Overdose binaire
Né pour un petit like

Overdose binaire

100101101 : au bout de la ligne, c’est tout ce qui compose notre cyberespace, ce haut-lieu de la culture et du divertissement modernes. Ces nombres binaires indiquent à vos pixels d’être tour à tour rouge, vert ou bleu, les ordonnant devant vos yeux pour former des visions cohérentes.

S’ils peuvent former des images insignifiantes, ces pixels peuvent également être source de beauté, de réflexion, de tristesse et de rire. Le rapport émotionnel grandissant que l’on entretient avec nos écrans témoigne de la charge sentimentale dont peuvent se doter ces objets qui ne sont à la base que purement techniques. La notion est tout de même intéressante, lorsqu’on s’y attarde… Cet attachement émotif envers ce qui n’est rien de plus qu’une suite de chiffres binaires, à sa plus simple expression, est fascinant. Heureusement, à travers les millions et les millions de bits de contenus insignifiants se retrouvant sur Internet, des créateurs de génie téléversent des œuvres dignes de mention. Cette semaine, j’ai à nouveau défriché le Web afin de trouver quelques merveilles pixellisées, des petits bijoux faits de 1 et de 0 qui s’enchaînent.

2001 : a gif odyssey

J’ai mentionné dans ma précédente chronique mon amour sans borne pour Stanley Kubrick. J’ai donc eu un coup de cœur immédiat en tombant sur cette collection massive de GIFs. Raconté en 569 images animées, 2001 : A Space Odyssey, le chef-d’œuvre intergalactique du maître de la pellicule.

bnvnb fdg jhg fgfgj-1

Bien qu’à la base ça puisse ne paraître rien de plus qu’une idée farfelue qui a dû prendre — énormément — de temps à son créateur (Jean-Baptiste Le Divelec), ce dernier a une démarche sérieuse. Alors que la plupart du contenu en GIF disponible sur Internet tombe sous la politique du fair use, Le Divelec pose la question suivante avec cet exercice : y a-t-il un point ou le GIF devient du bris de droits d’auteur et ne peut plus se cacher derrière cette faille juridique? L’artiste explique l’idée derrière ce projet dans cette vidéo :

the life of pablo – version nipponne

Alors là on tombe dans quelque chose de bien décalé. Les services d’écoute en ligne tels que Spotify et Tidal n’étant pas disponibles au Japon, les mélomanes de cette contrée sont contraints de consommer leur musique «à l’ancienne», c’est-à-dire en achetant des disques (je sais, c’est horrible!) ou en les téléchargeant. Cette situation a causé bien de la grogne chez les fans nippons de Kanye West, puisque son dernier album The Life of Pablo ne se retrouvait que sur Tidal jusqu’à vendredi dernier. Un de ces amateurs de Yeezus, TOYOMU, a pris les choses en main.

Se basant sur les paroles et les crédits d’échantillons trouvés sur Internet, il a créé 印象III : なんとなく、パブロ (Imagining “The Life of Pablo”), une version imaginée de toutes pièces de ce que pourrait être le dernier opus de West. Le résultat est très loin de la réalité, mais l’œuvre est surprenante et intéressante en soi.

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!