’80?

Oui! Personnellement, je suis un fan des films des années ’80 mais aussi des années ’90. Mais je ne peux que parler en mon nom, étant donné que chaque membre de Beast in Black a ses propres préférences. Par exemple, Yannis n’est pas un aussi grand fan des films des années ’80 mais par contre, il adore la musique de cette époque.

Étant donné que tu es celui qui écrit les parties aux synthétiseurs et que tu es celui qui en joue, j’aimerais savoir d’où te vient l’inspiration pour certaines parties. Plus spécialement certaines introductions qui semblent puisées directement des jeux vidéo de Sega!

Hahha! Eh bien Sega est l’exemple parfait! Mais aussi la musique qui provient des jeux de la Nintendo et de la Super Nintendo. Tout ce qui concerne la musique du début des années ’90 jusqu’au milieu de cette période. Aussi, il ne faut pas que j’oublie les jeux pour PC et aussi la musique qui provient de la période de l’ordinateur Amiga. J’aime aussi la musique disco italo et la synth pop des années ’80 et ’90. Et l’Eurodance aussi! De toute façon, il y a tellement de paysages sonores orchestraux dans le metal moderne, c’est maintenant commun et plutôt générique, du moins à mes oreilles. Toute cette série de sonorités plus antiques demeurent moins sophistiquées, si je peux m’exprimer ainsi mais elles possèdent une sonorité plus fraîche. Elles possèdent aussi cette chaleur nostalgique et une certaine simplicité. C’est ce qui me plait et m’attire. Mais, ceci n’est que mon opinion.

Mon fils Renaud a 9 ans maintenant. Il est un fan de Ghost et d’Iron Maiden. Maintenant, il vient d’ajouter Beast in Black. Il aime vraiment cette touche très jeux vidéo dans votre musique. Il aime aussi la voix de Yannis car elle se veut versatile et le fait que les guitares soient lourdes et que les rythmes soient très entrainants. Maintenant, il a vraiment hâte de voir et d’entendre le groupe lors de votre passage au Heavy Montréal 2019. Est-ce régulier de voir des enfants lors des concerts de Beast in Black?

Nous avons beaucoup de fans qui sont des enfants, effectivement! Il arrive souvent que nos concerts soient dans des clubs qui n’accueillent que des adultes. Il n’y a pas de présence d’enfants lors de ce genre de spectacle. Par chance, lors des festivals, c’est pour tous les âges et il y a des enfants devant la scène pour assister à un concert de Beast in Black. De toute façon, c’est un véritable plaisir de pouvoir voir des fans de toutes les catégories d’âge. C’est satisfaisant de savoir qu’il y a des amateurs du groupe qui proviennent de toutes les générations. En passant, salutations à ton fils!

Je viens de parler du fait que vous serez du prochain Heavy Montréal. Vous serez sur scène lors de la journée du dimanche, lors de la journée où Slayer est en tête d’affiche. Est-ce un concert unique en Amérique ou bien vous serez en Amérique pour une tournée?

À ce que je sais, ce sera un concert unique et nous retournerons à la maison par la suite. Nous sommes très enthousiastes à l’idée d’y jouer. Nous avons très hâte.

Peut-on s’attendre à une prestation de 45 minutes qui couvrira les deux albums de Beast in Black?

Il y aura des pièces de deux albums. Pour le moment, nous ne savons pas combien de temps il nous sera accordé lors du festival. Si ce n’était que de nous, nous ferions un concert de 90 minutes! Mais ce sera probablement plus un truc d’une heure au maximum. De toute façon, il ne reste qu’à souhaiter que ce soit le plus long possible!

Merci Anton!

Merci beaucoup!

Beast in Black sera du Heavy Montréal lors de la journée du 28 juillet 2019. C’est ICI que vous devez vous informer pour vos passes! L’album From Hell With Love est disponible sur étiquette Nuclear Blast Records.

http://www.beastinblack.com/

Photo: Jarmo Katila / Toni Kilpinen