VU PHOTO: Travail d'équipe
Visite libre

VU PHOTO: Travail d’équipe

Le centre d’artistes de Méduse amorce sa saison 16-17 avec une expo collective, une « dream team » modelée par la commissaire Anne-Marie Proulx. 

Douces, politiques ou carrément touchantes. Les oeuvres de l’exposition Ensemble forment un patchwork aux motifs diamétralement différents, la plupart du temps, mais un corpus d’images toutes fortes et marquantes.

J’ai pu découvrir le travail de l’artiste algonquine Nadia Myre et sa série Meditations on Red, des cercles immenses faits perles rouge, rose et blanc qui symbolisent le sang et proposent une réflexion hautement efficace sur le métissage. Que savons-nous réellement de nos ancêtres comme Blancs, comme membre des Premières Nations ou, même, comme immigrant? Et si nous appartenions tous, carrément, simplement, à la race humaine?

En tout cas, j’ai trouvé ça très beau.

Meditations on Red, Nadia Myre, 2013
Meditations on Red, Nadia Myre, 2013, via artmur.com

Des photographes rassemblés, on note aussi le collectif Outre-vie/Afterlife piloté par Raymonde April, figure de proue de la pellicule et enseignante à ses heures à l’Université Concordia. L’autre Groupe des Treize, le nouveau, nous présente une sélection de clichés (voir la une du présent article) croqués lors d’un voyage de groupe au Bas-St-Laurent. Titre de l’opus: Seuls ensemble. Un lieu presque commun, certes, mais deux mots encore évocateurs.

Personnellement, j’ai beaucoup aimé la section dédiée à la vidéaste Jacynthe Carrier qui propose surtout des captures d’écran de ses films. Celle au premier plan, avec cette femme qui semble tenir des tomates cerises dégoulinantes, me trouble particulièrement et pour une raison que je ne pourrais expliquer.

(Crédit: C. Genest)
Jacynthe Carrier, Lignée, 2016 (Crédit: C. Genest)

L’autre « highlight » de cette expo, à mon sens du moins, c’est l’installation de Nathalie Caron et Charles Guilbert. Deux amis et collaborateurs créatifs de longue date qui étudiaient déjà la question de l’être ensemble avant d’être approchés par VU PHOTO.

Une série d’oeuvre en apparence fragiles, des photographies, des illustrations, des textes de leur cru et des petites sculptures aux couleurs savamment saturées.

Accueil, Nathalie Caron et Charles Guilbert, 2016 (Crédit: C. Genest)
Accueil, vue partielle, Nathalie Caron et Charles Guilbert, 2016 (Crédit: C. Genest)
Accueil, Nathalie Caron et Charles Guilbert, 2016 (Crédit: C. Genest)
Accueil, vue partielle, Nathalie Caron et Charles Guilbert, 2016 (Crédit: C. Genest)

Ensemble, c’est aussi un collage photo illustratif (je crois que je viens d’inventer le terme) de mon kick pictural Charles-Étienne Brochu, un type hyper drôle, mais aussi un espèce de reportage de Jean-François Prost à la frontière du Mexique et des États-Unis. Il a immortalisé ses propres interventions poétiques (genre: un hamac enduit d’or) pensées pour embellir le quotidien triste de ces gens qu’on retient au Sud. Ça fait sourire et, accessoirement, probablement chier Donald Trump.

L’exposition est présentée jusqu’au 9 octobre. VU PHOTO se situe au 550 côte Abraham à Québec, à la jonction de la Haute et de la Basse Ville.

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!